Alpine a du mal à comprendre pourquoi la voiture se débat dans la chaleur

Alpine n’a pas encore découvert pourquoi sa voiture a tant souffert dans la chaleur de Bahreïn et travaille dur pour y parvenir.

L’équipe de France a fait un début de saison décevant sans marquer de point en tant que Fernando Alonso a pris sa retraite et Esteban Ocon a terminé en P13.

Ils n’avaient pas non plus l’air particulièrement rapide en qualifications, avec Ocon sortant en Q1 et Alonso juste en Q3, en grande partie à cause de Yuki Tsunoda et Sergio Perez faisant de mauvais tours.

Marcin Budkowsi, directeur exécutif de l’équipe, dit que les températures élevées les ont blessés, et ils essaient de comprendre pourquoi exactement c’était le cas.

«Nous avons un peu de travail à faire pour comprendre pourquoi nous étions moins compétitifs dans les sessions chaudes que dans les sessions du soir», a-t-il déclaré. Impression automatique.

«Je ne pense pas que ce sera un problème à Imola ou au Portugal, mais cela pourrait le devenir pendant les mois d’été. Lors des essais, nous étions assez satisfaits de la voiture, mais nous l’étions moins par temps chaud.

«Les première et troisième séances d’essais libres ont été plus difficiles pour nous, tandis que dans les séances nocturnes comme les qualifications et la course, nous sommes revenus à un niveau de compétitivité plus représentatif.

«La température était assez extrême, il faisait plus chaud que lors des essais. Au début du FP3, la température était de 38 degrés, tandis que la température de la piste était de 47, beaucoup plus élevée que lors des essais hivernaux.

Obtenez le nouveau look de la marchandise Alpine via la boutique officielle de Formule 1

Le milieu de terrain, en général, semble être devenu plus fort au cours de l’hiver avec McLaren, Ferrari et AlphaTauri faisant tous des pas en avant et Alfa Romeo réduisant également l’écart.

Parce que dans ce cas, Alpine ne semble pas capable de se battre pour la P3 du championnat des constructeurs, comme ils l’ont fait en 2020 alors qu’ils s’appelaient encore Renault, comme ils l’auraient espéré.

Pour revenir là où ils veulent être, Budkowsi estime qu’ils doivent trouver environ un quart de seconde de rythme.

” [We are] encore deux ou trois dixièmes de retard pour se battre avec les équipes avec lesquelles nous pensions nous battre », a-t-il conclu.

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram!