Ce jour-là en 2000: Anelka se hisse en demi-finale de la Ligue des champions

Il y a 21 ans à ce jour, le Real Madrid était bien dans sa course au titre de la Ligue des champions en 2000 alors qu’il se dirigeait vers un championnat improbable en tant qu’outsider.

Face aux favoris du Bayern Munich en demi-finale, le Real Madrid a remporté une grosse victoire 2-0 au match aller au Bernabeu. Le Real Madrid, qui avait été devancé par le Bayern 8 à 3 en phase de groupes cette même saison en deux matchs, a obtenu des buts de Nicolas Anelka et Michel Salgado.

Anelka a été une signature décevante et a eu un passage difficile au Real Madrid. Mais il a bien réussi dans l’embrayage de la saison.

De l’article de Kiyan Sobhani pour Marca en 2017:

Le cadavre de Nicolas Anelka se lève

Deux mois seulement après que le Real Madrid ait été durement touché par le Bayern Munich en phase de groupes en 2000, Los Blancos se sont qualifiés pour les demi-finales de la Ligue des champions en tant que mauvais outsiders.

Notamment parce qu’ils étaient perçus comme “ sur leur chance ”, après avoir éliminé Manchester United en quarts de finale, et parce qu’aucune équipe n’avait jamais battu les deux finalistes précédents – United et Bayern Munich – de l’année précédente. De plus, c’était une équipe du Bayern qui était en mission.

Ils avaient été vaincus de façon époustouflante au Camp Nou en 1999, ils avaient faim et ils s’étaient déjà régalés du Real Madrid cette même saison. Tout leur indiquait de finir leur acte une fois les deux jambes passées.

D’un autre côté, le Real faisait du surplace en LaLiga, se classant à peine dans le top cinq dans une campagne nationale largement décevante.

Puis vint Nicolas Anelka. Il avait été signé l’été précédent pour un peu plus de 22 millions d’euros d’Arsenal et était censé agir en tant que partenaire de frappe de Raul à l’avenir.

Il ne l’était pas. Il n’a pas marqué un seul but au cours de ses cinq premiers mois au club et a été largement dominé par Fernando Morientes. Sporadiquement, Anelka montrait des signes de vie mais ne montrait jamais vraiment la forme de ses jours à Arsenal.

Contre le Bayern, cependant, le Français a poussé Jens Jeremies et Thomas Linke sur le toit du filet, devant Oliver Kahn.

Ce but était un joli coup gauche au menton du Bayern Munich – et les coups ont continué à venir.

Le crochet droit n’a pas atterri jusqu’à ce que Raul brise à nouveau les Bavarois avec une autre passe tranchante, libérant Salgado, qui, à son tour, l’a envoyé à Jeremy et dans le filet.

Les files d’attente ce soir-là:

Real Madrid: Casillas, Salgado, Carlos, Redondo, Raul, McManaman, Morientes, Campo, Helguera, Karanka, Anelka. Sous-marins: Illgner, Savio, Baljic, Geremi, Karembeu, Julio Cesar, Ognjenovic.

Bayern Munich: Kahn, Babbel, Lizarazu, Scholl, Elber, Sergio, Jeremies, Fink, Tarnat, Salihamidzic, Linke. Sous-marins: Dreher, Kuffour, Andersson, Weisinger, Strunz, Jancker, Santa Cruz.