6 questions à Jennifer Wines de Fidelity Private Wealth Management

Nous avons demandé aux constructeurs du secteur de la blockchain et de la crypto leur avis sur l’industrie… et avons ajouté quelques commentaires aléatoires pour vous garder sur vos gardes !

Cette semaine nos 6 questions vont à Jennifer Wines, Vice-président de Fidelity Private Wealth Management .

Jen a grandi entre le Mexique, le Canada et les États-Unis. Les universitaires l’ont emmenée à Boston, où elle a fréquenté la faculté de droit et réussi l’examen du barreau. Jen a commencé sa carrière chez Goldman Sachs Private Wealth Management, puis a rejoint JP Morgan Private Bank. Elle est actuellement vice-présidente de Fidelity Private Wealth Management. Il détient le titre Certified Private Wealth Advisor® de la Booth School of Business de l’Université de Chicago.

De plus, Jen est membre fondatrice et conseillère de 100women @ Davos, une communauté de leaders et d’acteurs du changement axés sur l’impact. Elle a rencontré ce groupe de femmes lors de ses visites à Davos lors du Forum économique mondial, où elle se concentre sur les initiatives philanthropiques. De plus, il contribue au leadership éclairé par le biais du Forbes Business Development Council.

1 – Est-ce important de savoir qui est vraiment ou était Satoshi ?

Cela n’a pas d’importance, jusqu’à ce que vous le fassiez. En d’autres termes, cela peut devenir matériel si/quand on découvre qui est/était Satoshi.

Pendant ce temps, ne pas savoir qui est/était Satoshi est intéressant pour l’adoption de Bitcoin (BTC) car cela a fourni un point de départ neutre aux adoptants pour co-créer le récit et le cas d’utilisation de Bitcoin, en tant que collectif décentralisé.

J’imagine que Satoshi doit regarder cette expérience anthropologique se dérouler, quelque part dans le monde.

2 – Que signifie pour vous la décentralisation et pourquoi est-elle importante ?

Pour moi, la décentralisation signifie la distribution du pouvoir. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles la décentralisation est importante, mais le seul point général que je voudrais mentionner ici est qu’elle invite tout le monde à participer à tout ce qui est décentralisé. Cela finit par activer plus de personnes et de potentiel que ce qui est possible avec la centralisation.

3 – Quelles personnes trouvez-vous les plus inspirantes, intéressantes et amusantes dans cet espace ?

Je trouve le fonctionnement mental de Balaji Srinivasan, Michael Saylor et Robert Breedlove plus inspirant, plus intéressant et plus amusant dans cet espace. J’apprécie les discussions théoriques et philosophiques sur la cryptographie, et ces gars-là l’écrasent tout simplement.

Les capacités prédictives de Balaji viennent d’un autre monde. L’application de la thermodynamique par Saylor à Bitcoin est un pur génie. Et qu’est-ce que l’argent Breedlove ? Les discussions philosophiques sont d’une importance cruciale pour notre époque.

Je remercie également les excellents intervieweurs, qui posent des questions significatives.

4 – Pensez à vos paroles de poème ou de chanson préférées. Qu’est-ce que c’est et pourquoi ça te parle ?

Parlez de trous de lapin! Il y a rarement un moment de la journée où je n’écoute pas de musique, que ce soit du classique (j’écoute Chopin au moment où j’écris ceci), du rock, du hip-hop ou de l’électro, et tout le reste. Tant de paroles de chansons préférées me viennent immédiatement à l’esprit, mais voici la première :

« Go With The Flow » de Queens of the Stone Age : « Je veux mourir pour quelque chose de bon, pour le rendre beau à vivre. »

Quant aux poèmes, une de mes citations préférées est celle de Thoreau : « Le coût d’une chose est la somme de ce que j’appellerai la vie qu’il faut échanger contre elle, immédiatement ou à long terme. Bien que j’apprécie également la variante plus concise et largement diffusée : « Le prix de toute chose est la quantité de vie qui est échangée contre elle.

La beauté des poèmes et des paroles est qu’ils sont laissés à l’interprétation et qu’ils sont parfaitement adaptés au parcours de l’interprète.

5 – Quel est le livre qui vous a le plus influencé ? Parce que?

Le prophète de Kahlil Gibran m’a le plus influencé parce qu’il touche et enseigne magistralement toutes les facettes de la vie. De plus, chaque mot du livre est puissant et puissant. J’ai lu ce livre plusieurs fois et j’ai remarqué quelque chose de nouveau à chaque fois.

J’apprécie grandement les esprits qui peuvent créer, construire et communiquer de la valeur d’une manière réfléchie, bien conçue et ingénieuse. Les classiques, grosso modo, le font : zéro peluche ou remplissage. Et cela est important à cause de la citation de Thoreau mentionnée ci-dessus.

6 – Si vous n’aviez pas besoin de dormir, que feriez-vous du temps supplémentaire ?

Ne pas avoir besoin de dormir serait un super pouvoir absolu. Je fais partie de ces personnes qui ont besoin de huit bonnes heures de sommeil chaque nuit, alors que j’ai toujours souhaité n’avoir besoin que de cinq ou six heures par nuit. Ces heures supplémentaires ont un grand potentiel de composition. Je ferais plus de tout ce qui contribue à l’évolution : travailler, lire, écrire, écouter des podcasts, rencontrer des amis, faire de l’exercice, voyager, toutes choses.

Ne pas avoir besoin de dormir rendrait également les voyages internationaux beaucoup plus faciles à gérer. Et en tant que personne qui aime s’aventurer dans le monde, cela changerait la donne.

Share