Ce que l’équipe de F1 de McLaren a tiré de l’empire grandissant du sport automobile de Brown · .

Compte tenu de la domination que Mercedes et Red Bull Racing exercent actuellement sur la Formule 1, un podium marqué en dehors de ces quatre voitures est assez spécial. Certes, le Grand Prix d’Émilie-Romagne a été perturbé par un drapeau rouge après un grave accident impliquant une Mercedes alors que la deuxième voiture bleue a subi une litanie d’incidents, mais la McLaren de Lando Norris a dû battre 17 autres voitures pour terminer dans les trois premiers cinq. : 00pm CET dimanche dernier.

Il était 11h00 du matin en Alabama lorsque le PDG de McLaren Racing, Zak Brown, a discrètement célébré le dernier succès de l’équipe de F1, mais le week-end réussi du Californien a commencé samedi matin quand une McLaren GT4 de United Autosports a gagné à Monza – cela répéterait l’exploit 24 heures plus tard – et le Walkinshaw Andretti United Holden de Chaz Mostert a attaqué le terrain de Supercar en Tasmanie lors de ce qui était alors samedi soir pour Brown.

Ce n’était pas non plus la fin du week-end: Pato O’Ward, au volant de la Arrow McLaren SP IndyCar au Barber Motorsports Park en Alabama, a remporté la pole position – le jeune Mexicain a terminé quatrième de la course – tandis qu’à Barcelone une United Autosports Oreca LMP2 piloté par un trio de jeunes, a complété le cinquième podium de Brown d’un week-end remarquable: un chacun en F1, Supercars et ELMS, deux en GT4 plus un pôle IndyCar.

Pourtant, tout était en un seul week-end de travail pour Zakary Challen Brown. Certes, McLaren n’a pas encore remporté de grand prix au cours de son mandat, tandis que l’Indianapolis 500 reste insaisissable, mais, étant donné qu’il est passé de la recherche de sponsor à celui de chef d’équipe de F1 il y a à peine quatre ans et qu’il se dirige pour son 50e anniversaire en novembre, il y a assez de temps. en avance pour atteindre encore plus de succès dans le sport qu’il aime depuis son enfance avec une passion effrénée.

“ Je ne peux pas faire ce qu’Andreas fait mais je sais ce dont il a besoin ” – BrownComme si le programme du week-end décrit ci-dessus n’était pas suffisant, le lendemain de notre entretien – le vendredi soir bien après la fermeture des bureaux – il était parti pour Lonato, en Italie. pour voir le dernier jeune pilote de McLaren signer Ugo Ugochukwu, le fils né aux États-Unis du mannequin nigérian Oluchi Onweagba-Orlandi et de son mari de magnat de la mode italien Luca Orlandi, faire la course de karts aux Championnats d’Europe CIK. Un autre podium…

United, qui se surnomme «l’équipe de course à la croissance la plus rapide du Royaume-Uni», est désormais une opération multidisciplinaire fondée en 2009 par Brown et Richard Dean. Ils se sont rencontrés au début des années 90 lorsque Dean a instruit Brown dans une école de course après avoir déménagé en Angleterre pour concourir dans les catégories juniors. Les frais de scolarité terminés, ils sont devenus de bons amis, avec parfois Brown embarquant avec la famille de Dean. United est né en tant que véhicule de course amateur.

Réalisant qu’il n’atteindrait jamais la F1 en tant que pilote, Brown est passé au marketing de sponsoring au milieu des années 90, vendant de manière lucrative son agence JMI et relevant le défi de reconstruire une McLaren en déroute en 2016. Les bénéfices lui ont permis d’acquérir une écurie de 50 voitures, réparties autour de 35/15 entre voitures de course historiques et machines routières délectables. En dehors de ses fonctions d’équipe de course, il trouve le temps de jouer à des événements historiques.

Annonce | Devenez un supporter de . et passez sans publicité

C’est énormément d’assiettes, chacune de poids, de diamètres et de couleurs différents, pour continuer à tourner dans les airs sans que tout le service de vaisselle ne s’écrase en 1000 éclats. Comment parvient-il à suivre, et encore moins à définir des orientations, tant de programmes disparates?

L’équipe Brown’s United Autosports a connu le succès en ELMS «Dans toutes les courses», dit lentement Brown avec son accent instantanément reconnaissable «SoCal», «Je pense qu’il y a un point commun au succès, sans ordre particulier mais tout aussi important: Obtenez la meilleure gestion au monde , obtenez le meilleur équipement au monde, obtenez les meilleurs pilotes du monde pour cette série de courses en particulier, et obtenez toutes les ressources, les partenaires commerciaux et les économies.

«Chaque série de courses a ses différents modèles commerciaux [to understand]. C’est ce qu’il faut pour être une équipe de course couronnée de succès dans n’importe quelle série.

Il souligne, cependant, que la première priorité est son travail quotidien chez McLaren, ajoutant: «Quand vous ne dirigez pas techniquement une équipe, ma présence à un week-end de course est les relations avec les sponsors, les relations avec l’industrie, représentant la marque. Il ne s’agit pas d’appeler la course; ce n’est pas courir la course.

«Malheureusement, nous n’avons pas de partenaires sur la piste [at the moment]. Ma contribution à Imola devait être appelée dans le mur des stands via mon ordinateur portable et avoir des communications directes avec [F1 team principal] Andreas [Seidl]. À part ne pas être sur le terrain, ma contribution à Imola n’était pas radicalement différente d’être en communication directe avec Andreas via WhatsApp, c’est ainsi que nous communiquons sur le mur des stands.

Il n’a pas, dit Brown, visité l’Australie pour une course de Supercar en 18 mois, mais ajoute: «Je suis sur un appel hebdomadaire de la direction à 22 heures en Australie, avec Michael Andretti, Richard, Ryan Walkinshaw et (directeur de l’équipe) Bruce Stewart, s’assurant ils ont ce dont ils ont besoin pour réussir – et ils sont allés gagner le week-end dernier.

Rejoindre des fans aux courses de Supercars est un défi pour le moment «Nous avons également remporté nos premières courses de GT4 en Italie, et Richard n’était pas là; nous avons eu le [simultaneous] Course ELMS en Espagne. Richard a la même philosophie: nous avons un bon équipement, de bons pilotes, un excellent leadership, sur le plan commercial, l’équipe est forte.

«Je vais au magasin de course une fois par mois pour m’asseoir, passer en revue les budgets et m’enregistrer, mais Richard dirige cette équipe de course. «Soupe aux noix». »

Il est clair que la semaine dernière, Brown a été confronté à des choix critiques de gestion du temps, mais «a finalement choisi Barber plutôt que Imola car c’était la première course de la [IndyCar] année, nous avons un nouveau partenariat important avec BAT [in common with the F1 team], de nouveaux pilotes. J’observe beaucoup quand je suis en week-end de course.

«Je crois que je contribue davantage après la course lorsque je partage mes observations; Je sais à quoi ressemble la beauté, je sais à quoi ressemble la mauvaise; et je sais à quoi ça ressemble. Mon travail est d’aider à diriger le navire, mais vous pouvez en [this] jour et âge le font à distance », soulignant pour éviter tout doute,« s’il y a un scénario où je dois choisir entre quelque chose, 110% du temps, c’est McLaren. »

Annonce | Devenez un supporter de . et passez sans publicité

Brown croit fermement que ses intérêts non-McLaren ont positivement profité à son travail quotidien. Par exemple, il a observé l’ancien patron très réussi de l’équipe Porsche WEC Seidl en opération de près au Mans, puis l’a persuadé de décamper vers McLaren, tout en prenant note de Lando Norris en F3 lors d’une tournée de voitures de tourisme britanniques qu’il a visité avec Dean. . Les mécaniciens, par exemple, sont passés de United à McLaren.

Lando Norris, Carlin, F3, 2016Norris repéré par les talents Brown dans une course de soutien F3 L’accord d’investissement MSP annoncé l’année dernière est venu via des contacts que Brown avait mis en réseau lors de la course dans l’histoire. «Donc, ce n’est pas une coïncidence. C’était une relation directe. Il fait valoir que lors de tels événements, il a un double rôle: s’amuser avec ses voitures tout en faisant plaisir aux gros joueurs, en particulier aux sponsors potentiels et aux propriétaires de McLaren.

Ses patrons McLaren, comprenant le président Paul Walsh – que Brown connaît depuis de nombreuses années via des accords de parrainage avec Johnnie Walker scellés lorsque Walsh dirigeait la société d’alcool Diageo – ainsi que les actionnaires saoudiens et bahreïnis sont, dit Brown, totalement favorables à ses activités extra-murales, ayant vu lui en action.

«Ils savent que je suis 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et ce depuis 25 ans maintenant», dit-il, ajoutant qu’il a installé des «pare-feu» autour des différentes activités pour éviter les conflits d’intérêts.

«Il y a eu des moments où une de mes équipes de course personnelles a pourchassé un sponsor, une McLaren a poursuivi. Je ne dirai rien; Je suis entièrement derrière le spectacle McLaren. Je pense que les conflits d’intérêts ne sont des conflits d’intérêts que si vous leur permettez d’être des conflits d’intérêts, simplement parce qu’il existe un risque de conflit. »

Au cœur du style de gestion de Brown se trouve l’art de la délégation et de l’autonomisation, évidemment avec le soutien et les installations appropriés.

«Je ne peux pas faire ce que fait Taylor Kyle (directeur de l’équipe IndyCar), je ne peux pas faire ce que fait Andreas, je ne peux pas ce que fait Richard, mais je sais ce dont ils ont besoin pour réussir. C’est mon travail de leur donner ces ressources, ces outils, ces personnes, etc. »

Mais que veut-il dire par «ne peut pas faire»? Est-ce une question de temps, de compétences, peut-être d’aptitude?

Début, IndyCar, Barber, 2021O’Ward a mis McLaren SP en pole pour l’ouverture de la saison d’IndyCar. «Principalement des compétences. Si vous dirigez une équipe, vous devez être à toutes les 23 courses, point final. Même si j’avais le temps, je viens d’un milieu de pilote de marketing commercial, je ne viens pas d’un milieu technique. Si je participais à une réunion avec (le directeur technique de McLaren) James Key et que je commençais à donner des conseils, nous reculerions rapidement.

Ainsi, Brown a établi et instillé d’énormes niveaux de confiance en et avec ses lieutenants clés.

«La confiance que j’ai entre moi et [all of them], c’est génial. Je pense qu’en tant que leader, vous devez comprendre quels sont leurs besoins, être un communicateur très fort, embaucher les meilleures personnes, cela doit être une proposition attrayante. Toutes les personnes qui travaillent avec moi, avant tout, sont des coureurs qui veulent être sûrs d’avoir les outils, les ressources et le soutien nécessaires pour faire ce dont ils ont besoin pour gagner.

«Vous devez leur offrir de bons packages compétitifs, tout comme un pilote de Grand Prix, les bonnes personnes coûtent de l’argent. Vous ne pouvez pas avoir peur de dépenser de l’argent, vous en avez en quelque sorte ce que vous payez dans ce monde. Vous devez construire une énorme confiance et ensuite vous devez leur donner une liberté – vous les avez embauchés pour faire un travail, vous ne pouvez pas alors les microgérer.

Avec de tels niveaux de confiance et des intérêts disparates répartis sur au moins trois continents – et plus encore lorsque les différentes catégories s’éloignent de leurs foyers respectifs – à combien de courses Brown assistera-t-il en direct cette année?

La Formule E pourrait être la prochaine destination de McLaren “Je suis programmé pour 16 courses de Formule 1, quatre courses IndyCar, je ferai une course GT4, je ferai une, peut-être deux courses ELMS”, dit-il sans hésitation.

Il y a plus: «Je ferai Le Mans qui ne contredit pas [with F1]. Je suis allé à une course de Formule E en Arabie Saoudite parce que [McLaren] regardent cela. Je suis allé à une course Extreme E et probablement à une autre, puis ce week-end, je suis à une course de kart. C’est 28 week-ends sur 52, avec l’équipe Extreme E qu’il possède avec Michael Andretti, susceptible d’augmenter ce décompte dans les années à venir à mesure que la série se développe.

«Je pense que la grande différence avec moi et peut-être avec d’autres, c’est que j’irai à 16 courses de F1, c’est peut-être ce que Mattia [Binotto, Ferrari team boss] fait cette année, mais j’ai décidé, le week-end, d’aller sur plus de circuits plutôt que sur des matchs de football. Grand sourire.

Le programme n’inclut pas, cependant, son propre programme de course, qui accueille chaque année (au moins) le festival historique de Monterey, «Parce que c’est toujours pendant la fermeture estivale de la Formule 1 et qu’ils ont des classes définies. Je suis le plus souvent là dans mon [1974 Touring Car Ford ‘Cologne’] Capri, Porsche 935 et une voiture de Formule 1, plus ma Porsche 962 et [TransAm] Audi 200. Ce sont en quelque sorte les classes régulières.

«Puis cette année, je ferai aussi Estoril en octobre avec Martin Brundle dans ma Jaguar XJR-10 et la Capri, comme je l’ai fait avec Dario [Franchitti] l’année dernière.”

Brown a publié des livres sur sa vaste collection de voitures La page de contenu de l’anthologie des voitures de course de Brown détaille une partie de sa collection. Mais une deuxième édition doit arriver prochainement compte tenu de la vitesse à laquelle son garage se développe. Un autre livre répertoriant sa collection de voitures de route a également été publié. Il énumère ses cinq voitures de route préférées comme la McLaren P1, la Ferrari 288 GTO, la Porsche 959, la McLaren Speedtail et la Cobra 289.

«J’ai toujours eu une dépendance aux voitures», dit-il. «J’avais l’habitude de collectionner des voitures miniatures. Je viens de recevoir les versions plus grandes maintenant. » Il sourit largement après avoir remarqué que la principale différence entre les hommes et les garçons est la taille de leurs jouets.

C’est Zak Brown – un vrai coureur dans l’âme qui vit le rêve 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et qui le fait depuis trois décennies maintenant. Le week-end dernier a été très spécial pour la constellation McLaren-United au sens large, mais ce n’était pas un full-house: O’Ward s’est classé quatrième et a donc raté le podium.

«Ce fut un week-end formidable en ce que non seulement toutes les équipes auxquelles j’ai participé – à l’exception de l’Extreme E – se sont retrouvées sur le podium autre que l’équipe IndyCar, qui a commencé en pole et s’est rapprochée. J’ai donné du chagrin à Taylor [because] il a brisé ma séquence », dit Brown avec un sourire d’acier.

L’implication est claire: rien de moins qu’une maison pleine de podiums fera l’affaire la prochaine fois, avec le pilote Brown-run sur la plus haute marche du podium dans toutes les catégories. Ne pariez pas que cela se produira bientôt, malgré Mercedes et Red Bull.

RacingLinesParcourir toutes les colonnes RacingLines

Partagez cet article . avec votre réseau: