Ana Peleteiro, premier plat principal espagnol dans le «roi» des Jeux

29/07/2021 à 18:36 CEST

Le « sport roi » des Jeux, l’athlétisme, commencera à rugir dans quelques heures dans les tristes tribunes vides du stade olympique de Tokyo et l’une des rares candidates espagnoles à se battre pour le podium débutera aujourd’hui sa compétition dans le classement du triple saut.

Il s’agit de La galicienne Ana Peleteiro, actuelle vice-championne continentale en salle qui commence par la neuvième note de la saison parmi les participantes (14,61, à 12 cm de son record en Espagne). Outre la Vénézuélienne Yulimar Rojas à l’assaut du record du monde avec son tout nouveau 15.43, l’Américaine est également devancée par les Jamaïcaines Rickets (14,98) et Williams, la Cubaine Povea (14,93), l’Américaine Orji (14,92). , le Brésilien Soares (14,68), le Portugais Mamona (14,66) et même le Finlandais Salminen (14,63).

La manche débute à 12h05 et 14,40 mètres sont demandés (ou les 12 premiers) pour aller en finale, ce dont l’élève d’Iván Pedroso est très capable. Une fois en finale, le podium coûterait très cher et il devrait se situer autour de ce record espagnol… mais ce serait dimanche. Il s’agit maintenant de se qualifier.

Toimil et le relais mixte

Un autre nom propre est Maria Belén Toimil, qui cherchera le passage à la finale de poids à 12h25. Ils lui demandent 18,80 mètres, juste son record en Espagne. Cette année, l’Américain Ramsey (20,12) et le favori chinois Gong (20,39) ont dépassé les 20 mètres.

Et à 13h00, le relais mixte 4×400 qui a si brillamment décroché le ticket olympique de la Coupe du monde de relais mondial tentera d’accéder en principe à la finale avec Samuel García, Laura Bueno, Aauri Lorena Bokesa et Bernat Erta (dans cet ordre), bien que des modifications puissent être apportées jusqu’à une heure avant le test avec Julio Arenas, Andrea Jiménez et la Catalane Sara Gallego comme réserves.

Fernando Carro, le leader des 3000 obstacles espagnols

| .

En outre, Lucía Rodríguez (15:33.62) jouera la première série de 5000 à 12h avec cinq billets par places pour la finale et cinq autres par temps avec l’Éthiopien Gudaf Tsegay (14 : 13,32), la Kényane Hellen Obiri (14 : 26,38) et le Néerlandais Sifan Hassan, ancien disciple d’Alberto Salazar (14 : 35,34).

En fin de soirée

De toute façon, L’athlétisme espagnol fera ses débuts quelques heures avant Dans ce grand rendez-vous sans âme à Tokyo avec jusqu’à six représentants dans la session du soir que l’on peut voir en direct à l’aube ce vendredi à travers les caméras de Teledeporte.

Le premier sera les trois ‘obstaculeros’ dans leur combat très difficile pour accéder à la finale de 3000 mètres d’obstacles. Le plus réputé du trio, Fernando Carro (8 : 39,67 cette année mais avec un record personnel colossal et un record espagnol de 8 : 05,69) disputera la première série à 2h30, Sebas Martos sera dans la deuxième pour son retour bien mérité dans l’élite (8 : 21,72) et Dani Arce Il partira dans le troisième (8: 17,59) pour profiter d’un rêve qui semblait lui échapper lorsqu’il a dû abandonner dans le Championnat d’Espagne. Ils n’en passent que trois pour les positions et les six meilleurs temps.

María Belén Toimil rêve de la finale du poids

| TWITTER

Ce sera ensuite au tour de Natalia Romero (2 : 02.26), qui s’élancera dans la sixième et dernière série de 800 mètres. à 4h05 avec l’objectif ardu de passer un tour (trois pour les positions et six pour les temps). Parmi les autres dans sa série figurent la Britannique Jemma Reekie (1 : 56,96), l’Américaine Ajee Wilson (1 : 58,39) et la Chinoise Chunyu Wang (1 : 59,18), en plus de la Kenyane Emily Tuei (1 : 58,04 de marque personnelle ) . Presque rien à l’appareil.

Riojan Sergio Fernández a gagné une place à Tokyo après plusieurs mois d’absence des pistes en raison de blessures et espère franchir le premier obstacle du 400 mètres haies dans une épreuve qui se présente comme un duel à mort entre l’Américain Rai Benjamin (46,83) et le tout nouveau recordman du monde, le Norvégien Karlsten Warholm (46,70 ). L’Espagnol disputera la deuxième série à 4h33 entre autres avec l’Américain Kenneth Selmon (48,08) et le Jamaïcain Jaheel Hyde (48,18). Ils en passent quatre pour les positions et les quatre meilleurs temps.

Finalement, La sévillane Maribel Pérez tentera de terminer sa belle saison au 100 mètres à partir de 5h15, bien qu’il n’y ait toujours pas d’ordre de départ lorsque l’athlétisme s’ouvre avec une manche précédente dont l’actuel champion d’Espagne de distance est dispensé.

Le 10 000 avec May, première finale

L’épreuve du 10 000 m hommes distribue les premières médailles athlétiques aujourd’hui à 13h30. avec Carlos Mayo de Madrid, champion d’Europe des moins de 23 ans en 2017 qui débute avec la 16e marque (27 : 25.00).

Le Kenyan Joshua Cheptegei (détenteur du record du monde avec 26 :11,00) est sans marque cette année et devra faire match nul court l’Ougandais Jacob Kiplimo (26 :33,93 cette année) et les Éthiopiens : Selemon Barega (26 :49,51), Yomif Kejelcha (26 : 49,73) et Berihu Aregawi (26 : 50,37).

Share