Alcaraz, dans le sillage de Nadal

25/07/2021 à 23:03 CEST

.

Image de balise Carlos Alcaraz inaugure son record professionnel, remporte son premier titre ATP à Umag et s’installe sur le chemin de Raphael Nadal, Une référence dans le sport mondial qui a fait irruption sur le circuit de manière similaire à celle du joueur de tennis murcien.

La perspective est large et la distance est encore immense. Mais Alcaraz semble avoir son propre chemin. Le plus jeune champion de l’histoire du tournoi d’Umag (Croatie), le premier à figurer à son palmarès, avance à pas de géant, mais sans précipitation.

Le joueur de tennis d’El Palmar, âgé de 18 ans et de deux mois, n’oubliera jamais les courts du stade Goran Ivanisevic, où il a commencé à peaufiner un record plus que prometteur avec son triomphe sur le vétéran français. Richard Gasquet.

Alors que Nadal s’accroche au présent Alcaraz vient de démarrer avec l’élan et la confiance en soi de ceux qui entendent laisser leur empreinte. L’air frais du tennis espagnol brûle les scènes avec solvabilité. Avec l’élan d’un gamin et la tempérance d’un vétéran.

Il y a beaucoup à faire Image de balise Juan Carlos Ferrero et son équipe dans chaque mouvement du jeune homme d’El Palmar. Celui qui est devenu numéro un mondial, champion de Roland Garros, de Coupe Davis et fleuron de la Marine, calibre à la fois le talent et la mentalité de son élève dans différentes situations.

Carlos Alcaraz accumule un mérite après l’autre sur la piste avec des actions vertueuses, un développement physique adéquat et une tête stable et privilégiée.

« Il a un potentiel énorme et n’a besoin que de peu de temps. Hormis un grand joueur de tennis, c’est un garçon qui a des choses claires, des valeurs dont la société a besoin. Plus que tout dans la vie, l’important est d’être une bonne personne. Quand vous avez l’humilité d’être clair sur ce que vous devez améliorer tout en étant très performant, comme c’est votre cas, cela vous pousse à vouloir être meilleur, ce qui est l’essence de ce sport », a déclaré Rafael Nadal de Carlos Alcaraz après le duel que les deux ont joué sur le court central de la Caja Mágica, au Mutua Madrid Open.

C’était le 5 mai, lorsque le joueur murcien a eu dix-huit ans et a atteint l’âge de la majorité. L’invité du tournoi madrilène était encore une promesse en devenir. Un joueur prometteur qui commençait à faire du bruit et à récolter les louanges. Il y a neuf mois, en août de l’année dernière, il n’était pas dans le top 300 du classement ATP. Deux semaines plus tard, après avoir remporté le quatrième tournoi challenger de sa carrière à Oeiras (Portugal), il faisait partie du top 100 pour la première fois de sa carrière.

Le triomphe à Umag le place parmi les soixante meilleurs joueurs du tennis mondial. En moins d’un an, il a grimpé de 250 places. Un parcours rapide puisqu’il a donné un aperçu de ses possibilités en février 2020 lorsqu’il a remporté son premier match ATP à Rio de Janeiro.

Tout est allé très vite après pour lui plus jeune joueur dans le top 100. 2021 était la consécration d’Alcaraz. Il est apparu avec les demi-finales qu’il a atteint dans le tournoi de Marbella, dépassé par son compatriote Jaume Munar tout en ressentant des expériences dans le Grand Chelem.

Avec le précédent Roland Garros 2020 comme seul bagage, il a déjà passé le tour de qualification en Australie, où il a remporté son premier match du tableau principal contre le Néerlandais Botic Van de Zandschulp. Au deuxième tour, il est tombé contre le Suédois Mikael Ymer.

Un pas de plus qu’il fit à Paris. Il a traversé, cette fois, les matchs précédents pour faire partie de la configuration de la compétition. Il a atteint la troisième étape après avoir battu l’Espagnol Bernabé Zapata et le Géorgien Nikoloz Basilashvili plus tard. Il a été arrêté dans la trentaine par l’Allemand Jan Lennard Struff.

Sa croissance l’a conduit directement au All England Club sans avoir à disputer la phase de qualification. C’est là qu’il remporte son premier match, contre le Japonais Yasutaka Uchiyama. Il a perdu le suivant, face au numéro deux mondial, le Russe Daniil Medvedev. Mais il quitte la piste et la compétition acclamée par le public londonien, s’abandonne au jeu espagnol et à la splendeur qui l’attend.

Alors que des records sont battus aux Jeux olympiques de Tokyo, Alcaraz améliore d’autres records. À Umag, il est devenu le premier à atteindre la demi-finale depuis Nadal en 2004, lorsqu’il a également atteint la finale à Auckland et le titre, le premier à Sopot..

Le Murcien était le plus jeune finaliste d’un tournoi ATP depuis le Japonais Kei Nishikori en 2008, à Delray Beach. A Umag, il a été consolidé. C’était la première étape d’une brillante carrière de buteur.

Share