10 pièces essentielles du grand compositeur |

Claude Debussy (22 août 1862 – 25 mars 1918) était l’un des compositeurs les plus influents de la fin du XIXe et du début du XXe siècle et est considéré comme le fondateur de l’impressionnisme musical. Interpellé par le greffier du Conservatoire de Paris sur la règle qu’il suivait pour composer, Debussy répond d’un ton désarmant : « Mon plaisir ! Réagissant contre l’influence dominante de la musique germanique avec ses rigueurs logiques de forme et de développement, il a cherché une nouvelle musique de couleur, de sensation, d’humeur éphémère et de forme détendue qui serait typiquement française, ainsi que distinctement la sienne. Il développa un système d’harmonie et de structure musicale très original et sa musique ultérieure fut perçue comme partageant certaines caractéristiques avec les peintres impressionnistes, Monet en particulier. Ses œuvres majeures comprennent ‘Clair de Lune‘ (de la Suite Bergamasque, 1890-1905), Prélude à l’Après-Midi d’un Faune, l’opéra Pelléas Et Mélisande (1902), et La Mer. Faites défiler vers le bas pour découvrir notre sélection des meilleures œuvres de Debussy.

Écoutez le meilleur de Debussy sur Apple Music et Spotify et faites défiler vers le bas pour découvrir notre sélection des meilleures œuvres de Debussy.

Meilleures œuvres de Debussy : 10 pièces essentielles du grand compositeur Deux Arabesques (1888/1891)

Bien qu’il s’agisse d’une œuvre assez ancienne, les Deux Arabesques pour piano de Debussy contiennent des allusions au style musical en développement du compositeur. La suite est l’une des toutes premières pièces de musique impressionniste, suivant la forme d’art visuel français, et dépeint des scènes évocatrices à travers la musique.

Suite Bergamasque (1890, rév.1905)

La Suite Bergamasque est une suite en quatre mouvements – « Prélude », « Menuet », « Clair De Lune » et « Passepied » – pour piano. La musique relaxante s’inspire d’un poème écrit par le poète français Paul Verlaine et fait écho aux textures floues et impressionnistes des œuvres ultérieures de Debussy, en particulier dans sa pièce pour piano la plus appréciée « Clair De Lune ».

Quatuor à cordes en sol mineur (1893)

Le Quatuor à cordes en sol mineur de Debussy, l’un de ses premiers chefs-d’œuvre, combine des mélodies séduisantes avec une liberté rythmique exaltante et a ouvert la voie au Prélude à L’Après-Midi D’Un Faune l’année suivante. Debussy a élargi le son du quatuor à cordes avec une variété de nouvelles textures et effets tonaux. Avec des gammes exotiques, des accords non conventionnels, des progressions et des changements de tonalité, la musique présente des mélodies et des harmonies uniques pour leur époque.

Prélude à l’Aprés-Midi d’un Faune (1894)

On dit souvent que l’ère de la musique moderne a commencé par une seule œuvre en 1894 : le Prélude à L’Après-Midi D’Un Faune de Claude Debussy pour orchestre. A partir du poème de Mallarmé, Debussy considérait le Prélude comme évocateur « des scènes successives où passent les envies et les désirs de la faune dans la chaleur de l’après-midi ». Debussy a poussé jusqu’à ses limites le système traditionnel des tonalités et des tonalités. Le Prélude est l’une des pièces musicales les plus populaires de tous les temps et a inspiré de nombreux compositeurs, dont Léonard Bernstein et Boulez.

Pelléas et Mélisande (1902)

Pelléas et Mélisande est le seul opéra de Debussy jamais achevé et est considéré comme une référence dans la musique du XXe siècle. Le livret français a été adapté de la pièce symboliste de Maurice Maeterlinck, Pelléas et Mélisande. Debussy souligne le symbolisme de Maeterlinck avec une musique étonnamment originale, même si son utilisation des motifs pour identifier tous les acteurs et autres forces est assez wagnérienne.

La Mer (1905)

La Mer est l’œuvre de concert la plus populaire et la plus jouée de Debussy. Ces trois « esquisses symphoniques » pour orchestre capturent la capacité presque surhumaine de Debussy à traduire le jeu de la lumière sur l’eau et la place de la mer dans le monde naturel en son musical. La nature programmatique de cette pièce en fait une œuvre pionnière de l’impressionnisme musical.

Images (1905 – 1907)

Les deux livres d’Images ont avancé la minutie et le raffinement de la texture de Debussy, en particulier les « Reflets Dans L’Eau » du Livre I. Images Book II comprend « Cloches à Travers Les Feuilles » (« Cloches à travers les feuilles »), inspirées du son d’une cloche qui passe de village en village entre les fêtes religieuses.

Le coin des enfants (1908)

Suite enchanteresse en six mouvements évoquant des scènes d’enfance – dont le tumultueux ‘Golliwog’s Cake-Walk’ – dédiée « A ma chère petite Chouchou avec les douces excuses de son père pour ce qui suit ».

< Préludes (1910 – 1913)

Le premier livre de 12 Préludes pour piano solo présente de nouveaux effets et un jeu de textures ingénieux, les titres individuels étant donnés à la fin de chaque pièce. Le deuxième livre des Préludes poursuit l’exploration du piano moderne déjà familier du livre 1, notamment dans ‘Brouillards’ (‘Mists’), qui nous amène au bord de la polytonalité.

Jeux (1913)

Jeux, décrit par Debussy comme un « Poème Dansé », a été créé à Paris en 1913, quinze jours avant celui de Stravinsky. Le sacre du printemps. Ce ballet inoubliable met en scène deux filles et un garçon qui, après avoir perdu leur balle lors d’une partie de tennis en soirée, la recherchent dans les sous-bois éclairés par la lune en jouant à l’étrange jeu de cache-cache en cours de route. Jeux était la dernière partition orchestrale que Debussy a achevée avant sa mort en 1918 et est sa plus grande œuvre orchestrale.

Découvrez plus de nos meilleures œuvres de compositeur.

Voulez-vous être le premier à connaître les dernières nouvelles du monde classique ? Suivez uDiscover Classical sur Facebook et Twitter.

Share