Attentat terroriste en Norvège : les services secrets AVERTIS contre les jeunes hommes radicalisés | Monde | Nouvelles

L’agence de renseignement de la police du pays scandinave, PST, a déclaré avoir reçu entre 400 et 500 « signalements d’inquiétudes ou de conseils » concernant des personnes qu’elle jugeait suffisamment sérieuses pour faire l’objet d’un suivi au cours de l’année écoulée. Annet Aamodt, du PST, a déclaré au journal Aftenposten que le nombre total de pourboires était beaucoup plus élevé, mais qu’il ne les jugeait pas dignes d’être approfondis.

Le PST a également déclaré qu’il pensait que le risque d’attentats terroristes d’extrême droite en Norvège était égal ou supérieur à celui des extrémistes islamiques.

Il a également déclaré qu’il avait constaté « une augmentation du nombre de Norvégiens qui expriment leur compréhension et leur soutien à la terreur extrême de droite » au cours de l’année écoulée.

Cet avertissement est arrivé en août – quelques semaines seulement avant qu’un homme anonyme ne provoque 30 minutes de chaos dans la ville norvégienne de Kongsberg – à environ 80 miles de la capitale Oslo.

Le suspect anonyme aurait commencé à tirer avec l’arme sur un supermarché Co-Op dans la petite ville minière, tuant au moins quatre personnes.

LIRE LA SUITE : Nous avons besoin du Royaume-Uni ! Le patron de Volkswagen met en garde 30.000 emplois

L’âge de l’agresseur et ce qui l’a motivé à mener les attaques apparemment aléatoires n’est pas encore connu.

Mme Aamodt a précédemment déclaré que les informations qu’ils avaient reçues étaient également divisées entre l’extrême droite et les extrémistes islamistes.

Elle a également répondu aux critiques selon lesquelles la Norvège – qui dispose de lois strictes sur la liberté d’expression – ne fait pas assez pour lutter contre l’extrémisme.

Juillet a marqué le dixième anniversaire de l’attaque du néo-nazi Anders Breivik.

Il a assassiné 77 personnes après avoir déclaré son opposition à l’islam et accusé le féminisme d’un « suicide culturel » européen.

Puis, en 2019, Philip Manshaus a abattu sa belle-soeur de 17 ans, Johanne Zhangjia Ihle-Hansen, simplement parce qu’elle était d’origine chinoise.

Manshaus s’est ensuite rendu dans une mosquée avec l’intention d’y tuer plus de personnes, mais a mal calculé les heures de prière.

Il a ensuite été coincé par deux hommes âgés qui l’ont détenu jusqu’à l’arrivée de la police. Comme Breivik, il est actuellement en prison.

Mme Aamodt a défendu la police contre les allégations d’inaction.

Elle a déclaré : « Une partie importante de notre travail est l’action préventive.

« Nous avons un seuil bas pour rendre visite aux personnes qui nous préoccupent. »

Share