Boulaye Dia débute avec un but dans un Villarreal avec des fissures défensives

22/07/2021 à 23:08 CEST

.

Boulaye Dia a débuté avec un but. Le début parfait pour un joueur qui est venu pour ça. Mais l’équipe d’Unai Emery a montré des faiblesses défensives qui lui ont valu la victoire face à un bon Lyon (2-2) et qu’elle devra corriger pour disputer la Supercoupe face à Chelsea.

Le Villarreal CF et l’Olympique de Lyon ont disputé un sérieux match amical de pré-saison, au cours duquel ils ont égalé à deux buts, et dans lequel les deux équipes ont montré un bon niveau de jeu.

Les Espagnols ont mis plus que leur part pour prendre le match, mais le manque de réussite au sommet et quelques désalignements en défense, l’ont empêché.

Les deux équipes ont joué une première mi-temps au cours de laquelle elles ont montré leur punch et leur qualité dans leurs attaques, marquant deux buts chacune, mais elles ont également montré que ils doivent améliorer leurs défenses, car les deux étaient quelque peu désalignés dans cette intrigue.

Les habitants de Castellón sont sortis en voulant contrôler et dominer le jeu, ce qu’ils ont fait plus et mieux que leur rival, arrivant avec danger sur l’aile gauche, dans laquelle ils se sont démarqués Iosifov et Pedraza; auquel s’est ajouté le bon travail en attaque de la débutante Jour.

Malgré un but de Luc à sept minutes, celles de Émeri ils ont continué à contrôler et à atteindre facilement la zone française.

A vingt-deux minutes Moi Gómez à égalité avec un bon tir du bord de la surface, grâce à un beau jeu de Alfonso Pedraza.

Le match a été contrôlé par les jaunes, mais l’Olympique de Lyon a été très dangereux contre eux, avec un bon Ekambi et un stellaire Aouar.

Villarreal a profité de sa domination avec un but de Jour, qui a profité d’une bonne Peine pour dépasser votre équipe.

Une première partie qui se termine par un autre contre Ekambi et un superbe but d’Aouar, qui a mis l’égalité à deux au tableau d’affichage.

La seconde mi-temps a commencé comme la première, dans laquelle les deux équipes ont généré du danger et ont eu des options de but.

Mais ce sont encore les jaunes, qui gèrent de plus en plus le poids et le rythme du jeu, arrivant avec le danger de la main de Fer Niño et Hassan; tandis que les Français vivaient grâce aux inconvénients de Dembélé et Ekambi, qui a essayé de profiter des quelques options laissées par le Émeri.

Si les Castellonnais n’ont pas pris le match, c’est à cause du manque de réussite dans les derniers mètres, puisque par match et arrivées ils méritaient bien plus face à un bon Olympique Lyonnais, qui a conservé son équipe de départ presque tout au long du match.

Share