in

Call of Duty de l’année prochaine, une suite de Modern Warfare de 2019

Un tweet d’un initié connu de l’industrie, Tom Henderson, suggère que le prochain Appel du devoir sera la suite du très apprécié de 2019 Guerre moderne. “Il semble que Call of Duty: 2022 porte le nom de code Project Cortez”, a déclaré Henderson. “Ce devrait être une suite de Modern Warfare 2019.”

Pour voir ce contenu, veuillez activer les cookies de ciblage. Gérer les paramètres des cookies

VGC a corroboré la rumeur, ajoutant que l’histoire de la campagne verra les forces spéciales américaines s’attaquer aux cartels de la drogue colombiens, un grand changement par rapport à la guerre du jeu de 2019 contre le terrorisme.

C’est intéressant car ce n’est pas la première fois que nous voyons le terme Project Cortez à l’état sauvage. Une datamine récente a révélé qu’une liste de jeux GeForce Now incluait le mystérieux Project Cortez et répertoriait Infinity Ward en tant que développeur. Le calendrier de développement s’aligne également, avec trois ans entre Modern Warfare de 2019 et la suite supposée de l’année prochaine. Tout indique une suite au populaire Modern Warfare.

Pour voir ce contenu, veuillez activer les cookies de ciblage. Gérer les paramètres des cookies

Cela vient après l’annonce très médiatisée de l’entrée de cette année, Call of Duty: Vanguard, qui aura lieu après la Seconde Guerre mondiale. Pendant ce temps, Call of Duty: Warzone continue de fredonner, existant aux côtés des entrées annuelles. Il est logique qu’Activision Blizzard veuille espacer son entrée sur la Seconde Guerre mondiale et les jeux modernes. Il est également logique que cela revienne à Modern Warfare, compte tenu de l’accueil positif du redémarrage.

Call of Duty: Vanguard sortira le 5 novembre pour PC, PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series X/S et proposera un jeu croisé entre les versions.

Il convient également de souligner qu’Activision Blizzard fait toujours face à des problèmes juridiques à cause de sa culture d’entreprise et d’accusations de harcèlement et d’intimidation, en particulier à l’encontre des femmes, et plus récemment d’accusation de rupture syndicale.