Checo’ Pérez, une marque qui vole à la vitesse de la F1

11/06/2021 à 10h20 CEST

.

Le triomphe du Mexicain Sergio ‘Checo’ Pérez la semaine dernière dans le Grand Prix de Formule 1 d’Azerbaïdjan Il est venu au pilote à une époque où sa marque commerciale vole à vitesse de monoplace et est considérée par les spécialistes comme la plus forte du Mexique et l’une des plus influentes d’Amérique latine.

Perez, de l’équipe Red Bull, a obtenu la meilleure performance d’une course folle, dans laquelle il a commencé à la sixième place et a profité des conditions pour battre l’Allemand Sebastian Vettel (Aston Martin) et le Français Pierre Gasly (Alpha Tauri).

Le coup a placé le pilote à la troisième place du classement des pilotes mené par le Néerlandais. Max Verstappen, son coéquipier, avec qui il se classe premier au classement des constructeurs.

Il s’agissait du deuxième triomphe de l’Azerbaïdjan pour le Mexicain après sa victoire à Sakhir, à Bahreïn, en novembre dernier, ce qui lui a permis de devenir le premier à remporter des triomphes dans différentes équipes depuis 2014, lorsque l’ère des moteurs turbo hybrides a commencé en Formule 1.

« Checo est l’une des meilleures marques de la dernière décennie au Mexique, c’est une marque qui participe à un championnat très prestigieux. Sur le plan personnel, elle a pris grand soin de son nom, de son image publique et de sa relation avec les médias et sponsors », explique-t-il. Javier Salinas maîtrise en administration des affaires.

L’histoire du Mexicain est celle d’un homme qui a accepté de « couper la pierre » pendant 10 ans en Formule 1, c’est un exemple de persévérance de ceux qui ont parié d’être embauché par une équipe de haut niveau et l’ont réalisé à la fin de l’année dernière quand Red Bull a confirmé qu’il aurait une place dans l’équipe aux côtés Verstappen.

Le pilote a fait ses débuts en Formule 1 en 2011 avec Sauber, a émigré en 2013 chez McLaren puis est passé par Force India et Racing Point, avant de mériter un siège dans le protagoniste Red Bull.Salinas explique qu’une chose est l’athlète en tant que marque et une autre, ses résultats, mais ce sont deux choses qui peuvent être complétées, comme cela s’est produit avec Perez, né à Guadalajara, qui dans les années difficiles où il est à peine apparu, a maintenu un soin pour sa marque, qui brille maintenant en coïncidence avec ses triomphes.

« Aujourd’hui, Checo est la meilleure marque mexicaine et l’une des meilleures d’Amérique latine. Champion du monde de boxe Saúl ‘Canelo ‘Alvarez ce serait le deuxième. C’est derrière le Sergio car la Formule 1 a plus de visibilité et est plus connue mondialement que la boxe », a expliqué le spécialiste.

Avec tes triomphes, Perez Cela a amené des millions de Mexicains à se réveiller pour regarder les compétitions du circuit à l’aube, quelque chose de grande valeur car, à des niveaux préférentiels dans le pays, la course automobile est loin du football, de la Major League baseball, du football américain et du basket-ball NBA. .

Sergio Pérez est soutenu par des sponsors, dont le géant des télécommunications América Móvil, propriété du magnat mexicain Carlos Slim, et des entreprises de grand prestige au Mexique telles que Telmex et Telcel, un leader des communications téléphoniques, la marque de lunettes Xades, le groupe d’assurance Interprotección et le financier Unifin, entre autres.

« Vous pouvez avoir plus de sponsors, mais cela peut être négatif car c’est préjudiciable. Dans l’environnement de la Formule 1, vous devez faire attention au nombre et à la qualité des sponsors. Si Sergio propose, il pourrait en avoir plus, mais il est à un moment où celui qui doit prendre bien soin de la marque », conclut-il Salinas.

UNE MARQUE MULTIPLIE PAR DEUX

L’universitaire et consultant Ramon Carazo explique que la marque de Sergio Pérez a une portée commerciale au-delà de son pays et il règne sur des millions de Mexicains aux États-Unis.

« Sergio a une dualité, le marché mexicain est double. C’est l’une des marques mexicaines les plus emblématiques car pour ses compatriotes aux Etats-Unis il représente un champion dans un sport difficile, ce qui donne une place au Mexique. En plus, la Formule 1 est un sport à haut risque et cela lui donne plus de reconnaissance », dit-il.

Checo compte 11 podiums en Formule 1, deux premiers, trois secondes et six tiers; sa première victoire, à Sakhir, a représenté le triomphe d’un Mexicain pour la première fois depuis 50 ans, lui donnant une aura héroïque, renforcée la semaine dernière en Azerbaïdjan.

« Bien que le sport automobile au Mexique ne soit pas aussi populaire qu’en Argentine ou au Brésil, tout triomphe mexicain à l’étranger est célébré. Ce qu’il réalise lui permet d’avoir une marque qui transcende, il pourrait la comparer au champion de golf Lorena ochoa à l’époque », a-t-il ajouté.

Entre décembre et mai de cette année, Perez Il compte près de 300 000 nouveaux abonnés sur Twitter et fait partie des favoris sur les autres réseaux sociaux. On estime que ses sponsors ont investi près de 100 millions de dollars au cours de ses plus de 10 ans dans le circuit, mais ils le retirent pour être l’un des grands champions mexicains du moment.

Pour l’instant, la voiture RB16B du tchèque c’est une voiture confortable. Le coureur l’a déjà maîtrisé et d’autres triomphes sont attendus. Dans le même temps, le pilote piétine un autre championnat, celui de la poussée de sa marque commerciale, qui roule vite parmi les favoris des consommateurs de Formule 1.

Share