Actualités de l’UE : la France met l’anglais dans la ligne de mire – « Nous NE POUVONS PAS nous en réjouir » | Monde | Nouvelles

Expert : Il faudra 20 ans pour que la langue anglaise de l’UE change

Et Jean-Baptiste Lemoyne a suggéré que la France utiliserait sa présidence imminente de l’UE pour tourner la vis – avec Clément Beaune, le ministre de l’Europe du pays, invité à faire de même. L’utilisation de l’anglais comme une sorte de lingua franca au sein du bloc, et en particulier au sein du Parlement européen, est de plus en plus controversée surtout depuis le Brexit.

Les critiques estiment qu’il n’est pas nécessaire que l’anglais soit utilisé par défaut, arguant que les députés devraient plutôt parler dans leur langue maternelle avec l’équipe de linguistes du Parlement traduisant en conséquence en fonction de la nationalité des auditeurs.

Dans un discours hier, Jean-Baptiste Lemoyne, membre d’En Marche, a déclaré : « La France assume la présidence de l’UE et avec Clément Beaune, nous voulons que ce sujet soit une priorité absolue.

« La langue française doit avoir une meilleure place dans les institutions européennes, mais pas seulement le français, les autres langues aussi. »

Emmanuel Macron en France et Angela Merkel en Allemagne (Image: GETTY)

Jean-Baptiste Lemoyne

Jean-Baptiste Lemoyne a tenu ses propos lors d’une interview télévisée (Image : France3TV)

Faisant référence à la maîtrise rudimentaire de l’anglais qu’il prétendait posséder par de nombreux députés européens, M. Lemoyne a ajouté: « Nous ne pouvons pas nous réjouir d’utiliser seulement 500 mots d’anglais, d’un globish, d’un espéranto incompréhensible. »

M. Lemoyne n’est pas le premier député européen à s’élever contre le statut de l’anglais au sein de l’UE.

L’année dernière, Jordan Bardella, député européen du parti de droite du Rassemblement national français, a fait valoir que l’anglais devrait perdre son statut « puisque l’Irlande a déclaré l’irlandais comme langue officielle et que Malte a choisi le maltais ».

JUST IN : « Pourquoi devrions-nous payer ? Les Britanniques frappent alors que les expatriés britanniques demandent une augmentation des retraites

Clément Beaune

Clément Beaune, ministre français des Affaires européennes (Image : GETTY)

Dans une question écrite, il a demandé : « Quelle est la position de la Commission sur la question du maintien de l’anglais comme langue officielle de l’Union européenne ?

« La Commission serait-elle favorable à une modification des règles régissant les langues de l’UE en vertu de l’article 342 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne ? Serait-il prêt, par exemple, à proposer au Conseil d’adopter un règlement à ce sujet en conséquence ? »

Le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, a déclaré qu’il s’agissait du Conseil européen plutôt que de la Commission européenne.

Il a ajouté : « Le régime linguistique est fixé par le règlement n° 1/1958 établissant le régime linguistique de la Communauté économique européenne (1) qui prévoit, à l’article 1 (2), que l’anglais, entre autres langues, est l’une des langues officielles. et les langues de travail des institutions de l’Union.

A NE PAS MANQUER
Les expatriés furieux contre le gel des retraites : avertissement émis suite aux votes des expatriés [LATEST]
Le plan du travail pour courtiser les Britanniques qui travaillent avec un plan pour «acheter des britanniques» [INSIGHT]
Les travaillistes gallois admettent un futur référendum «sur la table» [REVEAL]

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron, président de la France (Image : GETTY)

Jordan Bardella

Jordan Bardella, député européen du Rassemblement national (Image: GETTY)

« En outre, la Commission tient à souligner que l’anglais est l’une des langues officielles de deux États membres, à savoir l’Irlande et la République de Malte.

S’exprimant l’année précédente, l’eurodéputé français de gauche Manuel Bompard a déclaré : En anglais.

« Lorsque le retrait du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord de l’Union européenne sera achevé conformément à l’article 50 du traité sur l’Union européenne, la langue anglaise ne sera plus la langue officielle d’un seul État membre de l’UE.

« Cela étant, la Commission va-t-elle revoir sa pratique en ce qui concerne ses langues de travail ? Supprimera-t-il l’anglais de la liste et utilisera-t-il pleinement et sur un pied d’égalité le français et l’allemand ?

Fiche d'Emmanuel Macron

Fiche d’information d’Emmanuel Macron (Image : Express)

A cette occasion, M. Sefcovic a répondu : « Actuellement, les institutions de l’Union ont 24 langues officielles et de travail, dont l’anglais, qui est une langue officielle en Irlande et à Malte.

« Il n’y a aucune intention de modifier les dispositions actuelles concernant l’utilisation des langues au sein de la Commission. »

L’ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s’est également demandé si l’anglais devait continuer à être utilisé au sein du bloc, suggérant en 2017 qu’il était « moins important qu’il ne l’était ».

S’adressant à Express.co.uk l’année dernière, M. Littlewood, directeur général de l’Institute for Economic Affairs, a déclaré à Express.co.uk : « L’anglais est de plus en plus la langue mondiale du commerce.

Maros Sefcovic

Maros Sefcovic, le commissaire européen (Image : GETTY)

« Cela irrite un peu l’Union européenne et cela irrite certainement les Français.

« L’Union européenne est confrontée à une question intéressante.

« Reste-t-il en grande partie bilingue, malgré le fait que les seuls anglophones natifs seront la toute petite République d’Irlande ?

« Ou est-ce que cela met en quelque sorte deux doigts dans le monde anglophone et dit » non, nous allons tout faire en français? « 

(Rapport supplémentaire de Maria Ortega)

Share