Banco Santander gagne 5,849 millions jusqu’en septembre

27/10/2021 à 08:47 CEST

PE

Banco Santander a obtenu un bénéfice attribuable de 5,849 millions au cours des neuf premiers mois de 2021, devant certains pertes de 9 048 millions au cours de la même période de l’année précédente, lorsque la banque a actualisé les écarts d’acquisition et actifs d’impôts différés (CDI) sans effet cash.

Hors charge nette de 530 millions d’euros au titre des coûts de restructuration engagés au premier trimestre 2021, le bénéfice ordinaire pour les neuf premiers mois était de 6,379 millions, soit une augmentation de 87% qu’à la même période de l’année précédente.

Il s’agit du bénéfice ordinaire le plus élevé de Santander au cours des neuf premiers mois de l’année depuis 2009, selon la banque.

Au troisième trimestre, la banque a obtenu un bénéfice attribuable de 2 174 millions, soit une augmentation de 25 % qu’à la même période de l’année précédente.

« Nous sommes sur la bonne voie pour dépasser significativement nos objectifs de rentabilité pour 2021, tout en maintenant un ratio de capital CET1 ‘pleinement chargé’ au sommet de notre fourchette cible de 11-12%. Tout cela nous permet d’offrir une rémunération attractive. nos actionnaires et de continuer à investir dans la croissance future », a souligné le président de Banco Santander, Ana Botin.

Santander a annoncé en septembre sa décision de fixer une rémunération au titre des résultats de cette année d’environ 1 700 millions d’euros avec un dividende en numéraire de 4,85 centimes d’euros par action et un rachat d’actions de 841 millions d’euros.

Au premier trimestre 2022, l’entité annoncera une rémunération complémentaire imputée aux prestations de 2021.

« Nous sommes confiants d’atteindre notre objectif de rentabilité à moyen terme de 13-15% grâce aux progrès réalisés, à une amélioration des prévisions macroéconomiques et à la grande capacité d’exécution de nos équipes dans toutes les régions et tous les métiers », a-t-il ajouté.

Le président de Banco Santander a également déclaré que « encore une fois » toutes les régions et toutes les entreprises affichent une bonne croissance des revenus.

Ainsi, comme noté, Les États-Unis et le Royaume-Uni excellent ce trimestre, ce qui démontre le succès de la stratégie de l’entité sur ces marchés.

Ses trois régions (Europe, Amérique du Nord et Amérique du Sud) contribuent de manière similaire au résultat du groupe. Le bénéfice ordinaire des neuf premiers mois a presque doublé en Europe, à 2 293 millions d’euros (+ 98 %), et a plus que doublé en Amérique du Nord, à 2 288 millions d’euros (+ 122 %), tandis qu’en Amérique du Sud a augmenté de 31 %, à 2 471 millions d’euros.

Digital Consumer Bank enregistre également une forte croissance (+ 17 %), atteignant 935 millions.

Le bénéfice ordinaire avant impôt était de 11 432 millions au cours des neuf premiers mois de l’année après une croissance de 74%, tandis que les impôts sur les bénéfices de la période s’élevaient à 3 911 millions d’euros, ce qui représente un taux d’imposition effectif de 34 %.

Les revenus nets d’intérêts ont augmenté de 7 % au cours des neuf premiers mois, principalement en raison de la hausse des volumes de prêts et de dépôts, et de la baisse du coût de ces derniers, tandis que la marge nette a augmenté de 11 % sur un an en euros constants, à 18 848 millions. euros, tirée par la hausse des crédits (+ 4 %) et des dépôts (+ 6 %).

En outre, chiffre d’affaires total en hausse de 8 % à 34 626 millions d’euros, ce qui, associé à la maîtrise des coûts, a entraîné une augmentation du résultat avant provisions (marge nette) de 11 %, à 18 848 millions d’euros.

De son côté, le ratio de NPL a baissé de quatre points de base par rapport au trimestre précédent, à 3,18%, et le ratio de couverture s’est établi à 74%.

Le coût du crédit (ce que la banque provisionne en fonction de la perte attendue du portefeuille) a été meilleur que prévu, avec une réduction de 37 points de base par rapport à l’année dernière, en baisse à 0,90%, grâce à la baisse des provisions.

Au cours des neuf premiers mois de l’année, les dotations s’élèvent à 5 973 millions d’euros, soit 34 % de moins, et le total des provisions accumulées s’élevait à 24 462 millions d’euros.

Pour sa part, Le ratio CET1 à pleine charge de Santander a augmenté de 15 points de base au cours du trimestre, jusqu’à 11,85 %, dans la partie supérieure de la bande cible comprise entre 11 % et 12 %.

La banque a généré 48 points de base de capital de manière organique au cours du dernier trimestre, ce qui a été compensé par les impacts de -33 points de base des problèmes réglementaires et autres. L’entité a déjà comptabilisé la quasi-totalité des impacts réglementaires prévus sur l’ensemble de l’année.

Share