in

Brexit news : Boris affrontera Macron, Merkel et VDL alors que la dispute déborde au sommet du G7 | Politique | Nouvelles

Les tensions liées au Brexit ont atteint un point d’ébullition ces derniers jours, avec une dispute sur l’exportation de saucisses vers l’Irlande du Nord menaçant d’éclipser le sommet international. Les retombées du protocole d’Irlande du Nord, mis en œuvre dans le cadre de l’accord de retrait, ont déclenché une nouvelle guerre des mots entre le Royaume-Uni et l’UE.

Alors que le Premier ministre a tenu à garder l’attention du G7 sur la lutte contre le coronavirus, le changement climatique et la promotion des valeurs démocratiques dans le monde, le Brexit occupera aujourd’hui le devant de la scène.

Ce matin, M. Johnson tiendra des réunions consécutives avec le Français Emmanuel Macron et l’Allemande Angela Merkel avant d’affronter la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen, Charles Michel.

Quelques heures seulement avant d’accueillir les dirigeants européens à Carbis Bay à Cornwall, le Premier ministre s’en est pris à Bruxelles pour avoir adopté une approche « excessivement lourde » des accords commerciaux post-Brexit.

Aux termes du protocole d’Irlande du Nord, des contrôles douaniers bureaucratiques sont requis sur certaines marchandises traversant la mer d’Irlande depuis la Grande-Bretagne.

LIRE LA SUITE: Les Britanniques ripostent à l’empannage de confiance de l’UE alors que la rangée du Brexit fait rage

Le Royaume-Uni a déjà étendu unilatéralement la mise en œuvre des formalités administratives requises pour certaines marchandises et envisage maintenant de retarder l’imposition de contrôles sur les viandes réfrigérées de fabrication britannique qui devraient entrer en vigueur à la fin du mois.

Les contrôles interdiraient effectivement la vente de saucisses fabriquées en Grande-Bretagne en Irlande du Nord.

La Grande-Bretagne exige un compromis de Bruxelles sur les règles du mécanisme, mais l’UE est jusqu’à présent restée ferme sur la question.

Peu de temps avant d’atterrir au Royaume-Uni pour le G7, M. Macron a déclaré : « Nous avons un protocole en vertu duquel il y a ce protocole d’Irlande du Nord et nous avons un accord commercial.

“Cela a été douloureusement discuté pendant des années, et discuté, je vous le rappelle, à l’initiative des Britanniques qui ont décidé de partir.”

Le porte-parole officiel de Boris Johnson a déclaré que le Royaume-Uni cherchait une solution aux frictions dans les pourparlers et qu’il s’attendait à ce que le Premier ministre soulève le protocole avec les dirigeants de l’UE.

LIRE LA SUITE : Brexit Britain au premier plan ! Boris Johnson accueille les dirigeants du G7

Lord Frost, qui est également à Cornwall pour le G7, se préparerait à rejoindre M. Johnson dans certaines des réunions.

Une source britannique proche des négociations a déclaré que Lord Frost était souvent dans la salle lorsque le Brexit a été discuté avec les dirigeants de l’UE et que ce week-end ne serait probablement pas différent.

Le porte-parole du Premier ministre a refusé d’exclure toute action unilatérale pour garantir que les saucisses britanniques puissent continuer à aller en Irlande du Nord.

Il a déclaré: “Nous gardons toutes les options sur la table.”

Bruxelles est déjà furieuse contre le Royaume-Uni pour avoir retardé l’introduction des contrôles douaniers plus tôt dans l’année et a lancé une action en justice contre la Grande-Bretagne.

Il prétend que l’extension des délais de grâce enfreint le droit international.

Avant le G7, le vice-président de la Commission européenne, Maroš Šefčovič, a déclaré que “la patience de l’UE est très, très, très mince”.

“La confiance, qui sera au cœur de tout partenariat, doit être restaurée”, a-t-il déclaré.

La croissance de l’emploi a souffert avant même la pandémie de Covid-19 : Care Ratings

Les prix Pulitzer 2021 honorent Louise Erdrich, Malcolm X bio ⋆ .