Alonso : Le paquet manque dans tous les domaines

paqckage fernando alonso

Après le Grand Prix de Turquie 2021, Fernando Alonso a affirmé que l’Alpine A521 manquait dans tous les domaines, le laissant frustré et déçu tout en déplorant que la « chance » n’ait pas été de son côté cette année.

Alonso s’est qualifié à une belle cinquième place pour la course à Istanbul Park dimanche dernier, seulement pour être envoyé en vrille lors d’une situation à trois contre un, alors qu’ils entraient dans le virage 1, au début de la course.

Il a réapparu du mauvais côté du terrain. Devant lui, Mick Schumacher dans la Haas a reçu un botté de dégagement de l’Alpine qui a fait partir la voiture du rookie en tête-à-queue. Alonso a écopé d’une pénalité de cinq secondes pour ses manigances et s’est excusé auprès du jeune pilote après la course.

Néanmoins, l’Alpine était près de l’avant principalement parce que le double champion du monde de F1 prend la voiture par la peau du cou et la met dans des endroits où elle n’a pas le droit d’être.

Alonso a déploré après la course à Istanbul Park : « Le package manque dans tous les domaines. C’est frustrant que lorsque nous ne sommes pas compétitifs, nous avons une course très ennuyeuse, et lorsque nous sommes compétitifs, nous avons un temps fou et des choses folles qui se passent.

« Nous avons été historiquement cette année un peu moins compétitifs sur les pneus intermédiaires, et toute la course a été intermédiaire, nous n’avons même pas mis les pneus secs, nous devons donc améliorer notre niveau de compétition sur ce composé. Mais c’est frustrant et décevant.

Cependant, sous un ciel lourd et une piste humide exigeant des intermédiaires tout au long de la course, la scène était prête pour une masterclass Alonso de la troisième rangée, mais alors qu’ils rugissaient dans le virage 1, l’AlphaTauri de Pierre Gasly – pris en sandwich par Sergio Perez de Red Bull à l’intérieur et Alonso’ Alpine à l’extérieur – n’avait nulle part où aller, mais dans le côté de la voiture bleue qui a filé.

Gasly a écopé d’une pénalité de cinq secondes pour le botté de dégagement qui a compromis la course du vétéran espagnol. Et puis Alonso était tout simplement trop effronté dans sa récupération, frappant Haas de Schumacher dans le processus qui a déclenché son penalty.

Alonso a expliqué à F1.com : « Nous nous sommes touchés, malheureusement, il a eu le tête-à-queue et j’ai eu le penalty. Je le prends bien sûr parce que je suis désolé d’avoir eu la collision avec lui.

« Lui » étant bien sûr le fils de Michael Schumacher, la légende dont le règne de cinq ans en tant que champion du monde de F1 avec Ferrari, au tournant du siècle, a été mis fin par Alonso et Renault.

« Cela s’est produit uniquement parce que j’étais P14 », a poursuivi Alonso. « Je n’aurais pas dû l’être, mais la chance semble continuer à nous éviter cette année. Je pense que c’était une course malchanceuse pour nous. Nous nous sommes si bien qualifiés, P5 pour la première fois cette année, et nous étions P5 sur seulement 200 mètres. Après cela, nous étions déjà tournés vers l’arrière.

« C’est donc un peu dommage car je pense que la chance n’est pas avec nous cette année. Après cela, nous étions P17 et rien d’autre ne s’est passé dans la course. Complètement ennuyé derrière tout le monde, donc je suppose qu’ils accumulent beaucoup de chance pour l’année prochaine », a réfléchi le quadragénaire, dans sa 18e année en tant que pilote de F1.

Du premier contact avec Gasly, Alonso a déclaré : « Je pense que le premier virage est toujours difficile dans ces conditions. Nous étions presque pour la première fois ensemble sur ces pneus pluie au départ, donc ces choses peuvent arriver.

« Malheureusement, cela nous est arrivé lorsque nous sommes dans le top cinq, mais j’espère qu’il y aura des courses chaotiques la prochaine fois où nous serons derrière mais pas devant », a ajouté Alonso, dixième de son championnat de retour en F1, avec une quatrième place à Humgaoring en début août son meilleur résultat à ce jour.

L’Espagnol n’a pas remporté de Grand Prix depuis qu’il a triomphé pour Ferrari au Grand Prix d’Espagne 2013. Le Grand Prix de Turquie était son 327e départ dans l’élite.

Share