in

Arturo O’Farrill annonce les débuts de Blue Note, Dreaming In Lions

Le compositeur, chef d’orchestre et pianiste plusieurs fois récompensé aux Grammy Awards Arturo O’Farrill a réalisé ce qu’il appelle « le rêve d’une vie » en signant pour Dossiers de notes bleues et la sortie le 24 septembre de son premier label…rêver en lions…

L’album trouve O’Farrill à la tête de l’assemblage coloré de 10 pièces The Afro Latin Jazz Ensemble à travers un ensemble vibrant qui présente deux suites multi-mouvements qu’il a conçues en collaboration avec Malpaso Dance Company of Cuba: “Despedida”, une méditation sur les adieux, et « Dreaming in Lions », inspiré du roman d’Ernest Hemingway Le vieil homme et la mer.

Le morceau d’ouverture de l’album “Despedida: Del Mar” est maintenant disponible et vous pouvez le consulter ci-dessous. Pendant ce temps, O’Farrill célébrera la sortie de … dreaming in lions … avec des spectacles à Birdland à New York du 7 au 11 septembre.

« Blue Note est le foyer de la plus grande musique avec laquelle j’ai grandi », remarque O’Farrill. « Vous ne pouvez pas placer un moment comme celui-ci. C’est incroyable, et cela représente plus que de la musique pour moi. Cela représente une opportunité d’engager le public de Blue Note avec les nombreuses manières différentes dont j’exprime mes convictions à travers mon art. Je sais que Blue Note a défendu cela et continuera de s’engager dans un art socialement conscient. C’est ce que j’ai fait pendant toute ma carrière.

Pour O’Farrill, les suites offrent l’espace nécessaire pour transmettre des récits étendus et des idées cinématographiques, une étendue de portée et d’intention qui l’intéresse le plus en tant que compositeur. Comme son père, le légendaire chef d’orchestre Chico O’Farrill, il s’est engagé à dépasser les frontières musicales à la recherche d’une expression authentique et élevée.

Il a transmis ces valeurs à son tour à ses fils, le trompettiste Adam O’Farrill et le batteur Zack O’Farrill, tous deux présents sur …rêver en lions… A leurs côtés, les multi-percussionnistes Vince Cherico, Carlos « Carly » Maldonado et Victor Pablo Garcia Gaetan, le bassiste Bam Rodriguez, le tromboniste et euphoniste Rafi Malkiel, le flûtiste/saxophoniste Alejandro Aviles et le guitariste Travis Reuter.

« Despedida », en cinq mouvements, a été écrit pour des performances qu’O’Farrill et Malpaso ont données dans le monde entier. « Nous jouions sur scène avec les danseurs, ou côte à côte avec eux, mais toujours en temps réel », précise le pianiste. « La pièce parle d’adieu, et j’en ai vécu pas mal dans ma vie, donc c’était poignant. Ma mère était très malade, des amis partaient, j’étais en train de changer d’institution. Il y a quelque chose de noble dans le fait de pouvoir dire adieu – pas, “je vous verrai plus tard.” Il s’agit d’embrasser despedida [separation, parting], sachant qu’il y a une finalité à la vie.

Né au Mexique et élevé à New York, Arturo O’Farrill continue d’approfondir son engagement dans les arts et la culture cubains, toujours à sa manière distinctivement hybride, tout comme son père, Chico O’Farrill, né à La Havane, fils d’un père irlandais. et mère allemande. Avec …rêver en lions… O’Farrill s’ajoute à un catalogue célèbre d’efforts antérieurs, dont The Offense of the Drum (avec Vijay Iyer, Edmar Castaneda et d’autres invités) ; Cuba : la conversation continue (avec Rudresh Mahanthappa, DJ Logic, plus) ; Familia : Hommage à Bebo et Chico (avec Chucho Valdés, le Third Generations Ensemble & Anoushka Shankar) ; Fandango at the Wall: A Soundtrack for the United States, Mexico and Beyond (avec Regina Carter, Antonio Sanchez et bien d’autres); et Quatre questions (avec Cornel West).

Profondément informée par les traditions vernaculaires et riches du jazz latin, cette musique n’est jamais contrainte par des catégories ; il a toujours une perspective mondiale, conformément à la vision pédagogique d’O’Farrill en tant que professeur récemment nommé d’études mondiales sur le jazz (et vice-doyen pour l’équité, la diversité et l’inclusion) à la UCLA Herb Alpert School of Music. Il est l’un des plus grands praticiens du jazz latin mais aussi l’un des compositeurs les plus influents du jazz actuel pour petits et grands ensembles.

La tracklisting de …rêver en lions… est la suivante :

DESPEDIDA :
Del Mar
Intruse
Cocon Beauté
Ensayo Silencio
La Llorona

RÊVER EN LIONS :
Rêver chez les Lions
Scalulaire
Comment j’aime
L’abîme
Homme oiseau de guerre
Luttes et luttes
J’aimerais que nous soyons
Du sang dans l’eau
Rêves donc d’or.

Précommander …rêver en lions…

Taylor Swift envoie à Simone Biles et Suni Lee un message de soutien stimulant

Marc Roca du Bayern Munich revient sur la saison dernière et sur ce qui sera différent