Afghanistan : Les femmes présentatrices de nouvelles « ne sont pas autorisées » à diffuser au milieu de la répression des talibans | Monde | Nouvelles

Alors que les talibans réaffirment une fois de plus leur emprise de fer sur le pays, le groupe militant a lancé une répression contre des centaines de femmes journalistes. Scott Lucas, rédacteur en chef d’EA Worldview et expert en politique étrangère, a expliqué à Express.co.uk l’impact du régime taliban sur les femmes dans les médias.

Il a déclaré : « Il existe une chaîne d’information de premier plan en Afghanistan avec une présentatrice, elle a continué à diffuser juste après l’entrée des talibans à Kaboul, elle portait un hijab.

«Mais elle a interviewé un porte-parole des talibans, et peu de temps après cette interview, elle n’a plus été autorisée à diffuser, elle n’était plus en mesure d’opérer en tant que journaliste, elle s’est enfuie pour sa propre sécurité.

« Si vous avez un cas très médiatisé comme celui-là, pensez aux nombreuses personnes qui ne sont pas très médiatisées – ce à quoi elles sont confrontées au quotidien. »

Les commentaires de M. Lucas suivent alors que Shabnam Dawran, une présentatrice de la Radio Télévision Afghanistan (RTA) basée à Kaboul, affirme que les talibans lui ont ordonné de rentrer chez elle.

Mme Dawran, qui portait un hijab, a déclaré dans une vidéo: « Je suis allée à RTA mais ils m’ont dit que le régime avait changé, vous n’êtes pas autorisé, rentrez chez vous. »

S’exprimant lors d’un événement Women in Journalism à Dumfries House, Camilla, duchesse de Cornouailles, s’est entretenue avec la journaliste de la BBC Yalda Hakim, qui a récemment interviewé un porte-parole des talibans à l’antenne.

La duchesse de Cornouailles a déclaré : « J’ai été informée de manière fiable qu’en 2020, 700 femmes journalistes travaillaient à Kaboul.

« Aujourd’hui, il y en a moins de 100. Avec la perte de 600 voix, les expériences d’innombrables Afghans resteront inconnues.

LIRE LA SUITE: Donald Trump donne un indice majeur sur le plan de campagne présidentielle américaine

« Faisons tout notre possible pour soutenir, promouvoir et, surtout, écouter les courageuses femmes journalistes d’Afghanistan, dont le travail les met en danger chaque jour.

Pendant le règne des talibans de 1996 à 2001, les femmes ont été empêchées d’aller au travail ou à l’école.

Des progrès ont été réalisés lorsque le groupe militant était hors du pouvoir avec 3,2 millions de filles scolarisées en Afghanistan en 2013 – contre 50 000 en 2001, selon l’Unicef.

M. Lucas a ajouté : « Il y avait beaucoup d’Afghans qui ont obtenu un espace politique, qui ont obtenu un espace culturel, un espace social, en particulier des femmes, en particulier des membres de la communauté LGBT, en particulier dans ce cas les hommes homosexuels qui couraient un risque imminent, de des groupes comme les talibans, vous avez pu obtenir des ONG qui pouvaient opérer sur le terrain.

A NE PAS MANQUER
Joe Biden ‘ne se fout pas de la Grande-Bretagne’ affirme le meilleur conseiller d’OBAMA [REVEAL]
On ne peut pas faire confiance aux États-Unis sous Joe Biden – MITCH FEIERSTEIN [COMMENT]
Donald Trump claque Mark Zuckerberg dans le retrait brutal de Facebook [INSIGHT]

« Vous avez pu augmenter l’éducation, pour de nombreuses filles jusqu’au niveau primaire et secondaire et même jusqu’à l’université, il s’est passé de bonnes choses sur le terrain lorsque les talibans ont été chassés. »

Depuis la prise de contrôle des talibans, des images ont été diffusées dans plusieurs universités, montrant des étudiantes cachées derrière des rideaux.

L’expert en politique étrangère a ajouté : « Beaucoup de gens se cachent, en particulier des femmes, des journalistes, des éducateurs, des membres d’ONG, nous avons des rapports de passages à tabac et même d’exécutions. »

Share