Actualités de l’UE: Bruxelles exhortée à expulser les diplomates turcs alors que les tensions montent avec Erdogan | Monde | Nouvelles

Le dirigeant turc a déclaré samedi qu’il avait demandé à son ministère des Affaires étrangères d’expulser les ambassadeurs des États-Unis et de neuf autres pays occidentaux pour avoir demandé la libération du philanthrope Osman Kavala. Sept des ambassadeurs représentent les alliés de la Turquie au sein de l’OTAN et les expulsions, si elles étaient effectuées, ouvriraient le fossé le plus profond avec l’Occident au cours des 19 années de pouvoir d’Erdogan.

Kavala, un contributeur de nombreux groupes de la société civile, est en prison depuis quatre ans, accusé d’avoir financé des manifestations à l’échelle nationale en 2013 et d’avoir participé à un coup d’État manqué en 2016.

Il est resté en détention pendant que son dernier procès se poursuit et nie les charges retenues contre lui.

Dans une déclaration conjointe du 18 octobre, les ambassadeurs du Canada, du Danemark, de France, d’Allemagne, des Pays-Bas, de Norvège, de Suède, de Finlande, de Nouvelle-Zélande et des États-Unis ont appelé à une résolution juste et rapide du cas de Kavala, et à son « urgent Libération ».

Ils ont été convoqués par le ministère des Affaires étrangères, qui a qualifié la déclaration d’irresponsable.

« J’ai donné l’ordre nécessaire à notre ministre des Affaires étrangères et j’ai dit ce qu’il fallait faire : ces 10 ambassadeurs doivent être déclarés persona non grata (indésirables) immédiatement. Eskisehir.

« Ils connaîtront et comprendront la Turquie. Le jour où ils ne connaîtront et ne comprendront pas la Turquie, ils partiront », a-t-il déclaré sous les acclamations de la foule.

Les ambassades américaine et française et la Maison Blanche n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires. Un porte-parole du département d’État américain a déclaré qu’il était au courant des informations et qu’il cherchait des éclaircissements auprès du ministère turc des Affaires étrangères.

La Norvège a déclaré que son ambassade n’avait reçu aucune notification des autorités turques.

LIRE LA SUITE: La Chine fait face à une «bombe de la dette» de 4 000 milliards de dollars au milieu de la peur de la crise financière

Six des pays concernés sont membres de l’UE, dont l’Allemagne et la France. Le président du Parlement européen, David Sassoli, a tweeté : « L’expulsion de dix ambassadeurs est un signe de la dérive autoritaire du gouvernement turc. Nous ne serons pas intimidés. Liberté pour Osman Kavala. »

Le ministre danois des Affaires étrangères, Jeppe Kofod, a déclaré que son ministère n’avait reçu aucune notification officielle, mais était en contact avec ses amis et alliés.

« Nous continuerons à protéger nos valeurs et principes communs, comme cela est également exprimé dans la déclaration commune », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Une source au ministère allemand des Affaires étrangères a également déclaré que les 10 pays se consultaient.

Wolfgang Ischinger, président de la Conférence de Munich sur la sécurité et ancien ambassadeur d’Allemagne, appelle les dirigeants de l’UE à répondre par une action réciproque en « déclarant les ambassadeurs turcs dans l’UE persona non grata ».

L’eurodéputé Michael Gahler, coordinateur du groupe PPE pour les affaires étrangères, a fait écho : « Déclarer les ambassadeurs turcs dans l’UE personae non gratae serait une action appropriée à prendre.

Il a ajouté : « Erdogan sait qu’Osman Kavala est innocent, les ambassadeurs le savent, toute personne bien informée en est consciente. [Erdogan] délibérément ignoré une décision de justice qui a acquitté [Kavala]. « 

Share