in

10 bons livres à lire cet été pour la réouverture post-COVID .

Alors que les restrictions se lèvent et que les aéroports se remplissent, les agités d’entre nous sont prêts à se débarrasser de leurs vieilles habitudes avec nos pantalons de survêtement pandémiques. D’autres peuvent encore se méfier du monde extérieur, mais que vous restiez sur place ou que vous partiez cet été, n’oubliez pas d’apporter vos livres.

La réouverture signifie le retour de la saison de lecture sur la plage, une période pour des titres qui ne sont pas nécessairement du pur plaisir et de la mousse (ou nécessairement lus sur une plage) mais qui ont la capacité de transport de séparer le corps de l’esprit, où que votre corps se trouve. Pour chaque occasion estivale, il y a une lecture estivale ; voici 10 des meilleurs.

Surf’s Up

Malibu en hausse
Par Taylor Jenkins Reid
Ballantine : 384 pages, 28 $

Jenkins Reid comprend la dynamique de groupe. Son roman révolutionnaire de 2019, « Daisy Jones and the Six », parlait d’un groupe de rock ; son suivi concerne une famille de frères et sœurs célèbres. Le jour de la grande fête annuelle de Nina Riva en 1983, ils suivent leurs routines habituelles ; cette nuit-là, leur maison familiale sera en feu. Entre les deux, les lecteurs absorbent les secrets de Riva ainsi que le soleil, le sable et l’eau salée. Bien que tous les personnages soient clairement définis, le modèle Nina est le cœur du livre – une femme dont le statut n’éclipse jamais sa loyauté.

Réunion de famille

La couverture du livre "Fille Un," par Sara Flannery Murphy

Fille Un
Par Sara Flannery Murphy
MCD/FSG : 368 pages, 27 $

Les débuts de Murphy ont une prémisse à prendre par le cou : Joséphine « Josie » Morrow est à la recherche de sa mère, qui est son seul parent – ​​parce que Josie et les autres « filles » auraient été conçues sans intervention masculine. Élevés sur la « Homestead », ils savent seulement que les détails de leur naissance sont morts avec leur créateur, un médecin énigmatique. Une fois que Josie a commencé sa quête, la politique de genre dystopique se transforme en hijinks surnaturels. Ces filles ont des pouvoirs. Comment les utiliseront-ils ?

Chaud dans la ville

La couverture du livre "Sept jours en juin," par Tia Williams

(Éditions Grand Central)

Sept jours en juin
Par Tia Williams
Grand Central : 336 pages, 27 $

Les cicatrices persistantes d’une affaire d’adolescent peuvent faire exploser votre vie d’adulte quand vous vous y attendez le moins, comme le démontre Williams dans la meilleure romance de cet été. Eva s’est construite une niche lucrative en tant qu’auteur d’érotisme mais, avec son 15e livre à paraître, elle se heurte à un mur. Maman célibataire, elle a besoin d’une nouvelle inspiration. Lors d’un panel à (où d’autre?) Brooklyn, elle a une réunion publique avec le chéri littéraire Shane, son idole du lycée. Le reste est… compliqué. Mais très bien rendu et très satisfaisant.

Sur la plage

La couverture du livre "Les Mille Crimes de Ming Tsu," par Tom Lin

Les mille crimes de Ming Tsu
Par Tom Lin
Petit, marron : 228 pages, 28 $

Au fur et à mesure que le western non traditionnel gagnait un lectorat – pensez « Toutes ces collines sont de l’or » ou « Nouvelles du monde » – il était inévitable que nous rencontrions finalement quelqu’un comme Ming Tsu, un assassin voyou poussé à se venger de l’injustice raciale. Autrefois marié à Ada, une femme blanche, Ming Tsu a été battu et condamné à 10 ans de travaux forcés dans le désert après que le père fanatique d’Ada ait porté des accusations de métissage. Alors que le livre s’ouvre, Ming Tsu vient de terminer sa première mise à mort; au milieu de cette galerie exubérante d’archétypes occidentaux, ce ne sera pas le dernier.

Retraite de l’écrivain

La couverture du livre "Fille de rêve," par Laura Lippman

Fille de rêve
Par Laura Lippman
William Morrow : 320 pages, 29 $. 22 juin

L’auteur Gerry Anderson déménage à Baltimore pour être près de sa mère ; sa mère meurt. Gerry tente un mémoire; il tombe dans les escaliers. Confiné au lit et sous médicaments contre la douleur, il reçoit un appel téléphonique menaçant d’une personne prétendant être le protagoniste de son dernier roman à succès, “Dream Girl”. Est-ce l’une de ses trois ex-femmes ? Une ex-petite amie ? Gerry pense qu’il hallucine jusqu’à ce qu’il se réveille à côté d’une femme morte. De nombreux lecteurs penseront à “Misery” de Stephen King et bien que la comparaison ne soit pas juste pour l’un ou l’autre livre, les deux évoquent certainement l’anxiété des écrivains contraints de se soumettre aux caprices de leurs fans n ° 1.

Appréciez votre vol

La couverture du livre "Chute," par TJ Newman

Chute
Par TJ Newman
Lecteur avide : 304 pages, 28 $. 6 juillet

Même si le trope d’un bon pilote de héros masculin blanc grille, maintenez le cap de ce thriller implacablement tracé : l’équipage de conduite afro-américain du vol 416 de Coast Airlines sont les vrais héros de cette histoire. À destination de JFK hors de LAX, le pilote Bill Hoffman n’a aucune idée qu’il est sur le point d’avoir le choix : soit écraser l’avion, soit sa famille sera assassinée. L’auteur, ancien libraire et hôtesse de l’air, semble penser à tout – chaque astuce, chaque erreur, chaque avantage – dans un complot qui exécute plus de tonneaux qu’un avion de voltige le 4 juillet.

Au Cap

La couverture du livre "Le Palais du Papier," par Miranda Cowley Heller

Le Palais du Papier
Par Miranda Cowley Heller
Tête de rivière : 400 pages, 27 $. 6 juillet

Elle a 50 ans, est mariée et a trois enfants. Nous sommes en juillet et elle s’installe dans la maison familiale de Cape Cod, surnommée « le palais du papier » en raison du carton de qualité industrielle utilisé par son grand-père pour sa construction. Mais ce n’est pas un été typique ; elle a finalement eu une liaison avec son vieil ami Jonas après avoir attendu des décennies à la suite d’une tragédie de longue date. Elle va-t-elle bouleverser sa vie maintenant que tout a changé ? Le paysage magnifique de Back Woods (un remplaçant de Wellfleet, Mass.) fournit une toile de fond atmosphérique aux ruminations et aux flashbacks révélateurs d’Elle.

Randonnée en montagne

La couverture du livre "Nous n'étions jamais là," par Andrea Bartz

Nous n’étions jamais là
Par Andrea Bartz
Ballantine : 320 pages, 27 $. 3 août

Amies depuis l’université, Kristen et Emily, aujourd’hui 30 ans, font une randonnée annuelle au Chili. Quand Emily trouve Kristen debout au-dessus du corps du “mec mignon” qu’elle avait ramené dans leur chambre, elle doit tenir compte du fait que c’est la deuxième fois que Kristen tue un homme en “légitime défense”. Bartz pousse l’idée d’un « ennemi » vers de nouveaux sommets dans son troisième thriller, une autre vivisection experte des modes de communication et de compétition féminins. Comment ce cauchemar se terminera-t-il ? Certainement pas avec un brunch rigolo et imbibé de mimosa.

Dans les bois

La couverture du livre "Printemps de la damnation," par Ash Davidson

Printemps de la damnation
Par Ash Davidson
Scribner : 448 pages, 28 $, 3 août

Si vous rêvez d’une grande saga familiale, les débuts d’Ash Davidson feront l’affaire. Pendant des générations, les Gundersens ont été les intendants de Damnation Grove sur la côte californienne. Mais le dernier descendant, Rich Gundersen, travaille pour Sanderson Timber, qui veut le Grove et ses séquoias anciens. Comme sa femme, Colleen, sage-femme, fait des fausses couches et en témoigne davantage, le couple soupçonne les herbicides de Sanderson. Ce qu’ils apprendront mettra leur mariage en danger, divisera leur communauté et les opposera à un géant corporatif. Raconté à travers les voix de Rich, Colleen et de leur fils Chub, “Damnation Spring” aborde des problèmes majeurs avec une rage et un chagrin authentiques.

Escapade parisienne

La couverture du livre "Le voleur de parfum," par Timothy Schaffert

Le voleur de parfum
Par Timothy Schaffert
Double jour : 268 pages, 27 $. 3 août

Quelqu’un a dit « espionnage queer » ? Clémentine, une escroc réformée de 72 ans dont la mercerie signature convient à son environnement parisien glamour, est l’une des meilleures protagonistes de l’été. Clem a parcouru le monde à la recherche de parfums spéciaux ; maintenant, en 1941, elle doit déjouer le francophile nazi Oskar Voss afin de sauver un « livre de recettes » vital de parfums. D’autres auteurs ont eu une vision intelligente des romans d’espionnage de la Seconde Guerre mondiale, mais aucun n’a créé une voix comme celle de Clem, à la fois un véritable artiste et une femme qui raconte une histoire pour lui sauver la vie.