in

‘Blue’s Clues’ fait de la propagande pour les enfants d’âge préscolaire ⋆ 10z viral

Si votre approche de la parentalité dans notre paysage infernal post-révolution sexuelle n’est pas ce qu’Antoine Dodson a appelé, vous devez vous réveiller, car ils violent tout le monde ici.

Un clip d’une chanson « Blue’s Clues » célébrant le mois de la masturbation et de l’amputation génitale est devenu viral au cours du week-end avant juin.

“Blue’s Clues” a également publié un épisode en mai célébrant l’identification LGBT.

“Blue’s Clues” est une émission télévisée préscolaire de longue date qui est diffusée sur Nickelodeon Jr. depuis 1996. “Blue’s Clues est devenue l’émission la mieux notée pour les enfants d’âge préscolaire à la télévision commerciale américaine et a été essentielle à la croissance de Nickelodeon”, explique Wikipedia. Les paroles de sa chanson « Pride Month », qui semble être chantée par une drag queen de dessin animé, incluent ce qui suit :

“Cette famille a deux mamans, elles s’aiment si fièrement.”

“Cette famille a deux papas, ils s’aiment si fièrement.”

«Ces babas ne sont pas binaires, ils s’aiment si fièrement.»

“Les membres trans de cette famille s’aiment tous si fièrement.”

“Certaines personnes choisissent leur famille, elles s’aiment si fièrement.”

“Les adultes as, bi et pan, voyez-vous, peuvent s’aimer si fièrement.”

“Toutes les familles sont faites différemment, elles s’aiment si fièrement.”

Ceci est clairement destiné à catéchiser les petits enfants dans des croyances fausses et préjudiciables au sujet de la personne humaine. La répétition de slogans est une technique de propagande de base. Il en va de même pour l’incorporation d’idées radicales dans des contextes non menaçants et joyeux.

Aucun de ces éléments n’est accidentel sur “Blue’s Clues”. “Sesame Street” est bien connu comme un pionnier de la télévision éducative pour enfants, utilisant la recherche psychologique et comportementale pour informer sa structure et son contenu. Cela a été un tel succès que la recherche révèle en fait que les enfants apprennent autant de « Sesame Street » qu’en fréquentant l’école maternelle, en partie (c’est en partie parce que la plupart des écoles maternelles sont une expérience de vie de mauvaise qualité).

Les créateurs de «Blue’s Clues» ont étudié et construit sur «Sesame Street» et les recherches ultérieures sur la petite enfance. Les articles sur l’utilisation de la psychologie des enfants par l’émission indiquent que « Blue’s Clues » a été conçu pour utiliser la répétition afin d’attirer l’attention des enfants sur l’apprentissage du contenu présenté par l’émission.

Un article du New York Times de 2018 souligne que l’émission très populaire pour les enfants de deux à cinq ans est tellement dédiée à la répétition pour impressionner ses messages sur les enfants que chaque épisode de “Blue’s Clues” est joué tous les jours pendant une semaine entière. Les producteurs testent également chaque épisode trois fois sur des groupes de discussion d’enfants avant sa diffusion.

L’article de couverture de 2005 de la publication Observer de l’Association for Psychological Science discute des techniques psychologiques que les émissions préscolaires utilisent pour impressionner ce qu’elles croient être des attitudes socialement bénéfiques sur les téléspectateurs. La répétition verbale en est une. La répétition dans l’environnement d’un enfant – commercialiser les personnages d’une émission en produits de l’espace de viande comme des exercices de mathématiques en classe ou des poupées Tickle Me Elmo – en est une autre.

Cette stratégie de répétition et de saturation a manifestement été délibérément utilisée pour normaliser certains comportements et attitudes sexuels, tant chez les enfants que chez les adultes. Nous avons récemment tout vu, d’un travesti sur “Sesame Street” à un mariage gay dans l’émission pour enfants de PBS “Arthur”. La conscience LGBT est si omniprésente que les Américains pensent que six fois plus de personnes sont LGBT qu’elles ne l’identifient réellement, et chaque génération successive présente des taux plus élevés d’identification LGBT.

Le problème est que ces comportements et attitudes sexuels ne sont pas normaux. Ils sont dangereux.

En premier lieu, la seule chose qui distingue les personnes LGBT des autres est leur comportement sexuel. Par conséquent, parler de la « communauté LGBT » avec des enfants d’âge préscolaire, c’est parler de sexe. Et pas le « sexe » comme dans la biologie humaine de base adaptée à l’âge – les hommes ont certaines parties du corps, les femmes en ont d’autres et, ensemble, ces parties peuvent faire des bébés – mais des techniques sexuelles classées R comme le sexe anal, le sexe oral et la masturbation.

Si vous pensez que de telles choses sont appropriées pour une discussion avec un enfant de trois ans, veuillez me le faire savoir afin que je puisse m’assurer que vous ne vous approchez jamais de mes enfants.

Il est bien prouvé par la recherche et le bon sens que l’exposition à des informations sexuelles détaillées nuit aux enfants prépubères. Il est évident par le fait même que leur corps ne s’est pas encore préparé à une activité sexuelle que ce n’est pas le bon âge pour de telles informations. L’exposition sexuelle précoce n’est donc pas étonnamment liée à des comportements d’automutilation et à risque tels que l’activité sexuelle précoce, la susceptibilité aux prédateurs sexuels et la dépendance à la pornographie.

La pornographie entraîne également des comportements sexuels extrêmes comme le BDSM et le transgenre. Il n’est donc pas surprenant que le fait d’accoutumer les enfants (et les adultes) à notre culture pornisée, comme tous les médias de masse comme Snapchat le pratiquent désormais régulièrement, se traduit par des comportements sexuels plus précoces et plus étranges de plus en plus courants.

Les actes sexuels, bien sûr, sont la dernière étape de tout ce conditionnement. Rendre les enfants plus sexuellement accessibles aux adultes est un long processus qui commence par quelque chose qui semble anodin, comme célébrer les «familles» transgenres et «non binaires» au nom de «l’amour» tout en insistant pour que les gens ignorent que ce type d ‘«amour» implique la stérilisation, risque accru de crises cardiaques, de risques plus élevés de suicide et d’amputation génitale – ainsi que de fabriquer les enfants pour ces «familles choisies» dans les laboratoires et avec des mères porteuses, car ces «familles» ne peuvent se reproduire que par des moyens non naturels.

En d’autres termes, ce matériel « Blue’s Clues » est du toilettage, clair et simple. C’est apprendre aux enfants à être à l’aise avec des choses avec lesquelles ils devraient être mal à l’aise et à ne pas être exposés jusqu’à la puberté et après, pour leur propre bien-être. Alléguer le contraire, c’est de l’éclairage au gaz.

Une autre preuve de cela est la réponse des militants transgenres à une histoire récente de «60 Minutes» mettant en lumière de nombreux jeunes qui regrettent d’avoir expérimenté le transgenre, y compris de s’automutiler irréversiblement par les hormones et la chirurgie. Ces jeunes ont témoigné que le toilettage médiatique de leur psychisme était un élément clé pour se précipiter dans une décision médicale dévastatrice.

Un témoignage aussi largement disponible de la part de nombreux regrettés transgenres est encore renforcé par une étude explosive de la Brown University réalisée en 2018 par une chercheuse féministe. Il a trouvé des preuves solides que le toilettage des médias sociaux est un élément clé pour fomenter et durcir la dysphorie de genre chez les jeunes. Cette étude a conclu que ce toilettage contribue à alimenter la «contagion sociale» transgenre actuelle.

Les militants transgenres insistent néanmoins pour que les gens mettent de côté ce genre de preuves, ainsi que le simple bon sens, pour croire que le conditionnement psychologique à travers les médias tels que les programmes télévisés n’affecte pas les enfants de la manière dont les psychologues affirment dans d’autres contextes qu’ils travaillent pour le garantir absolument. Est-ce que.

L’affirmation des activistes transgenres selon laquelle personne ne manipule les sentiments des enfants à propos de la sexualité est évidemment un mensonge. Ce sont les mêmes personnes qui poussent l’initiation sexuelle et la saturation plus tôt tout en nous disant que nous sommes des fanatiques si nous le remarquons.

C’est le comportement d’un prédateur sexuel. Que faire des prédateurs sexuels ? À tout le moins, chaque parent devrait suivre le conseil d’Antoine Dodson : cachez vos enfants, cachez votre femme, car ils poussent les contacts sexuels sur les enfants d’âge préscolaire ici.

L’avenir de l’enseignement supérieur en Amérique

Le POCO M3 128 Go est une nouvelle fois l’une des meilleures options low cost : il descend à 129 euros chez Amazon | La technologie