Accord sur le Brexit: le Royaume-Uni doit rompre ses liens avec l’UE s’il veut prospérer et échapper aux griffes de Bruxelles | UK | Nouvelles

Allister Heath, le rédacteur en chef du Sunday Telegraph, dit que la Grande-Bretagne devra reprendre son rôle de puissance européenne «périphérique» avec des intérêts mondiaux, revenant en fait à une norme de 450 ans. Il prévient que les tensions avec l’Union européenne sont susceptibles d’augmenter et que les relations seront tendues. Pourtant, la faute en incombera carrément aux «idéologues» réticents à Bruxelles, qui n’ont aucun intérêt à rechercher des compromis et une coopération.

M. Heath écrit: «De nombreux eurosceptiques espéraient que le Brexit inaugurerait une nouvelle ère de coopération amicale avec l’Europe.

«Nous ne chercherions plus à bloquer les traités fédéralisants ou à discuter d’argent, donc les tensions auraient dû être levées.

«Pourtant, cela s’est déjà révélé désespérément utopique.

“Les idéologues à Bruxelles ne font pas d’amitié: vous êtes soit sous leur contrôle, soit sous leurs rivaux, pour être sapé sans pitié.”

Selon le rédacteur en chef du Sunday Telegraph, le Royaume-Uni s’est montré exceptionnellement doux en s’opposant à Bruxelles, malgré les provocations perçues lancées par Ursula von der Leyen et les Français en particulier.

M. Heath soutient qu’il s’agissait d’une décision tactique, prise pour garantir le passage sans heurts de l’accord commercial sur le Brexit par le Parlement européen.

LIRE LA SUITE: L’Espagne enflamme la dispute à Gibraltar: un politicien attaque des “ pirates ”

La Grande-Bretagne doit détourner le regard de l’Europe pour garantir ses intérêts à long terme, ce qui signifie inévitablement outiller son économie pour pouvoir commercer avec le reste du monde.

Il affirme: «Nous devons diversifier notre économie hors de l’Europe le plus rapidement possible et faire davantage de commerce avec le reste du monde.

“Nous devons fixer des taxes et des réglementations pour maximiser notre compétitivité mondiale, que cela déclenche ou non des représailles protectionnistes de Bruxelles.”