Calviño rejette les « personnalités » dans la réforme du travail et parie sur l’accord

28/10/2021 à 21:53 CEST

PE

La première vice-présidente et ministre des Affaires économiques et de la Transformation numérique, Nadia Calviño, a rejeté ce jeudi des « personnalités » dans la négociation du réforme du travail et a insisté pour que le « cadre » et la « feuille de route » du nouveau règlement soient convenus avec les agents sociaux, en plus d’insister pour que un accord n’est pas proposé sans les employeurs.

« C’est l’une des réformes structurelles auxquelles nous devons nous attaquer. C’est une question très importante pour les familles et les jeunes, et je pense que il n’y a pas de place pour les personnalités même pas ce genre de considérations que les médias occupent parfois », a déclaré la vice-présidente économique dans une interview à Onda Cero, interrogée sur les différences entre son département et celui dirigé par la ministre du Travail, Yolanda Díaz.

En ce sens, Calviño a expliqué que un « processus et méthode » a déjà été convenu et a demandé de « se concentrer » sur « le rétablissement du consensus qui a été rompu » lors des précédentes réformes du travail. « Les personnalités sont plus », a-t-il réitéré, tout en soulignant que la « substance de la réforme » comprend « l’engagement d’investiture » du président Pedro Sánchez et le volet 23 que l’Espagne a envoyé à Bruxelles, qui met en évidence l’arrivée à un accord par le dialogue social.

Concernant l’accord trouvé par le PSOE et United We Can sur la coordination de la réforme du travail, le premier vice-président a assuré que il est « nécessaire de coordonner l’action du Gouvernement », avec « une seule voix » et qu’elle aide « à trouver un consensus entre les acteurs sociaux, ce qui doit être l’objectif prioritaire dans les semaines à venir ». « Nous devons tous être bien alignés et je trouve normal que nous ayons des réunions de coordination », a-t-il ajouté.

Selon Calviño, la réforme entre désormais dans « la phase décisive » de la négociation, « avec des semaines cruciales », au cours de laquelle il faudra s’assurer que « tout est sur la bonne voie ». « Nous avons une bonne base pour que la réforme soit le meilleur possible, équilibré et efficace« , il a dit.

Dans ce contexte, le numéro deux de l’Exécutif a assuré qu’il attend des agents sociaux qu’ils agissent avec la même « responsabilité » avec laquelle d’autres accords récents ont été conclus. « Je ne considère pas que (les hommes d’affaires) ne soient pas dans cet accord », a déclaré Calviño, qui attend un cadre du travail « qui éradiquer le précarité, rétablir les équilibres« Dans la négociation collective, offrir « une meilleure compétitivité aux entreprises » et aussi créer « des emplois de qualité ».

Ainsi, le vice-président a souligné que ces derniers jours, lorsque les divergences entre les partenaires de la coalition ont été diffusées, « rien de substantiel » du contenu de la réforme n’a été discuté, car le « cadre est clair » et la feuille de route convenue avec les agents sociaux.

Share