Boris Johnson lance une offensive de charme avec Macron après les affirmations d’AUKUS « coup de poignard dans le dos » | Politique | Nouvelles

Le Premier ministre britannique a répondu aux commentaires acerbes des autorités d’outre-Manche en défendant la relation « fiière » du Royaume-Uni avec la France. S’adressant au Sun après être monté à bord d’un avion RAF Voyager à destination de la conférence de l’ONU à New York, Boris Johnson, 57 ans, a jeté le charme dans le but d’apaiser les Français.

Le Premier ministre a déclaré au tabloïd : « Nous sommes très, très fiers de notre relation avec la France et elle est d’une importance capitale pour ce pays.

« C’est une relation très amicale – et une entente cordiale – qui remonte à un siècle ou plus et c’est absolument vital pour nous.

« Notre amour de la France est indéracinable et ce que je dirais, c’est que cet accord AUKUS…

Alors que M. Johnson faisait implicitement référence au pacte anglo-français de la Grande Guerre de 1904, il a également souligné comment les deux pays entretiennent une relation très particulière.

JUST IN: « Retour dans le giron américain », la France rejette le rôle de la Grande-Bretagne dans le Brexit dans l’alliance AUKUS

« Je ne sais pas combien d’entre vous le savent, mais il existe un programme d’essais nucléaires simulés entre le Royaume-Uni et la France : nous testons ensemble des explosions nucléaires », a-t-il déclaré.

Les commentaires du Premier ministre interviennent après que les autorités françaises ont décidé d’intensifier la guerre des mots contre la Grande-Bretagne.

La semaine dernière, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré que l’accord sur les sous-marins AUKUS ressemblait à un « coup de poignard dans le dos ».

Le ministre français de l’Europe, Clément Beaune, a également affirmé que le Royaume-Uni se subordonnait désormais aux États-Unis.

LIRE LA SUITE: « Les Australiens ont raison, les sous-marins français sont inférieurs ! » Les Britanniques dénoncent le « mépris » de Macron pour le Royaume-Uni

Le Premier ministre a atterri dans un aéroport de New York tard hier soir.

Les rapports suggèrent que Boris utilisera la réunion de l’ONU pour faire avancer son programme vert.

Le Premier ministre organisera d’autres discussions en novembre lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique, baptisée COP26, dans la plus grande ville d’Écosse, Glasgow.

Share