D’après les informations de L’Équipe, les salaires de deux transferts de l’été dernier, Kevin Strootman et Duje Caleta-Car feraient parler dans le vestiaire marseillais.

Cette année, la cohésion de l’Olympique de Marseille ne saute pas aux yeux. C’est même plutôt l’inverse de la saison passée. Plusieurs fois, Florian Thauvin, Dimitri Payet et même Luiz Gustavo ont expliqué que certains joueurs n’en faisaient qu’à leur tête et que les mentalités n’étaient plus aussi bonnes que lors du précédent exercice. Sauf que selon L’Équipe, ces maux ont bien une origine. Celle-ci se situerait dans les salaires des transfuges de l’été dernier.

Pour commencer, le quotidien rappelle que les salaires de Kostas Mitroglou (360 000 euros bruts par mois) et de Valère Germain (300 000 €) faisaient déjà grincer des dents. Dans la partie haute des salaires, c’est celui de Kevin Strootman, arrivé de l’AS Roma lors du mercato estival, qui fait beaucoup parler dans le vestiaire marseillais comme l’indiquait d’ailleurs RMC la semaine dernière. Certains évoquent même une rémunération à près de 800 000 euros par mois, ce qui paraît un brin exagéré quand on connaît les possibilités phocéennes. Reste que l’international néerlandais serait le joueur le mieux payé du club devant Dimitri Payet.

Caleta-Car aussi dans le viseur

Toutefois, Florian Thauvin, désormais quatrième plus gros salaire du club, et Dimitri Payet qui conserve sa place dans le top 3, en seraient un peu mécontents alors qu’ils voulaient négocier une augmentation après leur belle saison 2017-2018. Mais ce n’est pas le seul sujet dont parlent les Phocéens apparemment. En effet, d’autres éléments comme Morgan Sanson, qui a commencé des négociations pour une revalorisation, regardent du côté de Caleta-Car.

Le défenseur croate toucherait un salaire estimé à 200 000 euros bruts ce qui le ferait passer dans le top 10 des joueurs les mieux rémunérés de l’OM. C’est une rémunération qui aurait du mal à passer auprès de Sanson, de Bouna Sarr et de Maxime Lopez notamment. Pour l’OM, qui doit également gérer le statut particulier d’Adil Rami dans le vestiaire, il va falloir vite retrouver une cohésion si les joueurs veulent arracher le podium en fin de saison et donc une qualification pour la prochaine Ligue des Champions.