500 Haïtiens ont signalé avoir traversé le Mexique en direction des États-Unis ⋆ .

Environ 500 Haïtiens se dirigeant vers la frontière américaine ont reçu vendredi l’ordre de descendre des bus par les autorités mexicaines de l’immigration dans l’État de Tamaulipas, au nord du pays, et certains ont tenté de poursuivre le voyage à pied.

Des agents de l’immigration et des officiers de la Garde nationale ont arrêté les bus à un poste de contrôle routier près de la ville de San Fernando, à environ 120 miles au sud de la frontière du Texas, a déclaré le gouvernement de l’État dans un communiqué de presse.

Un enfant traverse le fleuve Rio Grande de Ciudad Acuña, au Mexique, à Del Rio, au Texas, le vendredi 17 septembre 2021, où une zone a été désignée sous le pont international de Del Rio pour les migrants pendant leur traitement. (Marie D. De Jesús/Houston Chronicle via AP)

Le Mexique a refoulé les migrants haïtiens qui tentaient de traverser le sud du Mexique à pied. Mais 8 000 à 12 000 personnes, principalement des Haïtiens, ont déjà traversé le fleuve Rio Grande et se sont rassemblées sous et autour d’un pont dans la petite ville frontalière texane de Del Rio. Certains de ces migrants sont peut-être déjà dans le nord du Mexique depuis un certain temps.

Les migrants arrêtés à Tamaulipas ont déclaré aux médias locaux qu’ils étaient montés à bord d’une quinzaine de bus dans la ville de Poza Rica, Veracruz, et se dirigeaient vers Reynosa, Tamaulipas, de l’autre côté de la frontière de McAllen, au Texas.

De nombreux Haïtiens ont demandé l’asile ou le statut de réfugié au Mexique, mais ils ne sont pas autorisés à voyager en dehors de l’État où ils ont fait ces demandes. Environ 19 000 Haïtiens, dont beaucoup ont déjà voyagé à travers l’Amérique du Sud, ont demandé l’asile ou le statut de réfugié au Mexique jusqu’à présent cette année.

Les migrants comprenaient des familles avec enfants. Des voitures de police de l’État ont accompagné les migrants une partie de leur marche pour éviter les accidents sur l’autoroute.

La ville de San Fernando est connue pour le massacre de 72 migrants en 2010 par le cartel de la drogue Zetas. Les résidents y ont offert de la nourriture aux Haïtiens.

Mercredi, un autre groupe d’Haïtiens a bloqué une route à Tamaulipas en signe de protestation après avoir déclaré que les autorités fédérales tentaient de les arrêter et de les expulser.

Avez-vous souscrit à le podcast de theGrio « Chère Culture » ? Téléchargez nos derniers épisodes maintenant!

TheGrio est maintenant sur Apple TV, Amazon Fire et Roku. Téléchargez theGrio dès aujourd’hui !

Share