Brexit news : Anne-Marie Trevelyan annonce un nouveau plan commercial en cinq points pour le Brexit Grande-Bretagne | Politique | Nouvelles

Le député de Berwick upon Tweed a été nommé pour superviser les accords commerciaux du Royaume-Uni dans le cadre d’un remaniement du cabinet de Boris Johnson la semaine dernière. Elle a la tâche peu enviable d’être à la hauteur des réalisations de Liz Truss.

Le succès de Mme Truss dans la signature de dizaines d’accords commerciaux a fait d’elle une favorite parmi les membres du parti conservateur.

Mme Trevelyan exposera ses plans pour libérer le commerce numérique dans un discours prononcé à la London Tech Week plus tard dans la journée.

Elle souhaite que le Royaume-Uni joue un rôle central dans « l’élimination des barrières » afin de forger un nouveau consensus mondial sur le commerce international des services numériques.

S’exprimant virtuellement, le ministre expliquera que la réduction des formalités administratives, le renforcement de la protection des données et la réduction des coûts pour les entreprises britanniques sont essentiels pour stimuler les exportations de services britanniques.

EN SAVOIR PLUS SUR NOTRE BLOG BREXIT LIVE

Le secteur numérique joue déjà un rôle important dans l’économie britannique.

En 2019, le commerce numérique valait 326 milliards de livres sterling et, au total, le secteur a contribué 150,6 milliards de livres sterling à l’économie britannique.

Les accords commerciaux internationaux ignorent souvent largement l’industrie des services numériques.

Mais l’année dernière, le Royaume-Uni a accepté les conditions du commerce numérique dans son accord de libre-échange global avec le Japon.

Les négociations sur un accord d’économie numérique de premier plan avec Singapour ont également commencé en juin.

Mme Trevelyan décrira ses plans pour augmenter encore les exportations numériques lors de la présentation du festival de la technologie.

LIRE LA SUITE: Lib Dems admet avoir qualifié les électeurs du Brexit de stupides, racistes et diaboliques

Dans le cadre du plan en cinq points, le nouveau secrétaire au Commerce international cherche à :

Accroître l’accès aux marchés numériques à l’étranger pour aider les entreprises à exporter leurs servicesRéduire la bureaucratie sur les flux de données à l’internationalAugmenter les protections de la propriété intellectuellePromouvoir les processus douaniers numériques pour réduire la bureaucratie et faciliter le commercePousser pour l’inclusion du commerce numérique dans davantage d’accords de libre-échange à l’échelle internationale

L’industrie des services numériques emploie déjà 4,6 % de la main-d’œuvre britannique.

Mais de nombreuses entreprises sont confrontées à des obstacles au commerce international en raison de leur incapacité à s’adapter à l’ère numérique.

La défense des services numériques par Mme Trevelyan fait suite aux tentatives de Mme Truss d’aider à stimuler l’industrie sur la scène mondiale.

Le Royaume-Uni espère également utiliser sa présidence du G7 pour établir une approche uniforme entre alliés sur le commerce numérique.

Share