Caeleb Dressel a déjà le premier or de sa collection

Si Ledecky n’a pas répondu aux attentes, l’autre nageur appelé à régner à Tokyo, son compatriote Caeleb Dressel, détient déjà le premier des cinq (ou six) médailles d’or qu’il est venu chercher au Japon, celui du relais 4×100 libre. , qu’il a cimenté dans un premier post spectaculaire.

Dressel, qui a parcouru le premier hectomètre en 47 »26, a lancé les Etats-Unis vers le titre (3’08 »97), qui a été consolidé par ses coéquipiers Blake Pieroni, Bowen Becker et Zach Apple, prenant une seconde longue à l’Italie, argent , et Australie, bronze.

Ce n’est que le début de journées très chargées pour l’équipe de Floride, qui participera également au 50 et 100 libre, au 100 papillon, au relais 4×100 styles et, peut-être, au relais 4×200 libre, ce qui ne décidera sûrement dernière minute.

La deuxième journée des finales de natation a également laissé une surprise, l’absence de la détentrice du record du monde, la Suédoise Sarah Sjostrom, sur le podium du 100 papillon, dont l’or est revenu à la Canadienne de 21 ans Margaret MacNeil (55 »59 , un record d’Amérique), devant le Chinois Zhang (55”64) et l’Australien McKeon (55”72). Sjostrom n’a pas répondu aux bons sentiments qu’il a donnés en série et en finale et a terminé septième avec une note (56 »91) qui n’est pas à la hauteur de sa catégorie.

Dans l’hectomètre masculin de la brasse, Peaty continue d’être le monarque incontesté en termes de puissance électrique et de fréquence insensée, entraîné par la musculature d’un gardien de club de nuit. L’or chanté (57 »37) devant le Néerlandais Kamminga et l’Italien Martinenghi.

Share