Action HIPO : Pourquoi Hippo Holdings plonge-t-il de 15 % aujourd’hui ?

Cette année a commencé par un boom au cours duquel les SAVS ont rapidement commencé à dominer le marché. Ils ont commencé à aider les jeunes entreprises et les jeunes entreprises à faire leurs débuts en bourse avant qu’elles n’en auraient autrement pu. L’engouement pour SPAC semble s’être calmé, cependant, et le partenariat avec eux a souvent donné des résultats négatifs. Les investisseurs constatent qu’aujourd’hui avec Hippopotame (NYSE :HIPO) Stock.

Une illustration 3D du mot SPAC sur un tableau plein de chiffres et de flèches haut et bas.

Source : iQoncept/ShutterStock.com

Qu’est-il arrivé au stock HIPO?

Hippo Holdings, un fournisseur d’assurance habitation numérique, a cherché à devenir public à un moment où le marché américain du logement était en plein essor en raison de la pandémie de Covid-19. Cette décision avait du sens. En tant que concurrent Limonade (NYSE :LMND) démontré par sa performance boursière positive qui lui a valu une recommandation « conserver pour toujours » sur InvestorPlace, le marché de l’insurtech était brûlant. Tout cela est arrivé alors que les Américains cherchaient à acheter des maisons familiales et à assurer leurs actifs.

Juste avant que la société ne débute ses activités commerciales, le partenaire de fusion Réinventer les partenaires technologiques a vu ses actions s’effondrer alors que les investisseurs demandaient leur remboursement. Cela s’est traduit par le retrait de 80 % de leur capital initial et le retour d’environ 192 millions de dollars aux investisseurs. Ce n’était pas un bon début pour l’entreprise.

L’action HIPO ne s’est jamais vraiment redressée. Aujourd’hui marque une journée particulièrement difficile pour les cours des actions, car les investisseurs de PIPE (investissement privé en capital public) sont enfin en mesure de se débarrasser de leurs actions conformément à l’accord de fusion. En conséquence, les cours des actions ont baissé de près de 15% sur la journée, au moment d’écrire ces lignes.

Pourquoi est-ce important

Compte tenu de son début difficile pour les échanges publics, il n’est guère surprenant que les investisseurs sautent le navire à la première occasion. Depuis ses débuts le 3 août, la société n’a jamais bien performé. En fait, les cours des actions ont baissé de plus de 55 %.

Même avec le retrait initial des investisseurs, la société a tout de même commencé à négocier avec une valorisation de 5 milliards de dollars. La performance de l’action indique cependant que cela n’a pas beaucoup contribué à la croissance de l’entreprise. Alors que cela ne fait qu’un mois que l’action Hippo a fait ses débuts, les investisseurs ont peu de raisons de prévoir un revirement.

Que se passe-t-il ensuite avec Hippo ?

L’action Hippo continuera de baisser à la suite de ce deuxième retrait des investisseurs. D’autres entreprises ont récemment fait face à des scénarios similaires, comme le démarrage d’un véhicule électrique Moteurs lucides (NYSE :LCID), qui a vu ses actions baisser le 1er septembre après que ses investisseurs PIPE en aient également profité pour se débarrasser de leurs actions à la fin de la clause de blocage de la société.

Contrairement à Hippo, cependant, Lucid a donné à ses investisseurs à long terme des raisons d’être optimistes. Plus tôt cette semaine, il a promis de lancer certains de ses produits très attendus aux membres des médias et des communautés financières. Il convient également de noter qu’Hippo n’a jamais reçu le type de buzz et d’anticipation dont Lucid a bénéficié, malgré une performance boursière initiale décevante.

À moins que cette startup d’insurtech n’ait quelque chose en préparation que le public ne connaît pas encore, ses investisseurs seront probablement encore plus déçus. Plus d’actionnaires se déchargeront quand ils le pourront et pour l’instant, il n’y a aucune raison pour eux de faire autrement.

A la date de publication, Samuel O’Brient n’avait (directement ou indirectement) aucune position sur les titres mentionnés dans cet article. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur, sous réserve des directives de publication d’InvestorPlace.com.

Share