A ce rythme, l’Europe aurait 21 ans de retard pour atteindre ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre | La vie

Selon une étude, l’Union européenne semble tarder à atteindre ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le changement climatique est un fait, et nous le voyons non seulement dans la réalisation de phénomènes météorologiques tels que les ouragans qui ne se produisaient pas avec une telle régularité il y a des années, mais aussi avec l’augmentation excessive des températures atteignant des chiffres records été après été et qui pourraient faire que des millions d’espèces disparaissent et que même les êtres humains doivent changer en abandonnant leurs communautés de toujours pour survivre.

Et maintenant une étude de la plus grande entreprise de services publics en Europe, Dans le, montre que bien que des progrès soient accomplis dans la réduction des émissions, L’Europe est en train de prendre du retard pour les réduire s’ils continuent au rythme actuel.

L’objectif de l’Union européenne est de réduire ces émissions de gaz à effet de serre de 55 % d’ici 2030, mais selon les estimations, cet objectif ne serait atteint qu’en 2051 si aucun changement substantiel ne se produit.

L’Europe n’atteindrait pas non plus l’objectif de 40 % d’énergies renouvelables fixé d’ici 2030, et il n’arriverait pas avant 2043.

Enel suggère à l’Union européenne qu’il lui faudrait investir 3,6 milliards d’euros pour atteindre l’objectif d’émissions 2030 et qu’ils sont plus agiles en convertissant rapidement chacun des plans stipulés en actions plus concrètes. Cela inclura une coordination plus étroite entre les États membres de l’Union européenne.

Ils soulignent qu' »un changement de cap rapide est nécessaire, ce qui met l’Europe en mesure de réaliser les investissements nécessaires pour compenser le retard accumulé au fil des années et accélérer la création de valeur économique ».

« Il est nécessaire d’accélérer et de se doter d’un système de gouvernance adapté à l’ampleur du défi et capable de traduire les intentions en actions concrètes », déclare le PDG d’Enel, Francesco Starace.

Share