BLUE INSANITY, LE MONDE DES DODGERS DE LOS ANGELES (5)

Les Dodgers Los Angeles semble avoir enfin trouvé le chemin de la terre promise. La semaine dernière a été un rêve, et pour les fans, au milieu de tant d’imprévus, une oasis dans le désert.

Bien que l’équipe ait réussi à ajouter deux énormes joueurs à la fin du mois de juillet, les absences forcées ont gardé en haleine l’espoir d’une remontée significative du jeu. Mais la réalité a été beaucoup plus agréable.

Les champions en titre des World Series sont-ils enfin revenus sur la bonne voie ?

Je vous invite à finir la lecture jusqu’au bout et ensemble nous trouverons la réponse à cette question.

Bilan

Termine la deuxième semaine de l’avant-dernier mois de la saison 2021 en MLB. Le temps de chaque minute est moindre pour un retour. Et le combat est rude car ceux qui sont devant n’abandonnent pas un millimètre.

Même quand Dodgers Los Angeles a connu une excellente semaine (5-1), n’a pas coupé un match vis-à-vis des leaders de la division Ouest de la Ligue nationale. La différence est toujours de quatre matchs et il y en a six de moins à jouer.

Le bilan de cinq victoires et une défaite, même s’il n’a pas permis de reculer, est très positif car les rivaux étaient du luxe. Les Dodgers Ils ont affronté deux des équipes (Mets et Filies) qui, dans une course serrée, discutent du billet de qualification pour les éliminatoires de la division Est de l’ancien circuit.

Les lancers de la semaine ont montré une MPM moindre de 2,00 points mérités par match (1,96) et ont terminé deuxièmes derrière les Astros de Houston (1,43). Les rivaux ne frappent que 0,173 et ils sont la meilleure équipe à cet égard.

En revanche, l’infraction a été légèrement supérieure à la moyenne. Son .835 OPS est au-dessus même des équipes comme les Yankees, les Giants, les White Soxs et les Astros tandis que les Red Soxs et les Brewers sont en tête de liste.

La bête noire tombe

L’un des principaux maux de tête du manager Dave Roberts a été sa relève toute l’année.

Lecture associée :

Une partie de la responsabilité des 12 défaites subies en manches supplémentaires découle des apparitions malheureuses des lanceurs provenant de l’enclos des releveurs. De la même manière, les 24 matchs dont ils ont perdu l’avantage au cours de la saison y ont trouvé leur genèse.

L’enclos des releveurs a été l’un des domaines de l’équipe qui a subi le plus de blessures. De Tommy Kahnle et Caleb Ferguson, qui n’ont jamais été avec l’équipe, à Jimmie Sherfy et Jimmy Nelson, les derniers à partir pour le reste de la saison. La liste a longtemps touché Joe Kelly, Corey Knebel, Scott Alexander et Garret Cleavinger, le tout à plus d’une occasion ou depuis longtemps.

Cependant, l’histoire a changé la semaine dernière.

Les lanceurs de relève des Dodgers ont lancé 14,2 manches (toute la série contre les Phillies) sans accorder de points mérités. La première séquence est survenue lors du premier match contre les Mets de New York lorsqu’ils ont marqué un Brusdar Graterol vénézuélien pour briser le charme.

En résumé, le lanceur de relève n’a permis que cinq scores mérités en six matchs pour remporter la palme de la semaine.

Treinen, Knebel (qui est revenu dans l’équipe mardi après un long passage sur la liste des personnes handicapées), Bickford et Alex Vesia ont eu trois départs sans but. Ce dernier, avec quatre passes complétées et sept retraits au bâton, pourrait être sélectionné comme le plus remarquable de la semaine.

Mention spéciale à Brusdar Graterol qui après quelques ajustements dans la mécanique des lanceurs n’a accordé qu’un seul point avec cinq retraits au bâton et un fouet de 0,33.

Le charme est rompu, les Dodgers gagnent en prolongation !

Au cours d’une semaine passée à abattre les murs et à se diriger vers un avenir différent, un autre événement important a fait les gros titres.

Lecture associée :

Les Dodgers, qui est entré cette semaine avec une seule victoire en 13 matchs en prolongation, a réussi à remporter deux matchs consécutifs au-delà de la limite de jeu normale.

Les héros, Will Smith avec son premier circuit en carrière après la neuvième manche et Cody Bellinger avec un doublé RBI en finale de sa carrière lors du match de samedi contre les Mets.

L’offensive porte ses fruits

L’infraction a déjà atteint un couple stable de semaines. Les Dodgers ils produisent suffisamment de points pour mettre leurs lanceurs en position gagnante. La formation a atteint une certaine stabilité, avec Trea Turner comme frappeur principal, même si le nouveau venu n’a toujours pas mis toute sa qualité offensive sur la table.

Le protagoniste de la semaine était Will Smith. Dans les trois matchs contre les Mets au Citi Field, il a marqué. Et pas n’importe quel home run. Vendredi pour décider et samedi pour briser un coup sûr et égaliser le match pour la septième. Will a eu huit points produits à la plaque et cinq points marqués.

Corey Seager l’a secondé avec un 1.048 OPS. L’arrêt-court semble accélérer le rythme du jeu. Seager a également réussi un circuit, a conduit trois et a marqué six points.

Il ne serait pas juste de laisser Max Muncy de la liste, également avec trois circuits cette semaine, et avec Trea Turner, le leader des points marqués.

Point de côté pour Cody Bellinger. Le voltigeur du centre de l’équipe a forcé son retour sportivement. Parfois, cela semble être réussi. Dans la semaine, deux coups de circuit et ont décidé la deuxième manche supplémentaire avec un double au champ droit.

Notes de l’infirmerie

Le plus pertinent de l’infirmerie est la nouvelle de Mookie Betts et Clayton Keshaw. Ils sont tous les deux sur le chemin du retour, avec du temps entre les deux, mais marchent maintenant.

Cole Hamels sera absent pour le reste de la saison, son arrivée a donc été stérile.

L’ajout de la semaine, Julio Urías, qui ne devrait pas être absent plus que le règlement (10 journées) et qui n’a rien à voir avec son bras, comme le cas de Victor Gonzalez. Justin Turner était sorti au jour le jour et n’était disponible que pour le match du dimanche.

Du reste, sans date de retour prévisible.

Futur proche

Une semaine prometteuse à venir. Alors que les Dodgers commencent avec les Pirates, les Giants accueillent les Mets de New York.

La principale pierre d’achoppement est l’équipe elle-même et son lanceur de départ. Ils n’ont que trois lanceurs partants prêts pour le combat aujourd’hui (deux et demi pour être juste). Cela les met, dans la série de jeux consécutifs auxquels ils sont impliqués, la nécessité d’alterner des jeux avec un démarreur et des jeux d’enclos.

Pour eux, les hommes continuent d’être ajoutés au mélange des releveurs. L’acquisition la plus récente Evan Phillips. Et les lanceurs montent et descendent comme aucune autre équipe dans toutes les ligues majeures.

Bref, semaine cruciale dans les aspirations bleues. Nous verrons ce qui se passe au coin de la rue.

On vous attend lundi prochain pour faire le point sur le passé, et ensemble en direct de la Blue Madness.

Share