Brexit news : le ministre allemand demande à l’UE d’apprendre de l’accord d’Aukus | Monde | Nouvelles

Le ministre des Affaires européennes, Michael Roth, a déclaré que le fait que le gouvernement australien renonce à un accord de 43 milliards de livres sterling avec la France pour lui fournir des sous-marins à moteur diesel était un « réveil ». Le gouvernement de M. Morrison a abandonné l’accord de longue date en faveur de l’équipement de sous-marins à propulsion nucléaire avec l’aide des États-Unis et du Royaume-Uni.

Le camouflet a enragé le gouvernement d’Emmanuel Macron qui a accusé les États-Unis et l’Australie de l’avoir « pris de court ».

Et alors que la poussière commence à retomber sur la querelle amère, M. Roth a insisté sur le fait que le développement a souligné l’importance pour les États de l’UE de travailler ensemble.

S’exprimant à Bruxelles avant une réunion des ministres des Affaires générales des 27 pays de l’UE, il a déclaré: « Nous ne pouvons pas compter exclusivement sur les autres, mais nous devons coopérer, et nous devons surmonter nos différences [within the EU] et parle d’une seule voix.

M. Roth a ajouté que « la confiance perdue doit être rétablie, et ce ne sera évidemment pas facile.

LIRE LA SUITE: Remboursement du Brexit: la «colère» de l’UE contre le Royaume-Uni voit Bruxelles payer le prix avec les États-Unis

« Mais nous voulons apporter une contribution constructive [to the process]. « 

D’autres responsables européens ont exprimé des sentiments similaires, notamment le ministre français des Affaires européennes, Clément Beaune.

Il a insisté sur le fait que les États de l’UE « ne peuvent pas agir comme si de rien n’était » et devraient « examiner toutes les options » lors de la formulation d’une réponse commune.

Pendant ce temps, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a qualifié la situation de « crise de confiance ».

Il a également fustigé « l’unilatéralisme, l’imprévisibilité, la brutalité » et le manque de respect envers les partenaires que cette décision impliquait.

La fureur française suscitée par l’annonce faite mercredi dernier par le président américain Joe Biden, Boris Johnson et M. Morrison a conduit M. Macron à rappeler ses ambassadeurs australien et américain.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a également critiqué la façon dont la France avait été traitée.

Que pensez-vous des commentaires de M. Roth? L’UE commencera-t-elle à se serrer davantage les coudes ? Cliquez ici et commentez ci-dessous.

Elle a déclaré que ce n’était « pas acceptable » et a souligné qu’il y avait des questions auxquelles il fallait répondre avant que les pays occidentaux puissent revenir au « business as usual ».

« Nous sommes amis et alliés, et amis et alliés se parlent… sur des questions d’intérêt commun. Cela ne s’est clairement pas produit », a-t-elle déclaré à CNN.

La France a jusqu’à présent maintenu son ambassadeur au Royaume-Uni – une décision qui a été qualifiée de légère par certains observateurs.

Share