in

Carlos Sainz n’a jamais envisagé de rallier la F1

Son père est peut-être une légende du rallye, mais Carlos Sainz dit qu’il n’a jamais été près de suivre ses traces plutôt que de poursuivre une carrière en F1.

Sainz a connu six excellentes années sur la grille, pilotant pour deux des plus grands noms du sport, McLaren et Ferrari, et terminant trois fois sur le podium alors qu’il n’avait jamais été qu’au milieu de terrain.

Cependant, il n’est toujours pas le coureur le plus titré de sa famille, son père ayant remporté le championnat du monde des rallyes à deux reprises et étant l’un des pilotes de rallye les plus titrés de tous les temps.

Malgré cela, Sainz dit que la F1 a toujours été la catégorie dans laquelle il voulait être.

“Le rallye, honnêtement, même si j’étais très proche de mon père, je ne comprenais pas grand-chose au rallye parce que vous ne pouviez pas trop le suivre à la télévision”, a-t-il déclaré selon GPFans.

« Il partait deux ou trois semaines et je ne pouvais pas suivre ce qu’il faisait alors qu’avec la F1, depuis que j’avais neuf ans, je pouvais le suivre à la télé, il y avait un match de F1.

“Je pourrais passer beaucoup plus de temps à suivre la F1 et au final, le karting était aussi plus proche de la F1 que du rallye car c’est une monoplace avec un moteur et un circuit et vous faites la course les uns contre les autres donc ma carrière allait toujours aller vers la F1 je pense.

La marchandise Ferrari de Carlos Sainz est disponible via la boutique officielle de Formule 1

Cela étant dit, il a le sentiment que le fait d’être issu d’une famille avec une expérience de la course l’a encore beaucoup influencé, ce qui explique en partie pourquoi il voulait avoir une carrière dans le sport automobile.

«C’est une bonne question car je pense que dans mon cas, c’est à 90% mon choix et 10% peut-être sous l’influence de ma famille», a-t-il ajouté.

« Je suis presque sûr que si je n’étais pas né avec les gènes et le talent de mon père et de ma famille, étant entouré de voitures de course et de cette atmosphère, il aurait été beaucoup plus difficile pour moi d’en tomber amoureux…

“Peu importe que ce soit un rallye ou une F1 parce que je regardais des courses de F1 avec mon père.”

Il tient cependant à préciser que c’était son choix de poursuivre une telle carrière et non celle de son père.

“Mon père ne m’a jamais forcé à faire du sport automobile”, a-t-il déclaré.

«Il était en fait heureux que je joue au football à l’école, au tennis et au paddle et à tous les autres sports et il n’a jamais commenté le fait de faire des courses professionnelles ou du karting.

«C’est moi qui l’ai poussé à m’aider à poursuivre cette carrière, donc c’est beaucoup de choix personnel, et j’encourage les parents des générations futures à s’assurer qu’ils n’obligent pas leurs enfants à faire quelque chose.

«Ce doivent être les enfants qui sont ceux qui conduisent la force et la volonté de poursuivre leur propre volonté et leur propre carrière.»

Suivez-nous sur Twitter @Planète_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram !

Jamal Musiala ne s’est pas entraîné avec l’équipe du camp allemand en raison d’un léger problème de hanche

Japon et Sony surprennent avec le robot-ball qu’ils veulent envoyer sur la Lune | La technologie