Choc des styles et séquences conflictuelles

26/10/2021 à 20h00 CEST

.

Le Betis et Valence se rencontrent ce mercredi à Benito Vilamarín dans un match dans lequel les styles marqués de leurs entraîneurs respectifs s’affronteront, les chiliens Manuel Pellegrini et José Bordalás, et un duel de séquences conflictuelles, la Bétique en quête de sa troisième victoire consécutive et la Valencienne pour briser le match de six matchs sans gagner.

Après les victoires contre Alavés (0-1) et le Rayo (3-2) et le match nul gros de jeu et d’intensité contre l’Allemand Bayer Leverkusen (1-1) en Ligue Europa, Le Betis affronte le duel contre la boîte ‘che’ avec la confiance de voir grand exprimé par son entraîneur et l’ambition de se concentrer sur chaque match avec toute l’équipe « branchée » sur un pied d’égalité.

Pellegrini compte pour le match contre l’équipe de Bordalás avec la défaite sensible dans l’axe de ses arrières du central Édgar González, qui a vu le cinquième carton jaune contre Rayo et devra purger un match de pénalité, donc l’absence d’un des constats chiliens Il sera fourni par Víctor Ruiz et l’Argentin Germán Pezzella, avec l’option de Marc Bartra.

Le coffre-fort clé du réseau défensif du Betis, l’âme de son équipement, est l’Argentin Guido Rodríguez, qui reviendra en forme devant la défense avec William Carvalho avec les options du Mexicain Andrés Guardado et la possibilité de donner une continuité à Sergio Canales dans la zone de création du milieu de terrain.

Pellegrini ne négocie pas le concept ou l’implication de chacun de ses joueurs, donc dans le tirage à trois derrière l’avant-centre, il y a de la place pour autant d’options qu’il y a de footballeurs, étant donné que, après le match de Valence, il disputera le match du Metropolitano contre l’Atlético de Madrid dans trois jours.

Là, des joueurs comme Rodrigo Sánchez ‘Rodri’, le buteur Juanmi Jiménez, le Mexicain Diego Lainez après sa convalescence, Cristian Tello, Aitor Ruibal ou Joaquín Sánchez avec le presque toujours, sinon toujours fixe, Nabil Fekir alors que les pronostics entrent dans des conditions égales. lance d’un axe de l’avant-garde dans lequel Borja Iglesias et Le Brésilien William José da Silva est également sur un pied d’égalité, comme en témoigne sa contribution aux buts.

Ce n’est pas facile frappé avec un onze de l’entraîneur de Santiago, bien qu’il identifie son football à haute pression et offensif, qui commence toujours par derrière avec le premier des joueurs de champ du Chili, son compatriote et gardien bétique Claudio Bravo, l’un de ses liens privilégiés avec le terrain.

Valence, pour sa part, affronte le match après six journées consécutives sans victoire ont brouillé les bons sentiments que l’équipe avait laissés dans les quatre premiers et ont soulevé des doutes quant aux objectifs réalistes que l’on peut demander à l’équipe de José Bordalás.

Après avoir co-dirigé la Ligue après avoir remporté dix des douze premiers points mis en jeu, l’équipe est tombée au milieu de tableau, plus proche de la relégation que de la tête. Un nouveau revers rendrait sûrement les places de la Ligue Europa plus à portée de main.

L’entraîneur valencien, après avoir assuré qu’il ne croyait pas aux rotations, a introduit plusieurs changements dans l’alignement qui présenté samedi contre Majorque mais il les a presque tous défaits à la mi-temps et il a lui-même reconnu lors de la conférence de presse qui a suivi que l’entracte 0-2 et le final 2-2 clarifiaient la situation.

De cette façon, il est présumé qu’Omar Alderete récupérera sa position au centre de la défense du onze de départ et qu’Hugo Guillamón le fera également au centre du terrain. Il semble aussi que si Carlos Soler se remet de l’inconfort qu’il traînait, il reviendra aussi à onze malgré le fait qu’Hélder Costa était le meilleur des nouveaux, ce qui peut lui donner des options sur la gauche face à une nouvelle pause de Denis Cheryshev en raison de problèmes physiques.

La présence de Maxi Gómez est douteuse en raison d’une surcharge qui pourrait encourager Bordalás commencer à parier sur l’attaquant brésilien Marcos André, qui était plus dangereux que son coéquipier lors de sa sortie contre Majorque, même si l’entraîneur a toujours défendu que sa contribution allait bien au-delà des buts.

L’autre grand doute est du côté droit dans lequel Dimitri Foulquier n’a pas été en désaccord dans les semaines où il a pris la place de Thierry Correia, même si la présence de ce dernier a coïncidé avec les meilleurs matchs de l’équipe. Déjà remis de la blessure musculaire qu’il a subie et selon les mots de Bordalás d’une « décompensation & rdquor;, Il a des options pour revenir dans le onze et sera en sécurité dans une liste sur laquelle Toni Lato reviendra également après sa blessure.

Compositions probables :

Bétis : Bravo; Martín Montoya, Pezzella, Víctor Ruiz, Miranda ; Guido Rodriguez, William Carvalho ; Rodri, Fekir, Canales ; Borja Iglesias.

Valence : Cillessen ; Foulquier, Paulista, Alderete, Gayà ; Soler, Wass, Guillamón, Duro; Guedes, Marcos André.

Arbitre: Isidro Díaz de Mera (Comité hispano-manchego).

Stade: Benito Villamarin.

Calendrier: 20h00.

Share