Alain Prost estime que sa carrière est sous-estimée

Discuter des grands de la Formule 1 implique beaucoup d’opinions personnelles, mais Alain Prost pense que sa carrière passe définitivement sous le radar.

En tant que quadruple champion du monde avec 51 victoires à son actif, Prost est sans aucun doute l’un des plus grands talents que la Formule 1 ait jamais vus.

Mais lorsque les gens ont ce débat sur les légendes, Prost a le sentiment que sa carrière est souvent sous-estimée.

«On me demande depuis 40 ans qui est le meilleur pilote de tous les temps! Je n’ai jamais répondu parce que je me demande si j’aurais été aussi bon que [Juan Manuel] Fangio au volant de sa voiture, par exemple. Il était le meilleur de sa génération, comme moi avec Ayrton [Senna], comme Michael Schumacher à son époque ou Lewis Hamilton aujourd’hui », confie-t-il au Figaro.

“Indéniablement, cependant, je suis sous-estimé.”

Découvrez tous les derniers vêtements d’équipe 2021 via la boutique officielle de Formule 1

Mais comment un pilote avec la capacité de Prost pourrait-il être sous-estimé?

Eh bien, la théorie du Français est que tout au long de sa carrière, il était trop obligeant sur qui était son coéquipier, mais aussi en tant que personne n’était pas aussi commercialisable que les autres pilotes vedettes.

La rivalité McLaren de Prost et Senna est entrée dans les livres d’histoire comme l’une des rivalités de Formule 1 les plus intenses de tous les temps.

«Je me suis souvent demandé pourquoi. Je suis le seul pilote à avoir remporté plusieurs championnats du monde et pourtant accepté de rester le plus possible avec un coéquipier, parfois même en le soutenant », a-t-il poursuivi.

«Ce fut le cas avec Ayrton Senna. J’ai presque demandé qu’il soit signé par McLaren. Je n’ai jamais eu de contrat de premier conducteur. Peut-être que cela a fonctionné contre moi. La rivalité avec Ayrton était-elle le problème? C’est difficile à savoir.

«En fin de compte, je pense que j’étais un gars trop normal. Et être normal ne se vend pas bien.

«Je me dis souvent une chose: je viens de Saint-Chamond, petite ville de la Loire, mes parents n’avaient pas d’argent. J’ai tout fait tout seul. Je n’avais pas de manager, je gérais mes propres contrats. J’étais petite avec un nez tordu et des cheveux bouclés. Et je reste quadruple Champion du Monde avec 51 victoires.

«Parfois, j’ai remporté des Grands Prix avec des voitures que n’importe quel pilote aurait conduit à la première place. Mais d’autres fois, j’ai terminé quatrième après avoir participé à l’une des meilleures courses de ma vie. Mais personne ne l’a vu.

«J’aurais pu gagner sept titres. Il y a eu de la malchance, des équipes ont triché, le système de notation a changé. Mais je n’ai aucun regret. Quelle différence cela ferait-il dans ma vie d’avoir un autre titre? »

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram!