Charles Leclerc confirme les problèmes de voyage mais « cela aurait pu être pire »

Charles Leclerc a fait une escale inattendue à New York en raison d’une confusion sur son document d’exemption de voyage.

Le pilote Ferrari devait arriver à Austin en début de semaine mais son départ de Nice ne s’est pas déroulé comme prévu.

La réglementation Covid aux États-Unis signifiait que les pilotes, ainsi que le reste du personnel de la F1, avaient besoin d’un document d’exception d’intérêt national (NIE) pour entrer dans le pays.

Mais une confusion à Nice signifiait que le NIE de Leclerc n’était pas accepté à l’époque, forçant le pilote et son entraîneur Andrea Ferrari à emprunter un itinéraire différent vers Austin.

Le NIE de Leclerc étant finalement accepté, lui et Ferrari ont pris un vol différent vers l’Amérique, faisant escale à New York en route vers Austin.

Ferrari a déclaré sur Instagram que « ça aurait pu être pire! »

Expliquant les problèmes, Leclerc a déclaré aux médias à Austin : « C’était très cool, ce n’était pas vraiment prévu.

« Mon NIE n’avait pas été accepté à l’aéroport, donc je n’ai pas pu prendre le vol d’origine, alors nous avons changé de vol et sommes allés à New York à la dernière minute.

« J’ai réussi à passer une journée à New York, c’était ma première fois, ce qui était incroyable, quelle ville. J’ai vraiment, vraiment apprécié.

« Et puis je suis allé à Milwaukee pour le premier match NBA de la saison, ce qui était fou avec la cérémonie des anneaux aussi.

« Juste une expérience incroyable, et me voici à Austin, prêt à monter dans la voiture. »

Il a ajouté: «C’était juste un gars à l’aéroport de Nice qui, pour une raison quelconque, ne savait pas vraiment ce qu’était un NIE, et je suis resté coincé là-bas.

« Il ne s’est rendu compte qu’une minute avant la fermeture du vol que le NIE était OK, mais je n’avais pas mon formulaire de localisation de passagers, j’ai donc dû rester à Nice.

« Mais de toute façon, ce n’est pas grave. Avec les mêmes papiers, j’ai pu prendre un avion pour New York, ce qui m’a permis de visiter cette ville pour la première fois.

Le pilote monégasque attend avec impatience le week-end à venir sur le Circuit des Amériques.

« C’est une piste que j’aime vraiment, vraiment conduire, une piste assez difficile, pas mal de bosses », a déclaré Leclerc.

« En regardant le MotoGP, c’est probablement un peu plus cahoteux qu’il y a deux ans, alors voyons comment ça se passe. J’aime vraiment être ici.

Share