Autorité quotidienne : 🔮 Android 12L = Pixel Pliable ?

Android 12 ? Les nouvelles d’hier ! La nouvelle annonce est que cette rumeur, une fuite, une nouvelle mise Ă  jour d’Android axĂ©e sur ChromeOS et les tablettes est en cours d’Ă©laboration sous le nom d’Android 12L, et elle est maintenant disponible en tant qu’aperçu pour les dĂ©veloppeurs.

Les mots de Google pour les dĂ©veloppeurs concernent une interface utilisateur amĂ©liorĂ©e pour les applications s’adaptant Ă  des Ă©crans plus grands, un meilleur multitâche et une compatibilitĂ©, avec cet article de blog donnant un aperçu :

Aujourd’hui, lors de l’Android Dev Summit, nous avons annoncĂ© une suppression de fonctionnalitĂ©s pour Android 12 spĂ©cialement conçue pour les grands Ă©crans, nous l’appelons 12L, ainsi que de nouvelles API, outils et conseils pour faciliter la crĂ©ation pour les grands Ă©crans. Nous avons Ă©galement parlĂ© des modifications que nous apportons Ă  Google Play pour aider les utilisateurs Ă  dĂ©couvrir plus facilement vos applications optimisĂ©es pour grand Ă©cran. Lisez la suite pour dĂ©couvrir les nouveautĂ©s des grands Ă©crans sur Android !

Attentes, formulation :

Google fait attention Ă  ne pas annoncer cela car un système d’exploitation sĂ©parĂ© comme iPadOS est sĂ©parĂ© d’iOS. Mais ce qui est plus excitant, c’est que Google travaille probablement lĂ -dessus parce qu’il a un appareil Ă  Ă©cran plus grand Ă  venir : comme une tablette, ou probablement plus prĂ©cisĂ©ment, un nouveau tĂ©lĂ©phone pliable. Regardez cette chronologie : il n’y a pas de date finale exacte pour la sortie finale, mais vous pouvez raisonnablement supposer une sortie en mars/avril, qui pourrait bien coĂŻncider avec un tĂ©lĂ©phone, une tablette ou un pliable Google Ă  Ă©cran plus grand. Cela signifie Ă©galement, de manière confuse, qu’il sortira Ă  peu près en mĂŞme temps que le premier aperçu du dĂ©veloppeur Android 13, ce qui signifie plusieurs versions bĂŞta d’Android en mĂŞme temps. Mais tout comme Google confond avec ses efforts dĂ©cousus sur des choses comme la messagerie, les rĂ©seaux sociaux, le dernier fiasco de Google Pay, nous avons dĂ©jĂ  Ă©tĂ© ici: Google a Ă  moitiĂ© tentĂ© une interface de tablette avec Honeycomb en 2011-12, mais les dĂ©veloppeurs n’ont pas vraiment pris la peine de prendre en charge ce. Ainsi, Google doit absolument soutenir correctement ses propres ambitions 12L avec ses propres applications qui font correctement les Ă©crans plus grands. Ensuite, invitez les dĂ©veloppeurs Ă  crĂ©er un vĂ©ritable monde d’applications pouvant rivaliser avec les iPad. Google nous a laissĂ© tomber suffisamment de fois pour que nous puissions tous ĂŞtre sceptiques, mais s’il sort du matĂ©riel pour accompagner le logiciel 12L l’annĂ©e prochaine, ce sera un grand pas vers un engagement.

Soit dit en passant, nous avons obtenu un tas de votes sur un sondage sur ce que devrait ĂŞtre le prochain produit Google Pixel, avec plus de 50% votant pour une Pixel Watch.

Ensuite, et ce qui a obtenu mon vote, Ă©tait une tablette Pixel Ă  seulement 16% des votes.

C’est trop beau : il y a 52 ans demain, le premier message Internet a Ă©tĂ© envoyĂ© via ARPANET, un effort de recherche financĂ© par la DARPA Ă  l’UCLA en 1969, par Leonard Kleinrock, professeur d’informatique Ă  l’universitĂ©, et l’un des noms du Internet au dĂ©but. (Ses co-universitaires, Irwin M. Jacobs, Andrew Viterbi, ont travaillĂ© avec Kleinrock sur les premières technologies de l’ère Internet, mais sont ensuite partis pour fonder Qualcomm.)

Quoi qu’il en soit, pour le 50e anniversaire, Los Angeles Magazine a eu une conversation amusante avec Kleinrock. Quelques citations d’un Q&R :

Q : Qu’est-ce qu’ARPANET exactement ?

Leinrock : Spoutnik est montĂ© et a rattrapĂ© les États-Unis avec son pantalon baissĂ©. Le gouvernement s’est rendu compte qu’il avait besoin d’un rĂ©seau qui permettrait aux ordinateurs de communiquer et de partager des ressources. J’avais compris la thĂ©orie mathĂ©matique quand j’Ă©tais Ă©tudiant au MIT. La thĂ©orie Ă©tait lĂ , le besoin Ă©tait lĂ , maintenant ces deux-lĂ  allaient se rejoindre. ARPANET Ă©tait une sĂ©rie de lignes Ă  grande vitesse connectĂ©es Ă  des « nĹ“uds » informatiques dans diverses universitĂ©s.

Question : [When sending the first message] Qu’est-il arrivĂ©?

Leinrock : J’avais un de mes dĂ©veloppeurs de logiciels avec moi, et nous avons dĂ©cidĂ© tard un soir de faire la première connexion. Pour vous connecter Ă  l’ordinateur distant au SRI, vous deviez taper « LOGIN ». Le premier message envoyĂ© sur Internet le 29 octobre 1969 Ă©tait « LO » – car le rĂ©seau s’est Ă©crasĂ© après les deux premières lettres. Samuel Morse avait prĂ©parĂ© un bon message avec le tĂ©lĂ©graphe. Armstrong aussi, sur la lune. Ces gars Ă©taient intelligents. Nous n’avions rien. Il n’y avait pas de camĂ©ra ici. Pas mĂŞme un enregistreur vocal. Mais nous nous sommes retrouvĂ©s avec le message le plus puissant possible. « LO », comme dans « voici ».

GĂ©nial, je pense.

À votre santé,

Tristan Rayner, rédacteur en chef.

Share