« C’est en 18 trous que Nadal m’a le moins parlé. Il voulait me gagner, point final. Et il m’a battu »

A l’occasion de sa visite en Espagne pour disputer deux tournois de l’European Tour en près de deux ans, Jsur Rahm, n°1 mondial, a écrit dans son blog de la Fédération Basque l’histoire complète de sa seule (à ce jour) partie de golf avec Rafael Nadal.

« Comme c’est bon d’être de retour en Espagne après une si longue période. Super semaine à Madrid avec un soutien incroyable du public et je suis sûr que cette semaine à Valderrama sera également très spéciale.

Je veux vous parler d’un chapitre très précis de ma vie dont je me souviens avec beaucoup d’affection, même s’il avait aussi son point un peu étrange, ou du moins surprenant pour moi à cette époque.

Il y a quelques jours, j’ai commenté que j’avais joué à un jeu de golf avec Rafa Nadal il y a quelque temps, eh bien, je veux vous dire avec des cheveux et des signes comment ce jeu était. Je pense que c’est une histoire intéressante et amusante de découvrir qui et à quoi ressemble Rafa et de comprendre certaines des raisons qui l’ont conduit à être l’un des meilleurs athlètes de l’histoire.

L’opportunité de jouer avec Rafa Nadal se présente grâce à Ricardo Relinque. Il y a eu un moment à ce moment-là où la possibilité qu’une personne de son équipe puisse également travailler avec moi a été envisagée. J’étais à Uni, dans l’État de l’Arizona, et nous sommes allés de San Diego à Palm Springs parce que Rafa jouait au tennis à Palm Springs. Nous avons parlé et il nous a dit que je jouais au golf, donc si vous voulez venir, nous pouvons jouer à un jeu …

Et ainsi c’est arrivé. Nous sommes allés à un endroit appelé Porcupine Creek. C’est le jardin de Larry Ellison, le co-fondateur d’Oracle. C’est un club très privé où séjournent les joueurs de tennis car Ellison est amoureux de ce sport. C’est l’un des clubs les plus exclusifs des États-Unis, eh bien, exclusif pour le moins, c’est ça : en gros, vous ne pouvez entrer dans le club que s’il le souhaite. C’est l’un des plus beaux qui soit, des soins, de l’entretien, des fleurs… C’est incroyable.

On a joué Rafa et moi et personne d’autre, du moins c’est ce dont je me souviens, je ne sais pas s’il y avait quelqu’un d’autre, mais comme pour m’en souvenir, je jouais avec Rafa Nadal, une de mes grandes idoles. Pour vous donner une idée, à l’époque le seul livre que j’avais lu en entier dans ma vie était sa biographie, alors imaginez, j’étais excité, en disant buah je vais jouer avec Rafa, plein de questions, ce que je vais apprendre… Mais c’était bien différent.

J’ai trouvé un Rafa Nadal en mode compétition. En 18 trous, c’est lui qui m’a le moins parlé. Il voulait me gagner, point final. Et il m’a battu. Je l’ai frappé huit coups et au 13e tee, il était quatre sous la normale sur le parcours et j’étais un de moins. Je me souviens très bien. Je pensais à l’intérieur, mais quelle blague est-ce. Et attention, jouer du même tee. C’était ma deuxième année d’université et il le frappe très fort, il joue très bien et, surtout, c’est un grand compétiteur, ce qui est important. J’ai essayé de lui parler, de lui poser des questions sur le livre et il… rien, avec un maximum de détermination, ne pensant qu’à gagner. C’était curieux et intéressant.

Honnêtement, j’aimerais avoir l’opportunité de passer un peu plus de temps avec lui, maintenant que je suis un athlète de plus haut niveau, d’en apprendre plus sur lui et de profiter davantage de la journée… Je suis très clair sur ce que je dois faire la prochaine fois que nous pourrons jouer. Je vais aller gagner depuis le début. Mais vraiment, il faut se mettre en situation, j’étais plutôt le bienvenu…, super impressionné, en jouant avec Rafa. C’est Rafa Nadal !

Quoi qu’il en soit, voyons si nous pouvons trouver un trou pour jouer le match revanche. J’en ai vraiment envie, même si ce n’est pas facile. Bien sûr, la première chose que je lui souhaite, c’est qu’il soit complètement rétabli et qu’il puisse reprendre l’entraînement normalement et jouer au tennis. »

Share