Basket-ball | Jeux Olympiques : Doncic trouve en Dragic un partenaire garant pour affronter l’Espagne

La Slovénie n’a pas eu besoin de la version la plus surhumaine de Luka Doncic pour battre clairement le Japon (116-81) et remporter la deuxième victoire de son histoire aux Jeux Olympiques. Deuxième victoire de son deuxième engagement qui sert à inculquer le respect à ses rivaux et à lancer sa candidature à la lutte pour les médailles avant d’affronter l’Espagne.

Doncic (24 points, sept rebonds, sept passes et deux contres) a garé le fusil qu’il avait sorti contre l’Argentine et s’est consacré à tout faire sur le terrain : rebonds, passes décisives, contres… Quoi qu’il en soit. Son équipe a compris que leur leader avait besoin d’un break et le lui a offert de la main d’un grand Zoran Dragic (24 ans), Cancar et Prepelic.

DONNÉES TECHNIQUES

Slovénie- 116 : Blazic (10), Cancar (16), Cebasek (6), Dimec (2), Doncic (25), Dragic (24), Hrovat (4), Muric (4), NIkolic (3), Prepelic (12), Rupnik (4) et Tobey (6) Japon- 81 : Baba (4), Edwards (2), Hachimura (34), Hiejima (10), Tanaka (6), Togashi (8), Watanabe (17 ), Vendrame (0), Harimoto (0), Kanamaru (0), Schafer (0).

La tenue de Sekulic s’est avérée avoir plus de profondeur de garde-robe qu’un costume formel et avec ces vêtements, il suffit à surpasser une sélection comme le Japon, volontaire mais manque encore de qualité pour se battre à un premier niveau dans lequel il n’y a que Hachimura qui a démontré qui est NBA pour raison. L’attaquant des Wizards a terminé avec 34 points et sept rebonds, mais n’a rien pu faire pour arrêter la Slovénie.

Les joueurs des Balkans ont montré plus d’habileté et se sont consacrés à couper les lignes électriques du reste de l’équipe japonaise, qui n’a marqué que par Hachimura et Watanabe, facilitant le travail défensif d’une Slovénie qui a forcé les pertes de leur rival à jouer comme ils comme. , à la course. Une vitesse à laquelle, pour le moment, ils visent la médaille.

Share