Biden scelle enfin un accord pour retirer les troupes américaines d’Irak – mettant fin à un déploiement de 18 ans | Monde | Nouvelles

Le président américain et Premier ministre irakien, Mustafa al-Kadimi, a eu des discussions sur le « passage à une nouvelle phase de la campagne » à la Maison Blanche ce week-end. Ces pourparlers sont la première rencontre en personne entre les deux dirigeants, car ils n’avaient parlé que par téléphone auparavant.

Les deux dirigeants ont scellé un accord qui mettrait fin à la mission de combat américaine en Irak d’ici la fin de cette année.

Ce serait plus de 18 ans après l’envoi des troupes dans le pays à la suite d’une coalition dirigée par les États-Unis qui a envahi l’Irak en mars 2003.

L’invasion était basée sur des accusations selon lesquelles le gouvernement de Hussein détenait des armes de destruction massive – cependant, ces armes n’ont pas été trouvées.

Lorsque Hussein a été évincé du pouvoir, les troupes américaines sont restées et ont aidé à lutter contre les militants de l’Etat islamique dans la région.

LIRE LA SUITE : Puis-je voyager aux États-Unis ? Biden refuse de lever les restrictions sur les Britanniques

M. Kadimi a souligné que les troupes étrangères n’étaient pas nécessaires en Irak.

Actuellement, 2 500 soldats américains restent en Irak pour aider les forces locales, dont beaucoup jouent un rôle de « conseil et assistance ».

La semaine dernière, le Pentagone n’a pas communiqué le nombre de ces troupes de combat.

« Notre rôle en Irak consistera à être disponible pour continuer à former, à assister, à aider et à traiter avec l’Etat islamique à mesure qu’il arrive », a ajouté M. Biden lors de la réunion.

« Mais nous n’allons pas être, d’ici la fin de l’année, dans une mission de combat. »

Share