in

C’est ainsi que fonctionne le robot inventé à Valence pour prendre soin des vignes

16/05/2021 à 09h04 CEST

Le monde de la viticulture a désormais un allié qui peut donner des résultats révolutionnaires. Des chercheurs de l’École polytechnique de Valence ont développé VineScout, un robot autonome équipé de capteurs et d’une vision artificielle qui estime les besoins en eau et d’autres paramètres de la vigne. Avec leur aide, le vigneron peut optimiser l’irrigation et planifier la récolte plus efficacement.

La viticulture du futur devient une réalité grâce à la robotique, au big data et à l’intelligence artificielle. Des chercheurs de l’Université polytechnique de Valence (UPV) ont développé un nouveau robot agricole qui, grâce à différents capteurs environnementaux radiométriques, spectraux et ultrasonores, permet d’enregistrer à tout moment l’état de la vigne.

C’est le premier robot d’observation viticole entièrement électrique, avec une autonomie d’au moins deux jours. Son nom: VineScout, fruit de sept années de travail.

De manière totalement autonome, mesure les paramètres clés du vignoble pour estimer ses besoins en eau, son développement végétatif ou anticiper la variation du degré de maturité dans la même parcelle.

«VineScout peut surveiller le vignoble autant de fois que le fermier en a besoin, l’aidant à faire une utilisation plus rationnelle de l’eau et, en général, à connaître l’état du vignoble grâce à des indicateurs objectifs, tels que les différences de vigueur de la plante ou les propriétés de la vigne. fruits au sein d’une même parcelle & rdquor;, explique Francisco Rovira, directeur du laboratoire de la robotique agricole (ARL) de l’UPV, «aidant à récolter, fertiliser ou irriguer de manière plus efficace».

Le robot collecte chaque donnée au sol, à moins d’un mètre des vignes (sans toucher à la récolte à aucun moment). Cela se traduit par l’obtention d’informations extrêmement fiables et précises, puisque chaque point est enregistré avec son positionnement GPS, indiquant l’heure et le lieu où chaque mesure a été effectuée.

“Il est capable d’enregistrer environ 12 000 points par heure, chaque point avec 30 données, par rapport à l’échantillonnage manuel traditionnel, qui atteint à peine 40 mesures par heure, ce qui donne une idée de la manière dont ce robot peut faciliter leur travail pour les vignerons & rdquor;, souligne Verónica Saiz, chercheuse à l’ARL. Et il peut même déguster de nuit, grâce à son système de navigation de nuit, selon l’agence SINC.

«Avec toutes les données que le robot enregistre et traite, le producteur obtient une carte de son intrigue, qui synthétise les informations clés nécessaires à une gestion avancée des cultures. VineScout ne remplace pas le vigneron, il facilite son travail, évite le plus dur du terrain et enrichit ses connaissances et son expérience, qui se nourrissent désormais d’informations plus précises et plus rapidement mises à jour », souligne Rovira.

Système indépendant du GPS

Pour naviguer à travers les parcelles, le robot intègre un système totalement indépendant du signal GPS, l’un des grands avantages et différences par rapport aux autres systèmes du marché.

De cette façon, ne nécessite pas le rechargement des cartes préenregistrées, ce à quoi les agriculteurs ne sont pas habitués et cela finit par être un facteur dissuasif pour l’adoption des technologies numériques. Grâce à lui, VineScout est capable de circuler à travers les vignes de manière autonome, en évitant les obstacles et les collisions.

«Ce robot intègre trois dispositifs de perception à l’avant. Deux d’entre eux permettent au système de naviguer dans un réseau bidimensionnel et ne nécessitent pas l’intervention de aucun opérateur pour le conduire lorsque le robot se déplace entre les rangées. De plus, le système de sécurité le fait s’arrêter à tout obstacle pouvant apparaître sur la route, en attendant sept secondes que le chemin se dégage ou en arrêtant le robot en toute sécurité et en avertissant acoustiquement l’opérateur s’il s’agit d’un obstacle permanent ”, ajoute Andrés Cuenca , également de l’ARL.

Ainsi, VineScout ouvre la porte à l’automatisation des cultures où la technologie GPS ou tout autre système mondial de navigation par satellite (GNSS) ne peut être garanti de manière permanente et fiable.

Applications dans les moissonneuses-batteuses et les pulvérisateurs

Ce système a été implémenté dans un robot terrestre dont l’objectif principal est de collecter des données sur les cultures, mais il pourrait être inclus dans de nombreux autres systèmes autonomes, tels que les moissonneuses ou les machines à vendanger, les machines de désherbage et les pulvérisateurs pour la protection des cultures.

«VineScout est une approche complètement nouvelle de l’automatisation agricole pour le palissage des cultures, avec de multiples avantages: c’est un système autonome qui peut être utilisé sur des parcelles où le signal GNSS ne peut pas être garanti en permanence, ouvre la voie à l’utilisation des mégadonnées en agriculture, fournit des informations critiques sur les facteurs clés d’une agriculture durable, permet l’intégration d’autres capteurs pour étendre sa capacité d’information et, quelles que soient les conditions environnementales exigeantes, il s’est avéré robuste et fiable & rdquor;, résume Rovira.

Communiqué de presse UPV: http://www.upv.es/noticias-upv/noticia-12874-viticultura-de-es.html

Site Web du projet: http://vinescout.eu/web/

Cela peut vous intéresser: Ils inventent un robot laser pour éliminer les mauvaises herbes sans pesticides

Vitesse globale de l’opération Warp requise ⋆ .

Kate McKinnon revient en tant que Dr Fauci de SNL après l’annonce du masque du CDC