Avertissement des Malouines : l’Argentine a dit d’abandonner la rhétorique « belliqueuse et nuisible » | Monde | Nouvelles

Malouines : l’ancien sénateur argentin appelle à de nouvelles discussions avec le Royaume-Uni

Andrew Rosindell, président du Groupe parlementaire multipartite des territoires britanniques d’outre-mer (APPG), s’est exprimé après les propos de Daniel Filmus, le secrétaire argentin aux Affaires des Malvinas, a accusé le Royaume-Uni d' »usurper » les Malouines et de « piller » ses richesse, avec Alberto Fernandez, président péroniste du pays, également de la partie. Les îles, situées à 400 milles du pays sud-américain dans l’Atlantique sud, ont fait l’objet d’une guerre courte mais sanglante entre l’Argentine et le Royaume-Uni en 1982 qui déclenchait par une invasion ordonnée par le chef de l’époque, le général de la junte militaire Leopoldo Galtieri.

Malgré sa défaite, l’Argentine n’a jamais renoncé à ses revendications sur les Malouines et a même tenté ces dernières années d’obtenir le soutien des Nations Unies et de Josep Borrell, le chef de file de la politique étrangère de l’Union européenne.

Néanmoins, s’exprimant à l’occasion du 39e anniversaire de la fin de la guerre des Malouines, M. Rosindell, député de Romford dans l’Essex, a déclaré que M. Fernandez, qui a déclaré que la souveraineté était une politique clé de son administration, et M. Filmus, seraient à nouveau déçu.

M. Rosindell a déclaré à Express.co.uk : « Il me semble que c’est une perte de temps et d’argent pour les contribuables argentins qu’il y ait un secrétaire pour Las Malvinas, étant donné la nature décisive dans laquelle cette question a été résolue, d’abord en la guerre de 1982 et d’autre part dans le consentement presque unanime que les insulaires des Falkland ont donné au maintien de leur statut de territoire britannique d’outre-mer lors du référendum de 2013.

Andew Rosindell a dit à Alberto Fernandez qu’il était temps pour l’Argentine de quitter les Malouines (Image: GETTY)

Daniel Filmus

Daniel Filmus a accusé le Royaume-Uni d' »usurper » les Malouines (Image: GETTY)

« Alors que l’Argentine est toujours embourbée dans une vague meurtrière de COVID-19, les Argentins doivent se demander pourquoi diable leur gouvernement consacre du temps et de l’énergie à une question sur laquelle ils savent que le gouvernement britannique et le peuple des îles Falkland resteront absolument ferme sur.

En 2013, 1 518 des 1 600 électeurs des îles Falkland ont participé à un référendum sur le thème de la souveraineté, avec 1 513 (99,8 %) votant pour le maintien des liens du pays avec la Grande-Bretagne.

Trois personnes ont voté non, avec deux bulletins nuls ou blancs.

LIRE LA SUITE: Fureur de l’Espagne – des milliers de personnes manifestent pour gracier les comploteurs catalans

Alberto Fernández

Tweet d’Alberto Fernandez (Image: Twitter)

Godoy Cruz

Les joueurs de Godoy Cruz posent pour la photo de l’équipe avec une bannière honorant les soldats argentins tombés au combat (Image : GETTY)

M. Rosindell a ajouté : « M. Filmus et son patron, le président Fernandez, peuvent penser que cette rhétorique belliqueuse convient bien au public national.

« Mais cela ne sert qu’à nuire aux relations anglo-argentines à long terme pour absolument aucun gain matériel. »

M. Filmus a fait ses remarques dans une chronique écrite pour le site Web d’information Infobae le 10 juin, qu’il a déclarée « Journée de la réaffirmation des droits de l’Argentine sur les îles Malvinas et le secteur antarctique ».

A NE PAS MANQUER
« Les eurocrates en colère » contre le succès de la Grande-Bretagne – un militant du Frexit s’en prend [REVEAL]
Von der Leyen : l’UE « en difficulté » et l’Allemagne à un point « dangereux » [SPOTLIGHT]
Mer de Chine méridionale : les Philippines attisent les tensions lors de leur dernière visite à Thitu [INSIGHT]

Josep Borrell

Josep Borrell, haut représentant de l’UE (Image : GETTY)

Le 10 juin marque le jour, il y a 192 ans, où l’Argentine a publié un décret qui, selon elle, a créé le commandement militaire des îles Malvinas – le nom argentin des Malouines – et de celles adjacentes au cap Horn.

Accusant la Grande-Bretagne d’avoir « occupé de force les îles Malvinas en 1833 » et d’avoir « expulsé la population argentine qui y vivait », M. Filmus a ajouté : « À partir de ce moment, le Royaume-Uni a non seulement usurpé notre territoire, mais a également pillé illégalement et illégitimement richesses que possèdent ces régions méridionales.

« Aujourd’hui, 192 ans après la création du commandement politique et militaire des Malvinas, nous réaffirmons que les droits souverains de l’Argentine sur les îles continuent d’avoir la même légitimité, la même force et le même consensus entre les nations d’Amérique latine et du monde .

Falkland des Malouines

Fichier de télécopie des Malouines (Image : Express)

« Après 188 ans d’usurpation britannique, le Royaume-Uni maintient les mêmes objectifs que lorsqu’il a envahi les îles par la force : prendre les richesses qui appartiennent aux 45 millions d’Argentins, contrôler le passage bio-océanique géopolitiquement stratégique, avoir la souveraineté sur le secteur antarctique et consolider une base militaire qui protège son ambition coloniale et représente une menace armée pour toute la région.

M. Filmus a ajouté : « Le défi actuel est de s’éloigner à la fois des politiques qui renoncent à revendiquer fermement nos justes droits, et de celles qui réduisent notre action à une rhétorique exaltée qui, dépourvue de contenu, ne construit aucune véritable voie qui nous permette pour naviguer avec succès sur la voie du recouvrement de la souveraineté.

Faisant référence aux événements d’il y a 39 ans, il a ajouté : « Le peuple argentin ratifie à nouveau, comme il l’a fait avec conviction tout au long de l’histoire, l’héritage de ceux qui ont combattu et de ceux qui ont donné leur vie dans la lutte pour les Malvinas. , la revendication pacifique de la fin du colonialisme et du plein exercice de la souveraineté sur ces territoires, jusqu’à ce que notre drapeau flotte à nouveau sur les îles.

Alberto Fernández Pedro Sanchez

Alberto Fernandez et Pedro Sanchez lors de la visite du Premier ministre espagnol en Argentine la semaine dernière (Image: GETTY)

M. Fernandez lui-même a également eu son mot à dire le 10 juin, en tweetant : « En cette journée d’affirmation des droits de l’Argentine sur les Malvinas, les îles et le secteur antarctique, nous récupérons, une fois de plus, la mémoire collective pour préserver nos droits sur un territoire usurpé. .

« Les Malvinas étaient, sont et seront argentins. »

Interrogée sur la question de la souveraineté l’année dernière, une porte-parole du ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth a déclaré: «Notre position sur la souveraineté des îles Falkland ne fait aucun doute, les insulaires indiquant clairement qu’ils souhaitent rester une partie du Royaume-Uni.

« Il ne peut y avoir de discussions sur la souveraineté à moins et jusqu’à ce que les habitants des îles Falkland le souhaitent. »

Share