in

Brexit news : le Royaume-Uni et l’UE concluent un accord de pêche historique – mais “ne plaira pas à tout le monde” | Politique | Nouvelles

Les initiés de Whitehall ont averti que le pacte ne “satisferait pas tout le monde” alors qu’ils se préparaient à une réaction potentielle de l’industrie de la pêche britannique. L’Union européenne a salué le nouvel accord, affirmant qu’il ouvre la voie à une future coopération avec la Grande-Bretagne après des mois de tensions depuis la signature de l’accord de commerce et de coopération post-Brexit. Dans un communiqué, les eurocrates ont déclaré que l’accord créait une “base solide pour la poursuite de la coopération UE-Royaume-Uni dans le domaine de la pêche”.

L’accord intervient après des mois d’âpres querelles, qui ont commencé en janvier et ont abouti à au moins une prolongation après un certain nombre de différends.

Il définit le total des captures autorisées pour plus de 75 stocks partagés dans les eaux britanniques et européennes pour le reste de l’année.

Le soi-disant TAC, conçu pour empêcher la surpêche, est divisé entre les deux parties sur la base de l’accord de pêche post-Brexit conclu la veille de Noël l’année dernière.

Les deux parties avaient précédemment convenu d’utiliser le TAC 2020 jusqu’à ce qu’un accord puisse être financé.

Dans le cadre du pacte de pêche du Brexit, Bruxelles a accepté de restituer 25 % de ses droits de pêche en valeur dans les eaux britanniques.

Le nouvel arrangement sera mis en place progressivement au cours de la période de transition d’ici juin 2026.

L’accord UE-Royaume-Uni de mercredi a été conclu après un appel téléphonique entre le secrétaire à l’Environnement George Eustice et le patron de la pêche de l’UE, Virginijus Sinkevicius.

M. Eustice a déclaré: “Bien qu’il soit difficile de parvenir à un accord, notre objectif tout au long de ces négociations sur la pêche a été de préserver la durabilité de nos stocks de poissons et de rechercher un accord qui respecte notre nouveau statut et fonctionne pour l’industrie de la pêche britannique.”

Les responsables de l’UE ont insisté sur le fait que l’accord respectait les principes de la politique commune de la pêche en matière de durabilité.

Ils ont ajouté que cela permettrait aux deux parties d’échanger des quotas de pêche par accord et de fixer des conditions pour l’exploitation des stocks hors quota.

M. Sinkevicius a déclaré : « C’est bon pour les pêcheurs et les femmes, nos communautés côtières et nos ports, ainsi que pour l’utilisation durable de nos ressources marines.

“Cela prouve également que deux partenaires des deux côtés de la Manche peuvent trouver des accords et avancer s’ils travaillent ensemble.”

À LIRE : la France menace de prendre des mesures « coercitives » contre le Royaume-Uni pour la pêche

Et le port principal de Jersey a été bloqué par des chalutiers français furieux que la dépendance de la Couronne ait introduit de nouvelles conditions post-Brexit sur l’octroi de licences.

Deux canonnières de la Royal Navy et deux navires de la marine française ont été dépêchés pour surveiller la manifestation, qui faisait suite à une menace française de couper l’alimentation électrique de l’île.

Les responsables britanniques ont jusqu’à présent refusé de donner plus de détails sur le dernier accord de pêche UE-Royaume-Uni.

Ils disent que plus d’informations seront publiées dans les prochains jours dans un compte rendu officiel des pourparlers avec Bruxelles.

Les chefs de l’industrie de la pêche britannique ont également déclaré qu’ils n’avaient pas été informés par les représentants du gouvernement, mais qu’ils s’attendent à recevoir des détails bientôt.

Un initié a déclaré au Telegraph que le TAC pour chaque espèce serait crucial pour les chalutiers britanniques.

En effet, un TAC inférieur pourrait entraîner une réduction de la quantité totale de poisson pouvant être débarqué, malgré le maintien des quotas ou leur amélioration à la suite du Brexit.

Les écologistes ont accusé l’UE et le Royaume-Uni d’avoir fixé le TAC trop élevé.

Vera Coelho, de l’ONG Oceana, a déclaré : « Si les deux parties veulent diriger la gestion durable des pêches au niveau international et aider à lutter contre les urgences climatiques et de biodiversité, elles doivent mettre fin immédiatement à la surpêche.

RBI MPC 4 juin : baisse des taux repo peu probable, la position accommodante pourrait se poursuivre ; les experts disent assurer la liquidité

Cerveau, cœur, foie, ovaires, testicules et plus ⋆ .