Affaire ZEE-Invesco : la Haute Cour de Bombay se prononcera mardi

Devant le tribunal de grande instance, l'avocat de ZEEL, Gopal Subramanium, a réitéré l'incapacité du conglomérat médiatique à convoquer une assemblée générale extraordinaire (AGE) comme l'avait réquisitionné Invesco, la qualifiant d'« illégale ».Devant le tribunal de grande instance, l’avocat de ZEEL, Gopal Subramanium, a réitéré l’incapacité du conglomérat médiatique à convoquer une assemblée générale extraordinaire (AGE) comme l’avait réquisitionné Invesco, la qualifiant d’« illégale ».

La Haute Cour de Bombay devrait prononcer mardi son ordonnance dans l’enchevêtrement juridique de Zee Entertainment Enterprises (ZEEL) avec son plus grand investisseur institutionnel, Invesco Developing Markets Fund. Par ailleurs, le banc du Tribunal national du droit des sociétés (NCLT) de Mumbai a ajourné l’affaire à mercredi.

Devant le tribunal de grande instance, l’avocat de ZEEL, Gopal Subramanium, a réitéré l’incapacité du conglomérat médiatique à convoquer une assemblée générale extraordinaire (AGE) comme l’avait réquisitionné Invesco, la qualifiant d’« illégale ».

Le 11 septembre, Invesco avait demandé à ZEEL de tenir une AGE et avait demandé la destitution de trois administrateurs, dont le PDG et directeur général de ZEEL, Punit Goenka, alléguant une violation des normes de gouvernance d’entreprise. Elle avait également demandé l’intronisation de six de ses candidats au conseil d’administration de ZEEL.

Vendredi, une formation à juge unique du juge GS Patel, qui a entendu la requête, a déclaré qu’une ordonnance serait prononcée le 26 octobre.

Dans son argumentation devant la Haute Cour, l’avocat de ZEEL, Gopal Subramanium, a déclaré que le conseil d’administration d’une société a le droit de rejeter une réquisition dans certaines circonstances, lorsque les investisseurs présentent des « conceptions » ou violent la Loi sur les sociétés.

L’avocat de ZEEL a soutenu qu’Invesco est un investisseur étranger et détient des participations dans plusieurs sociétés indiennes cotées. Sa réquisition de nommer six administrateurs indépendants au conseil d’administration de ZEEL pourrait être de « prendre le contrôle » de l’entreprise médiatique.

« Le bon sens est qu’il y a six administrateurs, mais ils ne sont pas indépendants », a déclaré Subramanium.

Selon le conseiller juridique de ZEEL, la loi sur les sociétés propose que le comité de nomination et de rémunération recommande la nomination d’administrateurs indépendants, qui doit être approuvée par le conseil d’administration.

« Il n’y a pas de concept d’administrateur indépendant suggéré par les actionnaires, ce qui est également soutenu par la réglementation Sebi », a-t-il déclaré, alléguant que la proposition d’Invesco était une « illégalité en gros ».

La Haute Cour de Bombay a entendu une requête déposée par ZEEL le 2 octobre lui demandant de déclarer l’avis EGM d’Invesco comme « illégal et invalide ».

Pendant ce temps, le banc du NCLT à Mumbai a ajourné l’affaire à mercredi, car le tribunal attendra la décision de la Haute Cour de Bombay sur la question.

L’avocat principal Ranjit Kumar a informé le NCLT qu’une demande d’intervention avait été déposée au nom du fondateur du groupe Zee, Subhash Chandra. Cependant, les détails n’ont pas été fournis en audience publique.

Obtenez les cours des actions en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share