Carlos Sainz : McLaren l’une des voitures les plus difficiles à dépasser

Carlos Sainz retrouve la voiture dans laquelle il était l’an dernier, la McLaren, l’une des plus difficiles à doubler en piste.

L’Espagnol a quitté l’équipe britannique pour rejoindre McLaren à la fin de la saison 2020 et a été remplacé par Daniel Ricciardo, derrière qui il a passé la majeure partie du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Il avait plus de rythme que l’Australien mais, en raison d’un mauvais arrêt au stand, s’est retrouvé derrière lui et n’a pas pu trouver de dépassement avant la fin de la course, franchissant la ligne en P6.

Un tel problème est quelque chose qu’il a eu plusieurs fois en 2021, et il pense qu’avec leurs moteurs Mercedes, Ricciardo et Lando Norris sont deux des pilotes les plus difficiles à dépasser.

« Malheureusement, il m’est arrivé maintenant quelques fois de rester derrière une McLaren que je ne parviens pas à dépasser », a déclaré Sainz selon Motorsport.com.

« Ce n’est pas nouveau, ils ont une vitesse en ligne droite très élevée, un déploiement et une puissance très forts en sortie de virage et c’est probablement l’une des voitures les plus difficiles à dépasser. »

« Oui, malheureusement, nous étions un pas derrière Ricciardo pendant toute la course. D’abord sur le médium, puis nous avons réussi à le dépasser avec un rythme très soutenu pendant les tours les plus propres mais malheureusement après le lent arrêt au stand, j’ai dû repartir derrière lui.

« Sur le pneu dur, il était encore plus difficile de le dépasser parce que j’avais l’impression que le pneu dur à haute vitesse ne pouvait pas supporter la charge de l’air sale et je sous-virais beaucoup plus, et je ne pouvais pas suivre lui à grande vitesse.

« Même si j’avais le DRS, je n’étais pas assez proche de lui pour essayer de l’attraper. »

Habillez-vous aux couleurs de Ferrari via la boutique officielle de Formule 1

Ce n’était pas la première fois cette année qu’une Ferrari avait plus de rythme qu’une McLaren, mais a finalement terminé derrière en raison d’un embouteillage.

Mattia Binotto et co ont en effet identifié cela comme l’une des faiblesses de leur voiture.

« Je pense que si vous regardez les comparaisons avec l’Autriche, Norris était sur le podium en faisant une course fantastique », a-t-il déclaré, cité par Motorsport.com.

« Mais si nous analysons, son rythme de course en Autriche était très similaire au nôtre mais nous étions simplement coincés dans le trafic. Et je pense qu’être en tête dès le début de la course est la clé d’une certaine manière.

« A Silverstone, Charles était devant et nous pouvions faire notre propre rythme. Si vous comparez nos deux pilotes, l’un d’eux [Carlos Sainz] était coincé derrière et l’autre avait de l’air pur.

«Quand Carlos était dans l’air pur, il avait le rythme de Charles. Donc je pense que ce n’est pas notre rythme.

Share