Brexit news: Boris Johnson attaqué par Leaver à propos d’un accord avec l’UE | Politique | Nouvelles

Dans le cadre de son accord de commerce et de coopération (TCA), le Premier ministre a accepté le protocole de l’Irlande du Nord, qui a introduit des contrôles douaniers sur les marchandises voyageant entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni. Ces syndicalistes exaspérés qui soutiennent qu’il mine le syndicat britannique.

Il a également approuvé un accord de pêche qui permet aux bateaux de l’UE de conserver une grande partie de leur accès aux eaux britanniques au moins jusqu’en 2026.

Ben Habib, ancien député européen du Brexit Party, a critiqué le bilan de M. Johnson sur Twitter.

Il a posté: «Le WA [Withdrawal Agreement] et TCA a abandonné l’Irlande du Nord, notre industrie de la pêche et notre capacité en tant que pays à tracer notre propre voie indépendante.

«Tout cela pour protéger 20% de notre PIB en biens échangés.

«80% du PIB, dans les services, laissés sans accord. La meilleure affaire était pas d’accord.

Le message a reçu 144 retweets et plus de 300 likes.

M. Johnson avait dit qu’une «frontière sur la mer d’Irlande» ne se produirait que «sur mon cadavre».

Cependant, aux termes de son accord commercial sur le Brexit, conclu en décembre dernier, des contrôles sont imposés à certains produits.

LIRE LA SUITE: Lord Adonis a dit “ d’embrasser l’humilité ” alors qu’il défend le travail

Suite à l’indignation à Londres, Dublin et Belfast, il a été contraint de reculer.

Selon les termes de l’accord commercial, les bateaux de pêche de l’UE abandonneront 25% de leurs prises dans les eaux britanniques d’ici 2026.

Après cela, la Grande-Bretagne pourrait théoriquement les exclure, bien que cela risquerait des tarifs de rétorsion.

Des dizaines de bateaux de pêche français ont manifesté au large de Jersey au début du mois.

Ils ont affirmé que la bureaucratie accrue avait réduit leur accès aux eaux de pêche de l’île depuis le Brexit.

La manifestation a été surveillée par deux navires de guerre de la Royal Navy.

Auparavant, le Royaume-Uni était soumis à la politique commune de la pêche de l’UE.

La France menacerait de bloquer un accord sur les services financiers entre le Royaume-Uni et l’UE à moins que la Grande-Bretagne ne fasse des concessions sur la pêche.

Alors que le Royaume-Uni a accordé l’équivalence aux institutions financières européennes après le Brexit, leur permettant de négocier sans entrave, l’UE n’a pas rendu la pareille.

La pêche valait 437 millions de livres sterling pour l’économie britannique en 2019, contre 126 milliards de livres sterling pour les services financiers.