Alonso ne se mouille pas entre Hamilton ou Verstappen

19/08/2021 à 12:37 CEST

.

Fernando Alonso, double champion du monde de Formule 1 et vainqueur de la Coupe du Monde d’Endurance (WEC), il a de nouveau été l’une des grandes attractions sur les circuits après son retour en catégorie reine, avec Alpine, l’équipe avec laquelle il a fêté ses deux titres (2005 et 2006, puis Renault).

Dans la deuxième partie d’un entretien avec l’agence . à l’occasion de l’annonce de l’expansion de sa marque de vêtements et accessoires Kimoa aux Etats-Unis, à travers son accord avec SimplyEV, le double champion du monde asturien évoque l’annulation de Suzuka ( Japon); il prétend ne pas savoir s’il parierait sur l’Anglais Lewis Hamilton ou le Néerlandais Max Verstappen pour remporter la Coupe du monde de F1 ; et il commente son opinion sur la performance de l’Espagne aux récents Jeux olympiques de Tokyo.

Les dernières nouvelles concernant la F1 mettent en évidence l’annulation, toujours en raison de la pandémie de covid-19, du Grand Prix du Japon à Suzuka ; un autre circuit qu’il connaît bien, car il y a aussi gagné. Quelle est votre opinion sur cette annonce?

Eh bien, j’aime le Japon. Et j’adore ce circuit aussi. Ce ne sont pas de bonnes nouvelles. Je pense que nous étions tous impatients d’aller au Japon. Mais bon, c’est pour le bien de tous, pour la sécurité de tous. Nous l’acceptons, car il ne peut en être autrement.

Et je pense que le calendrier, en cette seconde partie d’année, peut encore beaucoup varier, car il y a certaines courses qui sont un peu en « zone orange ». Nous serons donc toujours en attente ; nous irons courir là où il est sécuritaire de le faire; où ils nous accueillent et, enfin, nous en serons bien conscients, car je ne pense pas qu’il y aura de calendrier définitif avant des semaines avant chaque Grand Prix.

Ce week-end, il sera au Mans et, le week-end suivant, la F1 reprendra à Spa-Francorchamps (Belgique), un autre circuit qui doit rappeler de bons souvenirs pour son triomphe en F-3000 et pour les deux qu’il a remportés en Six Heures de Spa, au WEC ; le second d’entre eux très fou, avec des chutes de neige au mois de mai inclus. Qu’est-ce que le Spa suscite en vous ?

Spa rappelle toujours de bons souvenirs, car cette victoire en Formule 3000 a été un peu un tremplin pour la F1. C’est après cette victoire que j’ai plus ou moins commencé à recevoir des appels d’équipes de Formule 1 ; et quand l’intérêt de la F1 s’est accru en termes de pilotage. C’est donc là que l’étincelle de ma carrière sportive s’est un peu allumée en ce qui concerne la F1.

Et puis, en WEC, je me souviens parfaitement de ces deux victoires ; et surtout cette course folle en 2019, dans laquelle nous avons eu les quatre saisons pratiquement le même jour.

Je ne sais pas si vous devez jouer. Mais s’il le fallait, sur qui parieriez-vous pour remporter la Coupe du monde ? Par (l’Anglais Lewis) Hamilton (Mercedes) ou par (le Néerlandais Max) Verstappen (Red Bull) ?

Je ne sais pas. La vérité est qu’il serait difficile de parier aujourd’hui. Et chaque week-end, il semble que le favori change un peu. Alors profitons-en; et j’espère que jusqu’à la dernière course, la Coupe du monde est ouverte pour le bien de tous.

Vous êtes un grand pilote, mais aussi un grand athlète et vous aimez de nombreux sports. Avez-vous suivi les JO de Tokyo ? Quels sports avez-vous suivi avec le plus d’attention ?

J’ai suivi ce que j’ai pu, mais pas autant que je l’aurais souhaité, car ça coïncidait aussi un peu avec nos vacances, donc tu n’étais pas si consciente du téléphone ou de la télévision.

La nuit j’ai vu un peu les résultats de ce qui allait arriver, mais non ; Cette année, je n’étais pas devant la télé en train de regarder les finales ou de regarder les compatriotes. Il s’agissait plutôt de suivre les résultats au jour le jour, mais de manière un peu plus distante.

Il parcourt le monde depuis de nombreuses années, il connaît très bien l’Italie par exemple. Et l’un des débats qui s’est ouvert en Espagne était de savoir pourquoi des pays comme l’Italie ou les Pays-Bas sont bien meilleurs que l’Espagne dans le tableau des médailles de certains Jeux. Selon vous, que pourrait-on faire en Espagne pour obtenir de meilleurs résultats aux Jeux Olympiques, par exemple ?

Eh bien, je ne sais pas. Je ne connais pas le programme olympique que nous avons en Espagne ou celui que d’autres pays ont, donc ce serait parler pour le plaisir de parler. Donc je ne pouvais pas… Je n’ai pas d’opinion très valable là-dessus. Je pense que nous avons de grands athlètes. Aux Jeux olympiques, je ne sais pas si nous sommes dans le ‘top, top, top’.

Mais nous sommes, au jour le jour, d’année en année, dans de nombreuses disciplines dans lesquelles nous sommes champions du monde, champions d’Europe… et je crois que dans les Jeux Olympiques, qui ont lieu tous les quatre ans, c’est été que peu de chance est également manquant. Et parfois ça va un peu mieux ; et d’autres, un peu pire. Je pense que nous jouons toujours un très bon rôle.

Share