in

Athlétisme | Jeux Olympiques : Yasmeen Al Dabbagh : “Je ne suis pas une attraction, je suis une athlète qui a mérité le droit d’être ici”

Yasmeen Al Dabbagh Elle est aujourd’hui l’une des rares personnes du village olympique à sourire alors qu’elle a terminé son rêve prématurément, car pour elle le rêve était d’être ici. La sprinteuse saoudienne, désignée pour son pays lors de la cérémonie d’ouverture, est entrée dans l’histoire de son pays en participant à la 100 mètres et malgré ne pas avoir passé la première série (13.34) ne pouvait cacher sa satisfaction car il anticipait MARCA avant l’épreuve.

Aucune expérience n’est un échec. Aussi bien dans le sport que dans la vie avez-vous du succès ou apprenez-vous et être à Tokyo m’aidera à tirer de nombreuses leçons pour construire mon avenir en tant qu’athlète », déclare la jeune fille de 23 ans qui a réalisé le rêve qu’elle avait eu à 12 ans lorsqu’elle a décoré sa fête d’anniversaire avec des motifs olympiques.Gagner une place aux Jeux est tout pour moi Et le faire en battant le record de distance par rapport à mon pays, c’est… je ne pourrais pas demander plus. Maintenant, après tout ce que nous avons vécu au cours des 18 derniers mois, je savoure chaque instant ici. »

Al Dabbagh veut que cette expérience l’aide à grandir dans une compétition qui ce n’est pas venu comme une attraction mais “comme un athlète de plus qui a mérité le droit d’être ici. je suis ici pour représenter toutes les femmes de mon pays et, plus largement, toute personne qui a un rêve et qu’il a consacré sa vie à vivre avec passion. Je suis ici pour tirer le meilleur de moi-même et cela me rend fier comme tous les athlètes ici.”

Élevé sous le manteau de Ron Allice, entraîneur à l’Université de Californie du Sud, et encadré par le sprinter britannique christie de linford, l’athlète saoudienne pense déjà aux Jeux de Paris où elle espère arriver tout en continuant à s’entraîner avec l’hectomètre champion olympique à Barcelone’92 : “Linford Christie est tout pour moi. C’est ma douleur et avoir l’opportunité de travailler avec lui est une expérience comme peu. Et pas seulement à cause du problème technique. Aussi parce que sa confiance et ses encouragements continus sont ce qui m’a fait arriver ici.”

Elle était chargée de porter le drapeau de son pays lors de la cérémonie d’ouverture. Un symbole et une responsabilité pour une Al Dabbagh qui espère devenir un modèle pour les femmes de son pays : “C’est quelque chose de très important pour moi car je veux être un exemple positif pour les filles et les femmes de mon pays. et les aider à voir l’impact positif du sport dans la vie des gens. Malheureusement beaucoup de gens pensent que les femmes ne font pas de sport dans mon pays. J’espère pouvoir aider à bannir ce mythe. Je suis un exemple de changement.”

Un jour, il espère pouvoir prendre cet exemple et ses expériences à Tokyo dans un livre – il en a déjà écrit deux pour les enfants – mais pendant que ce moment arrive, il veut juste profiter : “C’est l’expérience de ma vie et je le souhaite j’aurais pu être avec le public mais je suis très reconnaissant pour tous les efforts qui ont été faits pour que ces Jeux soient déjà la meilleure expérience de ma vie. J’espère être dans le futur, rivaliser avec plus d’expérience et entrer dans l’histoire avec des médailles.”

Man of Steel de Christopher Reeve revient pour de nouvelles aventures en avant-première de Superman ’78 de DC #1 ⋆ .

Ce que la légende de la WWE, John Cena, pense du retour potentiel de The Rock