Badosa entre dans l’histoire à Indian Wells

18/10/2021 à 01h22 CEST

Paula Badosa Il a réussi à se retrouver, il est heureux de jouer au tennis, cela se voit dans son visage, dans le jeu et surtout dans les résultats qu’il obtient cette saison. C’est une excellente nouvelle que cette jeune joueuse de tennis catalane ait laissé derrière elle la dépression dont elle souffrait et les problèmes d’anxiété. C’est une autre personne, en sécurité sur la piste malgré le fait qu’en finale il n’a jamais garé son visage de concentration et de sérieux. Et avec elle il a remporté le match, la finale et le titre d’Indian Wells après avoir remporté Victoria Azarenka 7-6 (5), 2-6 et 7-6 (2).

Paula a commencé nerveuse et Azarenka intense. C’était la différence entre une joueuse de tennis expérimentée qui a déjà remporté le titre à deux reprises à Indian Wells et une joueuse de tennis qui faisait ses débuts dans une finale de Masters 1000. C’était prévisible et naturel.

Mais le Catalan a sauvé trois balles de break dans le deuxième set et Cela lui a donné des ailes, une pause et une tranquillité, tout le contraire de la Biélorusse, qui avait des doutes. À tel point que lors du troisième match, c’est Badosa qui a eu trois balles de break. Azarenka a gardé le service, mais en sueur.

Cela est devenu une routine, les deux joueuses ayant du mal à garder le service jusqu’à ce que Paula entre dans le septième match, mais la Biélorusse a rattrapé son retard avec un contre-break. L’égalité, beaucoup d’égalité et, malgré le fait que Paula ne se sentait pas tout à fait à l’aise, elle tenait fermement au match. C’était une grande opportunité, l’un des moments rêvés, et il n’allait pas la laisser filer. Une nouvelle pause dans le onzième match lui a ouvert un monde dont il n’a pas profité. 6-6 déjà pour un « tie break » que Badosa a commencé à dominer, il a laissé les choses se compliquer mais avec beaucoup de souffrance il a fini par le gagner. Le premier set était déjà le sien.

Deuxième set vu et invisible

La décompression est venue au deuxième set pour Badosa après avoir surmonté tant de tension et Azarenka, beaucoup plus solide, l’a accordé 6-2 en un clin d’œil.

Dans le troisième, le combat titanesque est revenu. Break, contrabreak… même dynamique qu’au début avec des va-et-vient et à la fois capables du meilleur comme du pire. De ces jeux qu’il semble que l’on se lasse même de le regarder à la télévision pour voir l’effort des joueurs sur le terrain.

Badosa manquait de conviction dans son attitude. Il souffrait mais faisait avancer les points difficiles mais il ne les célébrait pas, il ne lâchait à aucun moment. A cause de la concentration, à cause de la tension, à cause de la responsabilité, à cause de la nouveauté, à cause de la souffrance… .

Le match était en ‘crescendo’ avec le passage des jeux du troisième set. Les deux se sont accrochés au jeu bec et ongles, marquant des points de dessin animé qui méritaient tous les deux de gagner.

Azarenka a cassé le service de Badosa pour aller 5-4 et servir pour gagner le match. Paula a vu comment la finale s’est échappée après un match difficile, mais les matchs doivent être fermés et le Biélorusse a haussé les épaules et a vu comment le Catalan s’est rallié et a pris l’avantage 6-5. Crise cardiaque.

Comment pourrait-il en être autrement, un nouveau « tie-break » pour clore un match qui méritait tous les deux de gagner. Cela a commencé comme celui du premier set avec un 3-0 pour Paula qui cette fois n’a pas lâché prise et a remporté le titre en devenant la première espagnole à l’atteindre.

Badosa fait déjà partie des grandes, elle sera la treizième joueuse de tennis du monde lundi et est bien plus proche des finales WTA, ce qui est déjà devenu son objectif clair. Aujourd’hui, une star est née et elle s’appelle Paula Badosa.

Share