Appel de détresse : Vodafone Idea réclame à nouveau un prix plancher

La compagnie de téléphone demande un moratoire d’un an sur le paiement d’un versement de spectre de plus de Rs 8 200 crore, dû en avril 2022, selon les rapports.

Incapable d’augmenter unilatéralement les tarifs, ce qui affecte ses plans de collecte de fonds, Vodafone Idea a de nouveau demandé une intervention réglementaire pour fixer le prix plancher des tarifs des télécommunications. « Le plus gros problème dans ce secteur aujourd’hui est le prix qui est beaucoup plus bas qu’il ne devrait l’être. Une hausse des tarifs est absolument nécessaire. Nous pensons que la tarification plancher reste le moyen le meilleur et le plus privilégié de résoudre ce problème », a déclaré vendredi Ravinder Takkar, directeur général et PDG de VIL, aux analystes lors d’un appel post-bénéfice.

Il a déclaré que toutes les représentations de l’industrie auprès de l’Autorité de régulation des télécommunications de l’Inde (Trai) ont souligné qu’un prix plancher est nécessaire pour les tarifs des télécommunications et que les résultats de la consultation sont attendus.

Cependant, il reste à voir si le gouvernement et le régulateur sont à nouveau désireux de poursuivre cette proposition. L’année dernière, Trai aurait abandonné la proposition de mettre en place des prix planchers pour les tarifs de données et de voix, car il estimait que la santé des opérateurs de télécommunications s’était améliorée après les hausses tarifaires de décembre 2019 et que la Cour suprême leur a permis de payer leurs cotisations au revenu brut ajusté (AGR) par versements sur une période de 10 ans.

Vodafone Idea, qui a de nouveau besoin d’augmenter les tarifs, n’a pas été en mesure de le faire car ses concurrents, Reliance Jio et Bharti Airtel, ne le font pas, et unilatéralement, la hausse des tarifs peut lui nuire plus qu’apporter des gains. Pour sa part, Bharti a également déclaré que les tarifs devaient augmenter, mais il ne peut le faire que si Jio fait de même, car ses tarifs sont supérieurs à ceux de Jio.

Takkar a ajouté qu’étant donné la situation des prix et le stress qui en résulte pour l’ensemble du secteur des télécommunications, la société a également écrit au département des télécommunications (DoT) pour prolonger davantage le moratoire sur les paiements du spectre. La compagnie de téléphone demande un moratoire d’un an sur le paiement d’un versement de spectre de plus de Rs 8 200 crore, dû en avril 2022, selon les rapports.

Il a déclaré que le moratoire de deux ans avait été accordé par le gouvernement parce qu’il y avait des tensions dans l’industrie et qu’il y avait des défis qui empêchaient les opérateurs d’effectuer ces paiements pour le spectre. Il a ajouté que bien que certains de ces problèmes comme l’AGR aient été résolus dans une certaine mesure, d’autres problèmes importants comme la tarification continuent de subsister. « À moins que ces grands éléments ne soient abordés, le stress continuera à certains égards. Je pense qu’il n’est que raisonnable de dire que le gouvernement devra prolonger le moratoire », a-t-il déclaré.

VIL, qui a une dette brute de Rs 1,8 crore lakh, a vu ses paramètres d’exploitation non seulement rester les plus bas du secteur, mais aussi se détériorer continuellement par rapport aux trimestres précédents. Selon les rapports, les prêteurs de la société ont demandé l’intervention du ministère des Finances pour apporter un certain soulagement à la compagnie de téléphone assiégée. Takkar a refusé de commenter.

Cependant, répondant à une question d’analyste sur les obstacles auxquels VIL est confronté pour conclure la collecte de fonds indispensable, il a déclaré : « Le plus gros obstacle est que l’ensemble du secteur est sous tension en raison de la situation des prix. Dès que les prix s’améliorent, cela crée une confiance significative et à long terme non seulement dans les acteurs de l’industrie, mais dans l’ensemble, cela commence à se manifester dans les retours positifs pour l’industrie. Et cela, je pense, peut entraîner une quantité importante d’investissements non seulement de la part d’investisseurs nouveaux mais également existants dans l’entreprise. »

En septembre de l’année dernière, VIL avait annoncé qu’elle lèverait des fonds à hauteur de 25 000 crores de roupies, ce qui lui permettrait de faire face au paiement des versements des cotisations AGR et du spectre différé. Cependant, malgré des discussions avec plusieurs investisseurs au cours des 10 derniers mois, la société n’a pas été en mesure de la clôturer. « Nous sommes pleinement engagés auprès des investisseurs. Il y a toujours de l’intérêt et nous annoncerons quelque chose dès que l’entreprise sera en mesure. Aucune date limite n’a été fixée et je ne peux parler d’aucun calendrier », a-t-il déclaré aux analystes.

VIL a de nouveau enregistré une grosse perte de Rs 7 023 crore au cours du trimestre janvier-mars, qui s’est considérablement élargie par rapport au Rs 4 540 crore du trimestre précédent.

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share