Chris Paul, les soleils se séparent-ils ?

Chris Paul a aidé à mener les Phoenix Suns à leur première finale NBA depuis 1993 la saison dernière. La plupart pensaient que cela lui avait procuré suffisamment de bonne volonté pour obtenir un chèque en blanc pour sa prochaine transaction.

Pas ainsi.

Paul entame actuellement la dernière année de son contrat. Il devrait gagner 44,2 millions de dollars, mais souhaite restructurer son accord pour obtenir plus d’argent total à un montant annuel moindre.

Au dire de tous, Paul recherche quelque chose dans la fourchette de 100 millions de dollars sur trois ans.

Selon l’initié des Suns Kellan Olson, le propriétaire de l’équipe, Robert Sarver, a récemment exprimé une certaine appréhension à l’idée de donner à Paul le genre d’accord qu’il souhaite clairement.

On a essentiellement demandé à Sarver, à bout portant, s’il prévoyait des obstacles potentiels à la re-signature de Paul.

« Eh, je ne sais pas, je suis sûr qu’il y en a probablement », a répondu Sarver. «Mais je pense que notre première priorité serait d’essayer de le récupérer, mais cela dépendra de son agent et (Suns GM) James (Jones) et lui et moi et tout ce genre de choses, donc je ne sais pas. Nous verrons la semaine prochaine, je suppose, n’est-ce pas ? »

Paul, 11 fois All-Star, a connu une année fantastique pour Phoenix. En saison régulière, il a accumulé 16,4 points sur 49% des tirs sur le terrain et 40% sur trois, plus 8,9 passes décisives et 4,5 rebonds par match.

En séries éliminatoires, ces chiffres se sont transformés en 19,2 points sur 49% des tirs sur le terrain et 44,6% des tirs sur trois, plus 8,6 passes décisives et 3,5 rebonds par match.

Même en finale, lorsque Paul n’a clairement pas bien joué contre les Milwaukee Bucks, il a quand même marqué 21,8 points sur 55% des tirs sur le terrain et 52,5% des tirs sur trois, plus 8,2 passes décisives et 2,7 rebonds par match.

Cette production est-elle suffisante pour lui valoir un autre contrat avec les Suns ? C’est la question à 100 millions de dollars.

Si Phoenix ne monte pas au créneau, il y a un autre concurrent au championnat avec un désir extrêmement légitime de l’ajouter. De plus, les Knicks de New York restent une menace très réelle pour se précipiter et voler Paul.

Paul, pour sa part, a clairement indiqué son lieu de prédilection l’année prochaine. Reste à savoir s’il finit par obtenir ce qu’il veut ou non.

En rapport: Les 76ers de Philadelphie tentent d’échanger Ben Simmons dès que possible

Share